BUFFALO – Cet été, Juraj Slafkovsky n’a rien perdu de son aisance sur la patinoire et à l’extérieur de celle-ci. Le sympathique athlète a ajouté une dizaine de livres à sa charpente déjà intimidante et il espère dominer ses rivaux lors du tournoi des recrues qui s’enclenche à Buffalo.

 

« C’est agréable, on peut enfin jouer quelques matchs. Je me sens bien et j’ai hâte que la partie commence », a exprimé le talentueux attaquant qui a réussi de très belles pièces de jeu, jeudi, à l’entraînement.

 

Même s’il ne s’agit que d’une étape préliminaire vers le camp d’entraînement, Slafkovsky n’aborde pas le tout à la légère.

 

« Bien sûr, je veux dominer les autres, je veux être le meilleur joueur et aider mon équipe à gagner. Oui, ce n’est que le premier match, mais chaque partie devient une occasion de démontrer ce que je peux accomplir. Je vais faire de mon mieux et on verra », a-t-il déclaré.

 

Après la folie du repêchage, Slafkovsky admet que l’été a filé à vive allure. Sans surprise, il a été sollicité en Slovaquie.

 

« Un peu plus de gens me reconnaissent », a humblement réagi le grand gaucher dont la vie a changé.

 

« Je me concentre plus sur mon entraînement. Oui, c’est bien de sortir premier ou deuxième au repêchage, mais il faut que tu sois à la hauteur ensuite. Je ne me soucie pas des distractions extérieures. »

 

Preuve que son entraînement a été payant, il affiche désormais un poids de 238 livres - comparativement à 229 au printemps – grâce à l’entraînement en gymnase.

 

« Mais je pense que mon poids sera plus bas quand la saison commencera. Je n’y porte pas attention. Je m’attendais à un tel chiffre. [...] C’est une bonne chose d’avoir pu bâtir mon corps de cette façon. Je suis content de mon apparence et mon poids », a expliqué Slafkovsky qui semblait, quelque peu, mal à l’aise de ce poids peu banal.

 

Ah oui, il a confirmé, en riant, que ça n’avait rien à voir avec sa découverte de la poutine.  

 

Bref, il croit pouvoir s’imposer sur les petites patinoires de l’Amérique du Nord.

 

« Je crois que ça peut bien cadrer vu que j’ai un bon physique. Ce sera plus facile pour moi de compléter mes mises en échec. On verra si ça se concrétise », a évalué le colosse.

 

Si tout va bien, il voudra le prouver dès vendredi quand il pourrait affronter son grand ami Simon Nemec, qui a été repêché au deuxième rang par les Devils du New Jersey.  

 

« Ce sera amusant et j’en ai discuté avec Filip (Mesar, l’autre choix de première ronde du CH) que nous allions essayer de « l’anéantir » dans un coin », a-t-il lancé avec le sourire.

 

Une recrue qui s’intègre à merveille

 

Loin d’être timide, Slafkovsky n’a pas perdu de temps pour exercer une belle influence au sein de la relève du Tricolore. Son humour et sa stature l’aident à rallier les jeunes autour de lui et ils sont nombreux à être fascinés par ses attributs.

 

« C’est un bœuf ! Il est immense », a imagé Xavier Simoneau en riant.  

 

« Moi, à cinq pieds six pouces et 180 livres quand je suis mouillé, tu arrives contre un gros bonhomme. Mais il est tellement gentil et je me suis entraîné avec lui cet été. Les partisans vont l’aimer, il adore s’amuser et il travaille fort à l’extérieur de la glace aussi. Il a un très beau potentiel », a enchaîné celui qui est à l’autre bout du spectre du premier choix du repêchage de 2022 alors qu’il doit toujours prouver sa valeur.  

 

« C’est un bon jeune, il est humble, j’ai pu le connaître à l’événement de l’Association des joueurs. Ses habiletés sont évidentes, mais il est tout aussi génial à l’extérieur de la patinoire. Son potentiel n’a aucune limite. C’était bien de voir qu’il a une bonne tête sur les épaules », a décrit Jordan Harris.

 

Le côté amusant du géant slovaque a rapidement charmé ses pairs.

 

« Il est drôle et il est toujours souriant. C’est plaisant de le côtoyer. Pour un Européen, il est à l’aise avec tout le monde. Lui et Filip (Mesar, son ami d’enfance), on dirait qu’ils sont attachés un à l’autre », a rigolé Justin Barron.

 

« C’est sûrement intimidant d’arriver à Montréal à 18 ans, mais il devrait bien se débrouiller. C’est super de voir qu’il est capable de s’amuser dans ce contexte », a ajouté Harris.

 

Des confrontations formatrices avec Xhekaj

 

À l’image de plusieurs espoirs et joueurs du Canadien, Slafkovsky est arrivé tôt à Montréal cet été. À partir du 15 août, il s’est entraîné au Complexe Bell de Brossard ce qui a permis de poursuivre son apprentissage, développer une chimie, mais surtout se frotter à une compétition intéressante.

 

L’ailier du Canadien a notamment pu se coltailler avec le défenseur Arber Xhekaj qui pèse le même poids.

 

À voir le sourire de Xhekaj, c’est une évidence que ça devait chauffer quelques fois à Brossard lors des confrontations entre eux pour la rondelle.

 

« Au moins, j’ai pu rivaliser avec Juraj qui est très physique aussi », a d’abord répondu Xhekaj qui a hâte de jouer un match contre de vrais adversaires.  

 

« Oh, il est fort! Dans les coins, j’essaie parfois de le tasser et ça ne marche pas. Je dirais qu’on a partagé les honneurs pour les batailles individuelles », a-t-il noté en rendant sa carte de juge.  

 

« On y allait un peu doucement l’un envers l’autre, mais il a fait grimper le tout d’un cran et il n’était pas question que je me laisse renverser par un jeune. On est de bons amis », a enchaîné le défenseur gaucher qui avait surpris les dirigeants montréalais l’an dernier.

 

Pour Simoneau, qui concède autour de dix pouces et 50 livres à Slafkovsky et Xhekaj, la méthode ne peut guère être la même.

 

« Je suis petit, j’essaie de passer en-dessous d’eux, a blagué l’attaquant québécois. Ce sont deux colosses donc j’essaie de travailler avec ma rapidité. C’est la réalité de la LNH, il y en a plusieurs de leur gabarit. »

 

Houle surveillera l'implication de Slafkovsky

 

Le personnel d’entraîneurs du Rocket de Laval a obtenu la responsabilité de chapeauter le groupe de joueurs à Buffalo pour ce tournoi des recrues.

 

Jean-François Houle, l’entraîneur-chef, a donné un aperçu de ce qu’il attend du numéro 20 qui retiendra l’attention jusqu’à dimanche.

Jean-François Houle impressionné par le physique de Slafkovsky

 

« C’est sûr que son gros physique est impressionnant et il est capable de patiner avec son gros gabarit. Il doit être impliqué dans le jeu, être bon en échec-avant. J’aime la manière dont il se comporte au sein du groupe, il n’est pas seul dans son coin, il parle aux autres. Ce sera agréable de le voir jouer », a mentionné Houle qui revoit un peu de Jesse Puljujarvi en Slafkosky.

 

« On est ouverts à toutes les possibilités. Je crois que c’est un joueur qui va impressionner et on espère qu’il va rester avec le Canadien », a cerné Houle. 

 

Fait à noter que Kaiden Guhle ne participera pas au premier match. Les dirigeants veulent qu’il s’entraîne avant de disputer une rencontre puisqu’il revient d’une blessure.

 

Houle a également mentionné que chaque joueur et chaque gardien disputera, au minimum, l’un des trois matchs.

 

Formation pour le 1er match contre les espoirs des Sabres de Buffalo

   

20 Slafkovsky    86 Kidney      48 Mesar

51 Heineman    62 Beck          82 Condotta

43 Simoneau    53 Mysak       89 Guindon

76 Davidson     15 Stapley     93 Francis

 

59 Norlinder      52 Barron

84 Trudeau        54 Harris

72 Xhekaj           57 Tourigny

 

Pas en action Guhle, Fairbrother, Dubé, Parker-Jones et Centorame

Xavier Simoneau s'amène au camp des recrues en tant que « sous-estimé »