MONTRÉAL – Les joueurs du Canadien l’avaient répété plusieurs fois, ils devaient imposer leur style de jeu axé sur la vitesse pour avoir une chance de l’emporter face aux Kings de Los Angeles. Les hommes de Claude Julien devront maintenant retenir des leçons de ce revers de 3 à 0 puisque les Kings ont aisément remporté cet enjeu crucial.

La jeune équipe montréalaise est tombée dans le piège des Kings si bien que les visiteurs ont pu contrôler cette confrontation à leur guise.

« On en parlait avant le match, on est deux équipes jouant un style différent. Celle qui serait en mesure de dicter le style allait gagner. Je dirais qu’ils ont gagné cette bataille. Ce n’était pas un match rapide. Pour différentes raisons, on n’a pas été en mesure de déployer notre vitesse », a déploré Brendan Gallagher.  

« Ils ont fini par s’emparer d’une avance de 2-0 sur laquelle ils ont pu s’asseoir. Après, c’était juste trop difficile de générer de l’attaque. On a fini par obtenir le résultat qu’on méritait », a-t-il admis.

Le défenseur Xavier Ouellet a effectué une lecture de la situation très similaire.

« On n’a pas joué comme on devait en première période, on n’a pas utilisé notre vitesse. On s’est repris en deuxième période en créant un peu plus de choses. Après, c’est devenu difficile de jouer du hockey de rattrapage », a mentionné Ouellet qui disputait son premier match au Centre Bell dans l’uniforme du Canadien.

Chose certaine, la statistique des 40 lancers décochés par le Canadien sur le filet de Jack Campbell n’est pas révélatrice de la rencontre.  

« Leur gardien a eu une soirée trop facile, il fallait davantage lui compliquer la vie. Trop souvent, ce n’était qu’un lancer et la menace s’éteignait. On n’a pas utilisé nos forces dans ce match. Quand on ne patine pas comme on le peut, on n’obtiendra pas beaucoup de succès », a convenu Gallagher.

Cela dit, les Kings sont passés maîtres dans l’art de repousser l’adversaire vers l’extérieur. De plus, le Tricolore n’est pas très outillé pour se battre contre tactique. Andrew Shaw croit toutefois que c’est possible d’y parvenir.

« On a beaucoup de vitesse et de hargne, il faut s’en servir pour se rendre au centre de la zone offensive », a-t-il insisté.

Une décision controversée

ContentId(3.1293424):Canadiens : Êtes-vous certain Monsieur l'arbitre? (hockey)
bellmedia_rds.AxisVideo

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la situation du but qui a été refusé, ensuite accordé et finalement refusé à Shaw était plutôt étrange. D’abord, les deux révisions successives n’aident pas à la fluidité d’un match et une seule révision dans les bureaux de la LNH à Toronto pourrait suffire.  

Ensuite, c’est surtout les critères décisionnels qui suscitent des interrogations.

« On a vu un exemple envoyé par la LNH en début de saison qui était identique à ce qui s’est passé dans notre match et ça comptait comme un but. Alors, on peut prendre beaucoup de temps à essayer de figurer chaque décision, mais c’est tout ce que je peux dire. C’est frustrant. Le gardien semblait être à l’extérieur de son demi-cercle, mais on a décidé que c’était de l’obstruction », a réagi l’entraîneur du Canadien, Claude Julien.

Un habitué de ces révisions, Gallagher peinait à s’expliquer le verdict final.

« Tout ce qu’on demande, c’est de la constance. À mes yeux, ceci doit être un but. La LNH a sa vision, mais le contact a eu lieu à l’extérieur du demi-cercle. Le gardien a son espace de travail et Shaw aussi. Le gardien a autant initié le contact que Shaw sinon plus. On respecte l’espace du gardien, mais on doit pouvoir utiliser cet endroit devant celui-ci sur la patinoire. Tout ce qu’on demande, c’est de la constance, mais il y a encore une zone grise », a déclaré Gallagher.

Une mauvaise soirée en avantage numérique

Julien et ses adjoints devront également trouver des solutions par rapport à leur jeu de puissance. Contre une équipe imposante comme les Kings, le travail en supériorité numérique demeure une excellente façon de les faire payer.

Une soirée festive, qui ne se termine pas comme souhaité

Malheureusement, le jeu de puissance du CH a été blanchi en quatre déploiements peu convaincants. En trois rencontres cette saison, le rendement se limite à un but en onze tentatives.

« Il faut se rendre au centre du territoire offensif. On a passé trop de temps en périphérie. On parvenait à garder la rondelle, mais sans se créer de vraies menaces de compter », a constaté Shaw.  

« Il faut clairement bouger la rondelle plus rapidement et profiter de nos chances pour lancer au filet. Je trouvais que les gars ont essayé de forcer les passes à travers la zone au lieu d’envoyer des rondelles au filet et récupérer des retours. C’était à l’image de notre match, on n’était pas au sommet de notre art et on a vu le résultat. On était rouillés, c’était une soirée plus difficile même si le problème n’était pas  l’effort », a conclu Julien qui pense déjà à la prochaine partie, samedi soir, avec la visite des Penguins de Pittsburgh.

ContentId(3.1293433):Kings 3 - Canadiens 0
bellmedia_rds.AxisVideo
Des souvenirs plein la tête, même 25 ans plus tard