Les arbitres sont des cibles faciles lorsque vient le temps d’identifier des coupables après une défaite. Surtout lorsque c’est le Canadien qui encaisse un revers.

 

Les arbitres n’ont toutefois rien à voir avec la victoire de 3-0 des Kings aux dépens du Canadien qui a lui-même saboté sa grande rentrée orchestrée autour des célébrations entourant les noces d’argent de sa dernière conquête de la coupe Stanley.

 

Oui la réputation de Drew Doughty lui a permis d’éviter une, voire deux, pénalités sur une même séquence en tout début de rencontre alors que le Canadien évoluait déjà en attaque massive.

 

Un cinq contre trois aurait bien sûr moussé les chances de marquer, mais le Tricolore a quand même fait chou blanc lors de cette attaque massive et, comble de malheur, Carey Price a accordé un cadeau à Adrian Kempe dès sa sortie du cachot.

 

Ce but n’aurait pas dû être suffisant aux Kings qui ont vengé, du moins un brin ou deux, les anciens qui ont perdu la coupe Stanley aux mains du Canadien il y a 25 ans.

 

Si ce filet a finalement été suffisant, c’est parce que le Canadien n’a pas joué un match à la hauteur de ses deux premières parties de la saison disputées à Toronto et à Pittsburgh. Contre les Leafs et les Penguins, le Canadien a été la meilleure équipe sur la glace.

 

Au Centre Bell jeudi, ce sont les Kings qui étaient les meilleurs. Ce sont les Kings qui ont le mieux joué. À commencer par leur gardien auxiliaire Jack Campbell qui a déclassé Carey Price. Bien que le Canadien ait obtenu 11 tirs de plus que ses rivaux (40-29), les Kings ont très bien appuyé leur gardien en s’emparant des retours et de rondelles libres autour de leur filet.

 

Les Kings ont été plus combatifs, plus efficaces, meilleurs. Un point c’est tout.

 

Ça ne veut pas dire que le Canadien s’est laissé battre comme il l’a fait trop souvent l’an dernier. Ça non. Le club s’est battu. La majorité des joueurs ont travaillé. Ils n’ont pas bien travaillé, mais l’effort était là et c’est pour cette raison que les amateurs croyaient encore à une possible remontée même si les Kings profitaient d’une avance de trois buts en milieu de troisième période.

 

En quatre attaques massives, le Canadien s’est contenté de quatre maigres tirs au but. Et encore, ils n’étaient pas tous de qualité. Loin de là. De fait, la meilleure occasion de marquer ne s’est même pas traduite par un tir au but alors que Tomas Tatar a frappé le poteau à la gauche du gardien Jack Campbell.

 

Le Canadien a évolué à cinq contre quatre pendant 5 minutes 10 secondes lors des dernières 6 minutes 25 secondes du deuxième tiers.

 

Une occasion en or pour éviter de retraiter au vestiaire avec un recul de 2-0. Une occasion ratée.

 

But refusé, accepté, puis refusé!

 

Les arbitres – eh oui! Encore les arbitres – ont encore soulevé l’ire des partisans du Canadien en troisième alors qu’ils – c’est le vétéran Brad Meier qui a pris la décision – ont refusé un but à Andrew Shaw.

 

La décision initiale a été renversée par Toronto.

 

Mais parce que les Kings ont ensuite interjeté appel en prétextant de l’obstruction aux dépens de leur gardien, le but a une nouvelle fois été refusé.

 

Vous en perdez votre latin?

 

C’est normal.

 

Mais attention : n’en déplaise au Canadien et à ses partisans, la décision juste a été rendue.

 

La manière pour se rendre à cette décision laisse toutefois à désirer. Pas mal même.

 

Croyant qu’Andrew Shaw avait illégalement touché à la rondelle avant qu’elle ne déjoue le gardien des Kings Jack Campbell, l’arbitre Meier a refusé le but. C’était une question de jugement.

 

Mais Meier avait tort, car Andrew Shaw n’a jamais touché à la rondelle illégalement. Lorsque les responsables installés dans la salle de contrôle à Toronto ont constaté l’erreur en regardant les reprises du jeu, ils ont aussitôt appelé au banc de l’annonceur du Centre Bell comme le veut le protocole établi. Les officiels mineurs ont alors fait entendre la sirène pour appeler les arbitres et leur indiquer que les « boss » de Toronto voulaient leur parler.

 

Tout ce beau monde a analysé les reprises et les arbitres ont finalement convenu que Shaw n’avait pas touché au disque.

 

Le but a donc été accordé.

 

Mais pendant cette longue pause, les Kings regardaient les reprises eux aussi. Et ils se fichaient bien que Shaw ait ou non touché illégalement à la rondelle, car il était clair que le joueur du Canadien était entré en contact avec leur gardien.

 

Aussitôt le but accordé, les Kings ont donc contesté le but et les reprises leur ont vite donné raison. Il est important de rappeler ici qu’un gardien, même s’il est à l’extérieur de sa zone réservée, ne peut être privé de sa liberté de mouvement lui permettant de tenter d’effectuer un arrêt. La reprise démontre clairement que Shaw a reculé dans le gardien des Kings le privant ainsi d’une chance de bloquer la rondelle.

 

Ce qui est absurde dans cette séquence n’est pas la décision finale – qui était la bonne – mais plutôt le fait que les responsables de Toronto aient accordé le but pour un motif valable il est vrai, alors qu’ils devaient le refuser pour un autre motif tout aussi valable.

 

Je veux bien croire que les responsables de Toronto devaient attendre la contestation officielle des Kings pour se pencher sur le cas d’obstruction. Mais dans un cas semblable, il est tellement clair que les deux clubs vont plaider leur cause, que la Ligue devrait aller au-devant des coups et ainsi éviter des pertes de temps qui nuisent au spectacle.

 

Mais bon! La LNH a tendance à aimer se compliquer la vie et compliquer celle des amateurs…

 

En bref

  • Pour une troisième rencontre consécutive, Jonathan Drouin est loin d’avoir rempli le rôle de leader offensif que ses coéquipiers sont en droit d’attendre de sa part. L’ailier qui avait si bien paru en match préparatoire à la gauche de Jesperi Kotkaniemi ne fait rien qui vaille et n’aide certainement pas son jeune coéquipier à se faire justice depuis le début de la saison régulière…
     
  • Parlant de la jeune sensation du Canadien, il est clair que Kotkaniemi, malgré son talent et ses qualités, est un brin dépassé par les événements. Le centre de 18 ans a écopé une troisième pénalité pour utilisation illégale de son bâton en trois matchs. C’est l’expérience qui entre et on doit faire preuve de patience à son égard. Surtout que Jonathan Drouin est lui de faciliter son entrée officielle dans la LNH…

 

  • Les ennuis de l’attaque massive du Canadien face aux Kings nous amènent à nous poser la question suivante : est-ce que le fait que Joel Armia et Andrew Shaw tirent de la droite justifie vraiment leur utilisation au sein des première et deuxième unités d’avantage numérique?

 

  • Première étoile du match de jeudi, le gardien des Kings Jack Campbell perce finalement la LNH. Choix de première ronde des Stars de Dallas en 2010 (11e sélection) il disputait contre Montréal son 10e match seulement en carrière dans la LNH. « J’ai traversé des moments difficiles, mais je trouve enfin une niche avec les Kings. Cette équipe m’offre enfin une chance de me signaler. J’ai la chance de jouer derrière un gardien élite en Jonathan Quick qui est un mentor de premier plan. Je profite aussi de la complicité de tous mes coéquipiers qui ont été brillants autour de moi ce soir », commentait le gardien qui a signé sa 4e victoire en carrière, sa première par jeu blanc…

 

  • Même si Peter Budaj a déjà porté les couleurs du Canadien et qu’il connaît bien le Centre Bell et l’atmosphère qui y règne, l’entraîneur-chef John Stevens n’a pas hésité une seconde à lui préférer Jack Campbell. Malgré son rôle de troisième violon, Budaj s’est assuré d’aider la cause de son coéquipier hier. « Sans me bombarder d’informations, il (Peter Budaj) m’a bien préparé en m’expliquant à quoi m’attendre comme ambiance, en me donnant des informations sur certains joueurs en surtout en s’assurant de me calmer et de ne pas me laisser distraire par tout ce qui entourait la partie de ce soir », a indiqué Jack Campbell.

 

  • Avec le but qu’il a inscrit en début de rencontre, but qui s’est avéré celui de la victoire en prime, Adrian Kempe revendique cinq buts et sept points en trois matchs en carrière contre le Canadien…

 

Les champions de 1993 visitent l'Antichambre
Touchant hommage pour Coach Demers
ContentId(3.1293433):Kings 3 - Canadiens 0
bellmedia_rds.AxisVideo
Une soirée festive, qui ne se termine pas comme souhaité
Des souvenirs plein la tête, même 25 ans plus tard
« Nous avions l'air rouillés »
ContentId(3.1293303):Cérémonies d'ouverture de la saison 2018-19 (3e partie)
bellmedia_rds.AxisVideo
ContentId(3.1293299):Cérémonies d'ouverture de la saison 2018-19 (2e partie)
bellmedia_rds.AxisVideo
ContentId(3.1293298):Cérémonies d'ouverture de la saison 2018-19 (1re partie)
bellmedia_rds.AxisVideo
Hommage à l'équipe championne de 1993