MONTRÉAL - S'il y avait eu une justice, le Canadien de Montréal aurait ajouté deux points au classement samedi soir. Mais Pekka Rinne ne semble pas connaître la définition de ce terme.

Le gardien finlandais a repoussé 47 rondelles, a été de marbre lors de la session de tirs de barrage et il a été la figure dominante d'un gain de 3-2 des Predators de Nashville au Centre Bell.

Rinne a été particulièrement spectaculaire en prolongation, lors de laquelle il a bloqué les dix tirs du Tricolore. En fusillade, il a repoussé les tentatives de Jonathan Drouin et de Max Pacioretty, après que Paul Byron eut raté la cible.

Ryan Ellis a été le seul buteur lors des tirs de barrage. Premier joueur dépêché par Peter Laviolette, le défenseur des Predators a battu Carey Price d'un tir dans la partie supérieure gauche.

Price a ensuite stoppé Filip Forsberg, mais le mal était déjà fait.

Brendan Gallagher avec son 20e de la saison à son 55e match, et Drouin avec son 8e tard en troisième période, ont réussi à déjouer la vigilance de Rinne.

« P.K. aime qu'on parle de lui »

Gallagher a atteint le plateau des 20 buts pour la deuxième fois de sa carrière après sa récolte de 24 en 2014-2015. À ce rythme et s'il parvient à éviter les blessures, il a une chance de se rendre à 30 buts.

On l'a aussi vu livrer une bataille de tous les instants contre P.K. Subban, mais ce n'est pas un sujet sur lequel il avait envie de discourir.

« Je ne sais pas pourquoi on parle de lui. C'est ce qu'il veut. Vous pourrez le laisser parler de lui-même toute la soirée, il va vous en donner assez, je ne vais pas vous aider », a lancé Gallagher.

Scott Hartnell (8e) et Kevin Fiala (18e) ont trouvé le fond du filet contre Price, qui a réalisé 30 arrêts et qui n'a rien eu à se reprocher sur les deux buts dont il a été victime.

Face à l'une des meilleures équipes dans la LNH, une équipe que plusieurs observateurs voient défiler avec la coupe Stanley en juin prochain, le Canadien a livré l'une de ses meilleures performances de la saison.

« Tout ce que je peux dire, c'est qu'on méritait un meilleur sort. Ce soir, il y avait deux bons gardiens et ç'a gardé le match serré. Je n'ai rien de négatif à dire de notre équipe parce que du début à la fin, on a joué un match très solide. On a tout fait pour gagner et on aurait dû gagner », a commenté Claude Julien.

« Je n'ai rien de négatif à dire »

Combatifs, les patineurs montréalais se sont imposés au niveau de la robustesse, au point où après deux périodes, ils totalisaient presque deux fois plus de mises en échec que leurs adversaires (27 contre 14).

Ils se sont aussi montrés beaucoup plus menaçants que leurs adversaires, amassant 26 tirs contre Rinne au fil des deux premières périodes, dont plusieurs à courte distance, tandis que la troupe de Peter Laviolette était limitée à 17 tirs vers Price, dont très peu véritablement dangereux.

Efficace en défensive, le Canadien a pris les devants au deuxième vingt, grâce à de l'échec-avant efficace d'Artturi Lehkonen aux dépens de Forsberg. Le travail du Finlandais a permis à Gallagher d'ouvrir la marque à 8:35.

Mais les Predators n'occupent pas sans raison le sommet de la meilleure section de la LNH et ils ont profité d'une rare maladresse du Canadien dans son territoire pour égaler le score avec un peu moins de quatre minutes à écouler à l'engagement.

Victor Mete, Tomas Plekanec et Gallagher ont tous été incapables de maîtriser une rondelle bondissante devant le filet de Price, et celui-ci n'a eu aucune chance de réagir sur le but de Hartnell, qui s'est retrouvé devant une cage déserte après avoir accepté une passe de Nick Bonino.

Fiala a donné les devants aux Predators avec un peu plus de sept minutes à jouer au temps réglementaire, mais le Canadien n'avait pas dit son dernier mot.

Avec Price au banc des joueurs, Drouin a semé la frénésie dans les gradins grâce à un tir de toute beauté, qui s'est faufilé dans la partie supérieure droite du filet, avec 74 secondes à faire au temps réglementaire.

Le Canadien ne reverra pas ses partisans avant le 22 février alors qu'il accueillera les Rangers de New York. Entre-temps, il disputera ses quatre prochaines rencontres à l'étranger, à commencer par mercredi face à l'Avalanche du Colorado.

Ce périple mènera les hommes de Claude Julien en Arizona jeudi, à Las Vegas samedi et à Philadelphie le mardi suivant.

Échos de vestiaire

Claude Julien, au sujet du plan de match du Canadien pour contrer la mobilité des défenseurs des Predators :

« On a fait du bon travail en échec-avant pour finir nos mises en échec et on n'a pas donné la chance à leurs défenseurs, qui sont de bons patineurs, de se lancer en attaque. »

Jonathan Drouin, au sujet de la performance du gardien Pekka Rinne :

« Je m'ennuie de Price et Chucky »

« Il est l'un des cinq meilleurs dans la ligue et il y a une raison. Il est grand, il a une longue portée. On a bien joué, on a patiné, on a créé des chances, mais on n'a pas mis la rondelle dans le filet. »

P.K. Subban, au sujet de ses batailles avec Brendan Gallagher durant le match :

« Je bataille contre tout le monde et non contre un joueur de l'autre équipe en particulier. J'essaie de gagner mes batailles. Si des joueurs veulent être compétitifs contre moi, je vais l'être de mon côté et gagner mes batailles. Le hockey est un sport physique et mental. Il faut batailler avec ardeur. J'ai toujours joué de cette façon et il n'y avait rien de différent ce soir. »

Le CH aurait mérité un meilleur sort