BUFFALO – Le Canadien a conclu le tournoi des recrues avec un gain convaincant, de 7-2, face à des espoirs des Sénateurs d’Ottawa, un match qui a permis à Kaiden Guhle de renouer avec l’action à l’approche du camp d’entraînement.

 

Emil Heineman, Riley Kidney, Xavier Simoneau (deux fois), Brett Stapley, Miguël Tourigny et même le joueur invité John Parker-Jones ont inscrit les buts pour les jeunes représentants du Tricolore.

 

Heineman et Kidney ont touché la cible en avantage numérique. Sur le but de Heineman via un tir précis, Simoneau a bien voilé la vue du gardien Kevin Mandolese.

« Simoneau fait bien paraître tous les joueurs »

 

Soulignons que le gardien invité, Antoine Coulombe, s'est bien débrouillé. De quoi garder son nom dans des conversations à travers la LNH pour une autre audition. 

 

Au bilan de l’événement, on déduit que les dirigeants du Canadien ont été satisfaits de la plupart des athlètes délégués à Buffalo et ils auront quelques décisions à prendre pour les invitations au camp d’entraînement.

 

« C’est très positif, on a vu de belles choses tout au long du tournoi. Plusieurs joueurs ont démontré un bon talent. Je suis très content de ce qu’on a pu observer. […] Dans tous les matchs, j’ai trouvé que notre éthique de travail a été excellente », a commenté l’entraîneur Jean-François Houle.

 

Sans avoir pu accéder aux notes compilées par les dirigeants, voici notre humble aperçu des joueurs qui ont porté l’uniforme du CH.


 
Kaiden Guhle : Il n’a joué que dimanche alors qu’il se remet d’une blessure au bas du corps. Erratique à de petites occasions, Guhle a fait sentir sa présence physiquement et il a démontré ses qualités de patineur. Pour lui, c’est au camp que ça importe.

 

« J’aime beaucoup sa manière de jouer, il est en confiance. Il fait de très bonnes passes raides, tu vois qu’il sera un bon pro. C’est un meneur aussi, il parle beaucoup à ses coéquipiers sur le banc, il a un bel avenir devant lui », a confié l’entraîneur alors que Guhle a pu chasser la rouille en vue du camp.

« Plus le match avancait, plus je me sentais bien », Guhle

 

« C’était la chose importante. Je voulais jouer pour cette raison et je suis content d’avoir un match derrière la cravate avant le camp », a dit Guhle.
 
Juraj Slafkovsky : Au cours de ses deux matchs, dont celui de dimanche, le premier choix au dernier repêchage a confirmé une grande partie de son talent. Très combatif pour accéder à la rondelle, il la protège habilement. De plus, il a démontré de belles aptitudes de passeur. À la limite, il a peut-être été trop généreux à deux ou trois occasions. Mais, dans l’ensemble, son rendement a été très positif et ce sera surtout intrigant de le voir évoluer avec un centre et un ailier de la formation régulière du Canadien.
 
Quelques séquences ont été révélatrices de son bel arsenal. Dans le premier match, on se souviendra du but de Filip Mesar qu’il a orchestré en infériorité numérique. Dans sa deuxième partie, il s’est moqué d’avoir deux adversaires accrochés à son dos pour compléter une habile passe du revers.
 
Owen Beck : Très solide jeudi et samedi, le centre droitier a été moins dominant dimanche. Mais il n’a pas été mauvais, loin de là. Toujours conscient de ce qui se passe sur la glace, ses atouts doivent emballer les recruteurs qui l’ont sélectionné au 33e rang.

Jordan Harris : Il méritait amplement ce congé dimanche car il a été excellent jeudi et samedi. Sa fluidité demeure sa force et il est plus puissant physiquement.
 
Filip Mesar : Sans être un joueur flamboyant, il réussit plusieurs gestes importants sur la glace autant pour lui que ses partenaires.

« On l’a utilisé aux deux positions durant le tournoi et il s’est bien débrouillé aux deux positions donc ça devient un peu embêtant, a noté Houle en souriant. C’est le fun de voir qu’un jeune puisse jouer dans n’importe quelle situation. On verra la suite au camp. »
 
William Trudeau : Ce choix de quatrième ronde a gagné beaucoup de points cette semaine autant par son implication offensive que le volet physique de son jeu. Le calibre n’était pas trop rapide pour lui.
 
Emil Heineman : Plus expérimenté que bien des joueurs, le Suédois est parvenu à bien utiliser son tir redoutable. Il arrivera au camp d’entraînement sur une belle lancée.
 
Justin Barron : Tournoi en demi-teinte pour le droitier qui revient d’une blessure. C’était un peu mieux dimanche, mais il a manqué quelques jeux. Le camp d’entraînement devrait lui redonner un élan.
 
Xavier Simoneau : En voilà un autre qui a retenu l’attention de pour de bonnes raisons. Toujours la pédale au plancher, le petit attaquant a accepté d’encaisser plusieurs coups autour du filet. Il a été récompensé avec deux buts dimanche.

« Je ne venais pas ici en mode touriste », Xavier Simoneau

 

« C’est un joueur très intelligent, compétitif et avec beaucoup de hargne. C’est très important d’avoir des joueurs comme lui si tu veux gagner des matchs », a admis Houle.  

 

« Je ne m’en venais pas ici en touriste. J’essaie de faire mon nom et de tracer mon propre chemin. J’ai eu une excellente fin de semaine, je ne pouvais pas demander mieux », a commenté Simoneau avec justesse.
 
Pierrick Dubé : Reconnu pour son apport offensif en premier lieu, Dubé a prouvé qu’il est capable d’ajuster son arsenal. En plus de menacer quelques fois, il a bloqué des tirs et bien tenu son bout en infériorité numérique.
 
Mattias Norlinder : Tournoi trop ordinaire pour l’Européen. Offensivement, ce n’est pas un problème, mais il a encore beaucoup de boulot à abattre dans sa zone.
 
Arber Xhekaj : Si imposant physiquement, il a anéanti Zachary Massicotte dans un combat. Il a aussi démontré quelques pièces de jeu intéressantes avec la rondelle. Il ne lui reste qu’à continuer à progresser.

 

« D’avoir un gars comme lui dans ton équipe, ça calme les choses un peu. C’est bon pour tout le monde autour », a admis Houle.  

« C'est toujours dommage voir un gars tomber comme ça », Xhekaj

 

« C’est bien d’avoir un joueur comme lui qui protéger les plus jeunes et d’autres joueurs comme Juraj qui ont une cible dans le dos, en quelque sorte. Il a une prestance sur la glace, on a vu le combat aussi, c’est génial d’avoir un coéquipier comme lui », a jugé Guhle.

 

« À mon premier match, je courais partout, j’étais trop enthousiaste et je me retrouvais hors position. Cette fois, j’ai juste laissé le jeu venir à moi et ça a été beaucoup mieux », a ciblé Xhekaj, qui n’a pas aimé les commentaires déplacés d’un adversaire (Roby Jarventie) envers les joueurs du CH.


Riley Kidney : Tournoi décevant pour ce joueur qui se tient trop loin de l’action. Il a récolté des points en avantage numérique, mais il est peu présent à cinq contre cinq.
 
Jan Mysak : Il n’a pas été en mesure de se faire valoir énormément, on s’attendait à un peu plus de sa part.
 
John Parker-Jones : Pour un joueur invité, ce gentil géant a fait sentir sa présence pendant ses deux matchs. Il a malmené quelques opposants et il s’est même permis un très beau but en échappée dimanche. Pas mal pour celui qui a évolué au niveau universitaire canadien la saison dernière.

 

« Il a bien fait, il a frappé un poteau, il a compté un but. Il a joué physique aussi, c’est intéressant pour un joueur invité comme lui d’avoir du succès », a réagi Houle.

 

« J'étais très nerveux, mais j'ai tout laissé sur la glace », John Parker-Jones