BROSSARD - Quand Shea Weber est arrivé sur la patinoire vêtu d’un chandail rouge, que les Suzuki, Kotkaniemi, Danault et aux joueurs de premier plan du Canadien sont aussi apparus drapés de rouge, on s’est dit que le match serait difficile pour les Blancs.

 

Bon ! Ils pouvaient compter sur Carey Price. Ce qui était certainement un plus.

 

Romanov et Toffoli retiennent l'attention

Mais quand Jonathan Drouin et Josh Anderson, initialement vêtus de blanc, ont changé de camp pour rejoindre leurs compagnons de trio réguliers depuis le début du camp, il semblait clair qu’en dépit la présence de Price devant la cage, le match serait à sens unique.

 

Autre exemple que c’est sur la glace et non sur papier que le hockey se joue, les Blancs ont marqué le premier but. Après une période, c’était toujours 1-0 en leur faveur.

 

De quoi accorder de très bonnes notes au trio Lehkonen-Evans-Byron qui était le pilier des Blancs. De bonnes notes aussi aux Jordan Weal, Victor Mete, Xavier Ouellet, Cale Fleury et Noah Juulsen qui étaient les seuls autres réels candidats à un poste avec le grand club dans leur camp.

 

Sans oublier les Alex Belzile, Joël Teasdale, Brandon Baddock et autres joueurs qui défendront les couleurs du Rocket.

 

Mais en dépit la bonne volonté des négligés, leurs efforts et les bonnes séquences qu’ils ont connus, la logique a été respectée.

 

Les Rouges l’ont finalement emporté 5-3.

 

Bien que les Blancs étaient grandement désavantagés, Claude Julien a louangé l’opposition qu’ils ont offerte.

 

«Ces gars-là ont travaillé très fort aujourd’hui. Les Rouges les ont eus dans le visage du début à la fin de la partie. Dans les faits, ils ont offert une bien meilleure opposition que nous aurions affrontée dans le cadre d’un match préparatoire normal alors que les équipes amènent des moitiés de club. J’ai beaucoup aimé ce que j’ai vu», a indiqué l’entraîneur-chef du Tricolore.

 

Vendredi sera jour de congé et dimanche, en soirée, le Canadien disputera le deuxième et dernier match simulé du camp. Il ne reste donc que trois séances pour maximiser les entraînements avant que l’équipe ne mette le cap sur Toronto, mardi, avant d’entreprendre la saison dès le lendemain face aux Maple Leafs que le Tricolore affrontera 10 fois cette année.

 

«On a fait un peu de trois contre trois et une séance de tirs de barrage après le match d’aujourd’hui. On n’a pas encore abordé le jeu à quatre contre quatre, l’échec avant en zone neutre et plusieurs autres facettes du jeu sur lesquelles nous devons travailler. On a encore les mains pleines avec peu de jours d’entraînement devant nous», a conclu le coach du Canadien.

 

Je vous propose ici mes observations sur les trios d’attaquants, duos de défenseurs et les gardiens qui se battent pour les places disponibles au sein de la formation officielle et de l’équipe de réserve.

 

Drouin – Suzuki – Anderson

 

Les premières notes qui j’ai rédigées sur ce trio étaient toutes associées à la vitesse affichée par Josh Anderson lors de ses premières présences. Il file sur la glace. Il s’est même permis de devancer Jonathan Drouin en récupération de rondelle en territoire ennemi dans le coin gauche de la patinoire.

 

Suzuki a été plutôt discret. Ce qui n’est pas une mauvaise note en soi.

 

Jonathan Drouin a marqué un très beau but en fin de match. Au terme d’une échappée offerte par Ben Chiarot qui lui a servi une longue et très belle passe, Drouin a servi plusieurs feintes au gardien Charlie Lindgren avant de glisser la rondelle derrière lui.

 

Pour le reste, Drouin a été discret. Mais s’il est capable de se démarquer en marquant régulièrement des buts comme celui qui a donné la victoire aux Rouges, il saura se faire pardonner…

 

Tatar – Danault – Gallagher

 

Brendan Gallagher a donné le ton en jouant comme… Brendan Galagher. Après avoir été frappé par Paul Byron en sortie de zone, Gallagher s’est repris en se vengeant aux dépens de «Ti-Paul» pour ensuite s’en prendre à Lehkonen le long de la bande. Gallagher sera prêt. En fait, il l’est déjà!

 

Tomas Tatar a effectué quelques bons jeux lors du match simulé. Il a aussi connu une très bonne présence au sein de la deuxième vague d’attaque massive. Bien que l’attention sera davantage concentrée sur les nouveaux venus, je demeure convaincu qu’il saura contribuer régulièrement au pointage.

 

Phillip Danault est discret depuis le début du camp. Il l’a été lors du match de jeudi. Aucune note négative à lui offrir cela dit.

 

Toffoli – Kotkaniemi – Armia

 

Tyler Toffoli a marqué en avantage numérique. Le CH et ses partisans souhaitent que ça arrive souvent cette saison. Bon! Pour être honnête, Carey Price n’a pas été fort sur le jeu. Mais Toffoli a décoché un tir de l’enclave, exactement où l’état-major lui demandera de se camper lors des attaques massives. Cadeaux ou pas, c’est de là qu’il marquera la majeure partie de ses buts.

 

« KK est capable d'être physique »

J’ai aussi relevé une très belle feinte qu’il a servie pour contourner Noah Juulsen sur la droite du jeune défenseur.

 

J’aime beaucoup ce que Toffoli apporte jusqu’ici.

 

Jesperi Kotkaniemi a été l’un des joueurs qui ont le plus attiré mon attention. Premièrement, il a réalisé la sortie de zone la plus spectaculaire du match en servant une feinte -- «Toe Drag» -- sensationnelle qui a mystifié Paul Byron dans le cadre d’une sortie de zone.

 

Kotkaniemi a aussi marqué deux fois. Le deuxième dans un filet désert ne mérite pas de mention particulière, mais le premier oui.

 

Vous vous rappelez du jeune KK qui passait plus de temps les fesses sur la glace que les patins bien ancrés dedans? Ce KK a grandi et pris de l’aplomb. Car sur son premier but, Kotkaniemi a livré une bataille pour garder sa place devant Carey Price avant de le déjouer en sautant sur une rondelle libre.

 

Ah oui! KK a aussi reçu un éloge de la part du nouvel adjoint de Carey Price. «Josh Anderson et Nick Suzuki ont de très bons tirs qu’ils sont en mesure de décocher en mouvement. Mais celui qui m’impressionne le plus est Jesperi «Kottakanimi»… Je ne sais pas encore comment prononcer son nom, mais je sais déjà que son tir des poignets est comme un missile», que Jake Allen a déclaré après le match.

 

Frolik – Poehling – Perry

 

Michael Frolik a quitté le match tôt en première période après avoir reçu un bâton au visage. Il a marqué le premier but des Rouges en deuxième. Rien de plus à dire sur ce vétéran qui remplira un rôle de soutien cette année.

 

De Ryan Poehling, à Brett Kulak, à Michael Frolik et le but!

Corey Perry a été fidèle à ce que j’attends de lui. Il est lourd et difficile à contenir. Mais il est vraiment lent. Il faudra s’y faire. Perry m’a d’ailleurs fait rire après le match lorsqu’il a dit, en entrevue : «Je savais que les gars de cette équipe étaient bons et rapides, mais je n’avais pas réalisé à quel point ils étaient rapides.» je crois avoir perçu l’écho qui répondait : je ne suis pas capable de les suivre…

 

Mais bon. Il sera quand même intéressant de voir ce qu’il donnera en attaque massive alors qu’il se bataillera autour du filet adverse dans les 30, 35, 40 matchs qu’il disputera.

 

Sur ce trio, c’est Ryan Poehling qui a le plus attiré mon attention. Il a affiché de la vitesse, de la hargne sur la glace. On n’avait pas vu ça souvent l’an dernier. Est-ce le fait de réaliser que sa place est loin d’être assurée qui le motive ainsi? Sans doute. Mais c’est une bonne nouvelle de voir qu’il ne tient rien pour acquis. Ça le rend plus intéressant. Claude Julien a d’ailleurs souligné l’intensité affichée par Poehling dans ses commentaires d’après-match.

 

Lehkonen – Evans – Byron

 

Meilleur trio des Blancs et sans l’ombre d’un doute le trio qui a affiché le plus d’intensité des deux équipes.

 

Paul Byron utilise sa vitesse et marque

Byron a marqué le premier but du match sur une échappée. Lui et Lehkonen n’ont accordé aucune marge de manœuvre à leurs coéquipiers devenus ennemis d’un jour de la première à leur dernière présence.

 

Le travail, la hargne, la vitesse étaient et seront toujours au rendez-vous pour ces deux gars qui luttent pour garder leurs places au sein du quatrième trio.

 

Jake Evans a suivi l’exemple de ses ailiers. Une bonne habitude à prendre.

 

Chiarot – Weber

 

Piliers de la défensive, ces deux gars-là n’avaient rien à prouver lors du match simulé. Chiarot s’est quand même souligné avec sa passe sur le but gagnant et avec une solide mise en échec qui a envoyé Jacob Lucchini – je crois que c’est lui – les quatre fers en l’air.

 

Weber a été une force tranquille. Il s’est toutefois imposé en fin de match le long de la bande alors que des «prospects» tentaient d’en mener large. Ça a fait «Boum!» et le calme est revenu…

 

Edmundson – Petry

 

Rien à écrire de spécial. Travail honnête et bien fait. Tenez : quelques mots de Jake Allen sur son ancien coéquipier des Blues «Je connais Joël depuis longtemps. Il est solide, calme et discret sur la patinoire. N’attendez pas de grandes envolées offensives et des points à la tonne. Mais vous pouvez vous attendre à du jeu solide, à une présence physique continue et à un gars qui jettera les gants s’il sent que c’est nécessaire. Il n’est pas le genre à reculer devant quiconque.»

 

Kulak – Romanov

 

J’ai plusieurs fois déjà écrit à quel point Alexander Romanov m’impressionne. Je l’écris encore aujourd’hui et je risque de l’écrire souvent cette saison.

 

Il est rapide sur patins, rapide dans ses actions, dans ses réactions, dans les passes qu’il décoche. Mais il est tout aussi précis et efficace dans toutes ces facettes du jeu. Il s’est aussi permis une mise en échec aux dépens de Joël Teasdale qui s’est bien repris plus tard dans le match en contournant le jeune défenseur russe. Romanov n’était d’ailleurs pas fier de lui après ce jeu alors qu’il a donné un grand coup de bâton sur le filet défendu par son gardien.

 

Romanov est encore jeune. Il devra apprendre à composer avec une opposition plus féroce dans un match de la LNH que dans un match simulé et dans les matchs de la KHL auxquels il est habitué. Il devra aussi apprendre à passer plus de temps sur la glace ce qui l’obligera à mieux gérer son intensité.

 

Mais le talent est évident. Il saute aux yeux. Et il ne semblait pas le moindrement handicapé par le fait qu’il évoluait à la droite de Brett Kulak alors qu’il a toujours joué à gauche. Je crois sans risque de me tromper que le CH pourra enfin compenser la perte de Mikhael Sergachev…

 

Ouellet – Mete

 

Les deux arrières ont très bien fait et l’état-major pourra compter sur des releveurs de qualité lorsque le grand club fera appel à eux.

 

Mete a été particulièrement bon lors d’une attaque massive alors qu’il a bien géré la rondelle à la ligne bleue avant de décocher un tir qui a permis à Brandon Baddock de marquer.

 

Je ne suis pas un fan de Mete. Loin de là. Mais il sera une bonne police d’assurance quand viendra le temps de peut-être reposer Romanov.

 

Price – Allen – Lindgren – Primeau

 

Carey Price a accordé un mauvais but à Toffoli. « Chill out » comme ont dit. Jake Allen a bien paru. Il s’est même permis de jouer la rondelle à quelques reprises. «C’est une facette de mon jeu que j’ai toujours tenu à utiliser. Je ne suis pas aussi efficace que Carey (Price) qui est l’un des meilleurs de la Ligue avec la rondelle, mais j’aime bien faire des passes d’une dizaine de pieds pour aider mes défenseurs», a indiqué Allen.

 

Le nouvel adjoint de Price ne sait pas encore combien de matchs il disputera et ça le laisse indifférent. «Je serai prêt quand on me dira d’y aller et je tenterai de toujours être le meilleur possible. Je développe mes relations avec Carey et avec l’entraîneur Stéphane Waite. Je vais apprendre les connaître sur et à l’extérieur de la patinoire. Stéphane va apprendre à connaître mon style et mes habitudes et nous serons ensuite en mesure de travailler sur les aspects de mon jeu. Pour l’instant, il s’assure que je me sente bien accueilli et à l’aise dans mon rôle. Et sur ce point, tout va très bien.»

 

Weal – Fleury – Juulsen

 

Autre candidat à l’équipe de réserve du Canadien, Jordan Weal a affiché l’intensité et la vitesse qui le caractérisent. Mais bon! Je ne crois pas que ce soit assez pour rester sur le Taxi Squad. Un avantage, il peut jouer au centre. Mais Poehling semble l’avoir devancé dans l’organigramme.

 

Noah Juulsen semble à l’aise sur la patinoire. Il serait donc complètement remis des blessures et maux de tête qui l’ont miné au fil des dernières saisons. Grand bien lui fasse.

 

De tous les joueurs qui devront été soumis au ballottage par le Canadien, je crois que Juulsen est le seul qui pourrait vraiment intéresser une autre équipe de la LNH. Les Jets de Winnipeg et leur défensive remplie de brèches devraient sauter sur lui s’il est disponible.

 

Cale Fleury devance toujours Juulsen selon mes observations. Mais comme il n’a pas à franchir le ballottage avant d’être retourné dans les mineures, ça pourrait lui jouer des tours cette année avec le CH en raison des nombreux aller-retour qui seront multipliés pour respecter le plafond salarial.

 

C’est congé vendredi au camp du Canadien.