MONTRÉAL – Les Bruins de Boston sont revenus de l’arrière à deux occasions pour vaincre le Canadien, 4-3 en tirs de barrage, et empêcher Claude Julien de l’emporter contre son ancienne organisation.

Le Tricolore détenait une avance de 1-0 et 3-2, mais les visiteurs ont fait plaisir à leurs nombreux partisans qui s’étaient déplacés au Centre Bell.

La petite peste, Brad Marchand, a été l’auteur du but décisif en tirs de barrage dans ce duel entre deux équipes qui reprenaient le collier après une pause d’une semaine.

Cependant, on retiendra avant tout la scène préoccupante survenue en fin de deuxième période lorsque Phillip Danault a été atteint vers l’arrière de son casque, du côté droit, par un lancer du pire joueur dans les circonstances, Zdeno Chara. Blessé à la tête, il est parti en ambulance vers l’hôpital pour subir des tests plus approfondis, il était conscient et alerte.

« C’est sûr que cet incident a dérangé notre équipe et tout le monde de notre organisation. On n’aime jamais voir une scène comme celle-ci. Des blessures de ce genre sont toujours inquiétantes. Le plan est de le garder à l’hôpital cette nuit (samedi) et évaluer le tout de nouveau dimanche », a commenté Julien. (NDLR : Danault a obtenu son congé de l'hôpital dimanche et il se repose à son domicile.)

ContentId(3.1260042):Phillip Danault atteint à la tête
bellmedia_rds.AxisVideo

Danault est resté étendu sur la patinoire pendant de longues minutes entouré du médecin de l’équipe, de thérapeutes et de plusieurs joueurs. Chara est resté auprès de lui en plus de lui adresser quelques mots d’encouragement comme l’a fait Patrice Bergeron, un bon ami de Danault, qui a été éprouvé par des blessures à la tête. On a pu observer du sang sur la partie arrière du collet du chandail de Danault.  

« C’est plus difficile à voir quand c’est un ami. J’ai pu lui dire de prendre soin de lui. Il avait l’air alerte quand il a quitté. Zdeno se sentait mal », a mentionné Bergeron après la partie.

Pour revenir au résultat du match, les Bruins n’ont pas perdu en temps réglementaire depuis le 14 décembre et ils affichent un dossier de 18-3-3 à partir du 16 novembre.

Max Pacioretty, avec son troisième en trois matchs, Nicolas Deslauriers, sur une superbe séquence, et Alex Galchenyuk, avec son 100e en carrière grâce à un lancer parfait en avantage numérique, ont enfilé les buts du Tricolore. Le gardien Tuukka Rask aurait pu mieux faire sur les buts de Pacioretty et Deslauriers.

« On a joué un bon match, mais je suis à blâmer sur leur deuxième but. Je pense que j’ai dormi sur la switch sur cette séquence et c’est pour ça que je devais revenir avec une présence déterminée. C’est l’une des meilleures équipes, il faut juste un peu plus capitaliser sur nos chances », a analysé Deslauriers.  

« On n'aime jamais voir ça »

Julien n’a donc pas pu vaincre son ancienne organisation qu’il a dirigée pendant une décennie. Il n’avait pas encore affronté les Bruins depuis son retour à la barre du Canadien. Il se mesurera à eux deux autres fois d’ici le 20 janvier.

Marchand a aussi compté le premier but des Bruins pour créer l’égalité 1-1 en fin de première période. Après l’entracte, Jake DeBrusk a procuré une avance de 2-1 aux Bruins, mais Deslauriers a répliqué de belle manière et Galchenyuk a redonné les devants à Montréal avant que Krejci ne ramène tout le monde à la case de départ tard au second tiers.

Victor Mete a repris sa place avec le Canadien à la suite de son aventure avec Équipe Canada junior qui s’est terminée par une médaille d’or. Il a d’ailleurs eu droit à une belle ovation de la foule pour cette réussite. Mete n’a pas raté son retour se classant parmi les meilleurs de sa troupe et il a amassé une aide sur le but de Pacioretty. Il a été utilisé pendant 17:35, son plus haut total depuis le 26 octobre.

Joe Morrow a donc été laissé de côté tout comme les attaquants Daniel Carr et Byron Froese.

Le Canadien recevra, lundi, la visite des Islanders de New York, avant de retrouver les Bruins, mercredi, à leur domicile.

Deux occasions en or bousillées pour Montréal

Certes, la défaite n’est pas satisfaisante pour le Canadien, mais les hommes de Julien ont encore démontré d’autres signes encourageants. D’ailleurs, le CH aurait pu l’emporter quand il a hérité d’un jeu de puissance avec cinq minutes à écouler en temps régulier.

Une autre occasion en or s’est présentée en prolongation, mais Torey Krug a empêché Pacioretty et Tomas Plekanec de marquer de justesse.

« Chaque équipe a compté un but en avantage numérique. On aurait voulu marquer vers la fin tout comme lors de notre chance en prolongation », a commenté Julien.  

« C’était bien de compter en supériorité numérique, mais il aurait fallu en faire autant sur le jeu de puissance en fin de match », a admis Galchenyuk.

Carey Price mérite aussi du crédit pour ce point obtenu puisqu’il s’est imposé à quelques occasions pour terminer sa soirée avec 29 arrêts.

Toutes les pensées tournées vers Danault