MONTRÉAL - Parce que le Canadien surfait sur sa première séquence de trois victoires de la saison, qu’il avait amorcé le voyage avec un gain en Arizona et qu’il avait volé deux points dès le lendemain à Vegas, il est difficile de lui tomber lourdement sur le dos pour son revers de 4-1 encaissé samedi.

 

Il est toutefois nécessaire de souligner qu’il a raté une très belle occasion en s’écrasant comme il l’a fait à Dallas.

 

Les Stars, un club composé de joueurs imposants physiquement, talentueux, mais dont la rapidité est loin d’être la qualité première, avaient joué la veille à Denver. Ils y avaient battu l’Avalanche pendant que le Canadien profitait d’une journée de congé en les attendant à Dallas.

 

Pour ces deux raisons, le Canadien aurait normalement dû être le club le plus rapide sur la glace. Il aurait dû être le club qui dictait l’allure du match.

 

C’est le contraire qui est arrivé alors que le Canadien a passé la soirée à la remorque des Stars. N’eut été des arrêts de Carey Price qui, dans une cause perdante, a été, et de loin, le meilleur joueur de son camp, le Canadien se serait fait poivrer deux, trois, quatre buts de plus.

 

C’est ça qui est dommage. Que le Canadien perde, à Dallas, contre les Stars passe encore. Surtout après trois victoires collées.

 

Mais que le Canadien ait disputé une de ses pires parties de l’année, qu’il ait été lent et en retard tout le match, qu’il ait été brouillon dans toutes les facettes du jeu, qu’il ait été blanchi en cinq attaques massives, qu’il ait été généreux en laissant les Stars marquer deux fois en avantage numérique, ça passe moins bien.

 

C’est ça qui est dommage. Ça me rappelle le revers encaissé au Minnesota au lendemain d’une victoire à St.Louis aux dépens des champions de la coupe Stanley plus tôt en octobre. Après une victoire un brin inattendue contre les Blues, le Canadien s’était enlisé face au Wild.

 

Il a fait la même chose samedi face aux Stars après avoir volé deux points qu’on espérait plus avec une remontée victorieuse orchestrée en milieu de troisième période jeudi, à Las Vegas, dans le cadre d’un deuxième match en deux soirs.

 

« Pas des robots »

 

Certains diront qu’il est aussi difficile, peut-être même plus, de disputer un troisième match en quatre soirs qu’un deuxième en deux soirées.

 

Ça pourrait expliquer l’absence généralisée du Canadien samedi. Si bons lors des huit à dix derniers matchs, si explosifs, si dominants, les membres du premier trio ont été invisibles à Dallas. Max Domi, Jonathan Drouin et Joel Armia ont offert quelques beaux flashs offensifs. Mais pas assez.

 

En relève à Jesperi Kotkaniemi (blessure légère à l’aine) pour une deuxième rencontre de suite, Nick Suzuki a disputé un match intéressant et quelques-unes des meilleures occasions du Tricolore sont venues du quatrième trio qui a d’ailleurs joué pratiquement autant que les autres.

 

Ça vous donne une idée…

 

« Pour des raisons que je ne comprends pas, on n’avait pas de jambes ce soir. Nous ne sommes pas arrivés à générer de l’attaque », a convenu avec une franchise qui l’honore Jonathan Drouin après la défaite.

 

Claude Julien a été tout aussi direct dans ses analyses. Et bien qu’il ait vociféré contre les arbitres à quelques occasions pour des décisions sévères à l’endroit de ses joueurs, il n’a pas cherché d’excuses dans son analyse d’après match.

 

« On a peut-être joué notre pire match de la saison. Les arbitres ont été sévères avec les deux équipes. Et bien honnêtement, nous n’avons pas été assez bons pour chercher des excuses ailleurs. Nous ne nous sommes pas donné des chances de gagner », a indiqué Claude Julien qui, bien que déçu du résultat, s’est porté à la défense de ses joueurs à qui il avait justement donné congé vendredi afin de maximiser leur forme en vue du match de samedi.

 

Avec les résultats qu’on a vus!

 

« Nous sommes arrivés à Dallas à 4 h du matin vendredi. Il fallait donner congé aux joueurs », a d’abord plaidé Julien en guise de réponse à une question associée au bien-fondé d’offrir un congé à ses joueurs vendredi.

 

« Nos joueurs sont des êtres humains. Ils ne sont pas des robots. Sans dire que je suis satisfait malgré la défaite, on a quand même gagné de gros matchs plus tôt cette semaine et même si on avait la chance de compléter un voyage parfait, on a signé de grosses victoires à Phoenix et à Vegas. Les gars n’avaient pas les jambes nécessaires pour offrir le genre de performance nécessaire pour gagner ce soir. Le manque d’énergie a entraîné tous les ennuis qui expliquent la défaite », a ajouté l’entraîneur-chef du Tricolore.

 

Dommage pour Price

 

Au repos jeudi, à Las Vegas, pour maximiser ses chances de victoire samedi à Dallas, Carey Price a fait plus que sa part pour donner une chance de gagner à son équipe.

 

Pilonné de 40 tirs, Price a surtout dû composer avec de nombreuses occasions A-1+++ offertes aux Stars par ses coéquipiers. Il a réalisé de nombreux très gros arrêts pour au moins donner l’impression que son club était dans le coup.

 

Il n’a pas joué de chance en fin de deuxième alors que l’arbitre Tom Chmielewski s’est montré très généreux à l’endroit de Denis Gurianov à qui il a accordé un tir de pénalité. L’attaquant des Stars avait pourtant obtenu un tir sur son échappée et Nick Suzuki a semblé effectuer un bon jeu défensif au lieu de se rendre coupable d’un accrochage illégal sur le jeu.

 

Mais bon! C’est l’arbitre qui a le dernier mot.

 

Et sur le tir de pénalité, un tir vif et précis de Gurianov, Carey Price s’est montré un brin généreux en laissant une brèche entre ses jambières.

 

Est-ce que ce but a fait mal au Canadien?

 

Bien sûr. Car en plus d’être encore une fois accordé en fin de période – il restait 1 :11 à écouler en période médiane – ce but doublait l’avance des Stars. Une avance qui à ce moment semblait bien suffisante tant le Canadien peinait à rivaliser avec ses adversaires.

 

Doit-on imputer le revers à Price parce qu’il n’a pas effectué l’arrêt sur le tir de pénalité? Ce serait non seulement injuste, mais ce serait exagéré considérant que le gardien est le seul joueur qui a permis d’éviter une catastrophe samedi.

 

Il faudra profiter du congé de dimanche pour bien se reposer et de l’entraînement de lundi pour bien se regrouper et améliorer la qualité générale du niveau d’exécution.

 

Sans quoi la catastrophe évitée samedi pourrait bien se produire mardi, au Centre Bell, où Patrice Bergeron et le meilleur premier trio de la LNH en ce moment feront escale, dans le cadre du premier duel de la saison face aux Bruins de Boston.

 

En bref

  • Blanchis en cinq occasions samedi, les spécialistes de l’attaque massive n’ont pas marqué lors des trois derniers matchs du Tricolore (0 en 10). Ils ont été blanchis quatre fois lors des cinq derniers matchs (1 en 15) après n’avoir été blanchis qu’une seule fois lors des neuf premières rencontres de la saison (9 en 33)...
     
  • Parfaits lors des trois dernières rencontres (5 en 5) les spécialistes du désavantage numérique ont donné deux buts en quatre occasions samedi...
     
  • C’était la huitième fois de la saison, samedi, que le Canadien se retrouvait avec un recul de deux buts sur les bras. Sa fiche en pareille occasion est de 24-1-1. Il a orchestré des remontées victorieuses jeudi dernier à Las Vegas et le 5 octobre à Toronto, lors du deuxième match de la saison...
     
  • Déjà très solide en carrière aux dépens du Canadien, le gardien Ben Bishop a amélioré sa fiche face au Canadien samedi. Il revendique maintenant un dossier de 134-4 avec une moyenne de 1,7 but accordé par rencontre et une efficacité qui flirte avec les 94 % face au Tricolore...
     
  • Alex Radulov a marqué son deuxième but en carrière aux dépens du Canadien contre qui il revendique un total de six points (2 buts, quatre passes) en sept rencontres. Deux buts et deux passes en cinq matchs disputés dans l’uniforme des Stars de Dallas et deux passes avec les Predators de Nashville...
     
  • Les joueurs du Canadien rentrent à Montréal dimanche après avoir dormi à Dallas. Ils reprendront l’entraînement au lendemain du congé dominical...
     
  • Bon dimanche à tous et à tous. J’espère que vous avez pleinement profité de l’heure supplémentaire de sommeil...
ContentId(3.1345796):LNH : Canadiens 1 - Stars 4 (Hockey)
bellmedia_rds.AxisVideo
« C'était logique de prendre du repos »