BROSSARD, Qc - Il n'y a pas de bons moments pour se blesser, mais la blessure au poignet gauche subie par Jonathan Drouin le 15 novembre est probablement survenue au pire moment.

Drouin a passé l'été à ronger son frein après une fin de campagne désastreuse le printemps dernier. Ses performances lors du camp, en septembre, n'avaient rien fait pour rassurer les partisans du Canadien. Mais une fois la saison lancée, Drouin a été l'un des meilleurs attaquants de la formation montréalaise, amassant 15 points lors des 19 premiers matchs.

Le Québécois âgé de 24 ans a indiqué qu'il s'était blessé lors de sa première présence sur la patinoire en troisième période de l'éventuelle victoire de 5-2 du Tricolore face aux Capitals de Washington, il y a deux semaines. Il est alors tombé maladroitement sur son poignet gauche. Comme le Tricolore l'a répété plusieurs fois ces dernières semaines, Drouin a rappelé que sa blessure n'avait rien à voir avec la percutante mise en échec d'Alex Ovechkin qu'il avait encaissée en deuxième période.

« Il n'y a rien de cassé. Ce sont des petites choses, mais ça va prendre du temps, a-t-il dit vendredi. C'est une blessure qui arrive souvent au hockey, un tendon qui se déchire ou qui se débarque un peu de sa position. Je ne suis pas inquiet, ça va revenir à la normale avec le temps. Il faut juste être patient. »

Drouin portait toujours un plâtre à l'avant-bras droit vendredi, mais il a indiqué qu'il devait bientôt le faire retirer et simplement porter une attelle. La période de convalescence a été estimée à huit semaines, ce qui signifie que Drouin vise un retour au jeu à la mi-janvier.

Il espérera bien sûr reprendre là où il a laissé.

« C'est décevant, mais ça fait partie du hockey. Je ne suis pas le premier à me blesser et je ne serai pas le dernier, a-t-il philosophé. Pour moi, c'est d'avoir un bon état d'esprit, une bonne attitude et continuer à ne pas me perdre mentalement dans tout ça.

« Chaque match, je me sentais plus en confiance, je bâtissais sur quelque chose que j'amenais à un autre niveau aussi, a-t-il ajouté en revenant sur son début de campagne. C'est sûr que c'est décevant de se blesser comme ça à ce point-là de la saison, quand l'équipe allait bien et à un moment où j'étais aussi en confiance. J'espère que ça va revenir. »

Il est vrai que le Canadien connaissait de bons moments avant que Drouin et Paul Byron tombent au combat lors du duel face aux Capitals. Par hasard ou non, l'équipe n'a pas gagné en six sorties en leur absence.

Cette situation rend le temps loin de la patinoire encore plus éprouvant pour Drouin.

« Chaque athlète va le dire : quand vous ne pouvez pas faire une différence et que vous pouvez seulement attendre et regarder ce qui se passe, c'est dur. En ce moment, je suis frustré de voir ce qui se passe sur la glace et les résultats que nous obtenons. C'est décevant et c'est dommage, mais j'essaie d'être positif autour de la patinoire. Nous allons nous sortir de ça tous ensemble », a-t-il insisté.

Le Canadien continue de s'enliser
« Price est aussi frustré que tout le monde »