SOMMAIRE DU MATCH

FAITES VOTRE BULLETIN DES JOUEURS

Loin de se contenter de faire bonne figure contre l’une des bonnes équipes de la LNH, le Canadien s’est offert une victoire sans appel de 5-2 aux dépens des Jets de Winnipeg. Une victoire à la fois surprenante, convaincante et même impressionnante aux dépens d’un club, il est important ici de le souligner, qui s’impose comme sérieux prétendant à la coupe Stanley.

 

Pas question ici de transformer cette victoire en tremplin capable de propulser le Canadien au rang de prétendant à la coupe. Ça non!

 

Mais dans le cadre du premier de quatre matchs baromètres contre des « forces » de la LNH, le Canadien a démontré qu’il pouvait, en jouant avec fougue, intensité et intelligence, rivaliser avec les meilleurs.

 

Ce n’est pas rien.

 

Il a aussi démontré qu’il n’avait pas de complexe face aux Jets. « On respectait les Jets, on respectait leur talent offensif et leur vitesse. Mais il était hors de question d’avoir des complexes », a indiqué Claude Julien qui n’a pas eu à faire de grands discours pour motiver ses joueurs à l’aube du défi difficile que se dressait devant eux.

 

« Je n’ai pas parlé au joueur de fait qu’ils disputaient un gros match. J’ai plutôt insisté sur le fait qu’on avait une partie excitante devant nous contre un adversaire solide qu’il fallait respecter oui, mais contre qui on pouvait avoir du succès en utilisant notre vitesse pour freiner leur exécution et les garder le plus longtemps possible dans leur territoire », a expliqué Claude Julien dont la stratégie a fonctionné à merveille.

 

Le Canadien, il faut le dire et l’écrire, a disputé un grand match de hockey. De loin, de très loin, son meilleur de la saison. De fait, son meilleur depuis un fichu bout de temps.

 

De la première minute jusqu’à la toute dernière, le Canadien a dominé ses adversaires dans tous les aspects du jeu. Le Canadien s’est même permis de neutraliser l’une des grosses attaques de la LNH grâce à un échec avant de tous les instants.

 

Neutraliser l’attaque des Jets représente en soi un exploit.

 

Mais le Canadien ne s’est pas simplement contenté de freiner l’attaque des Jets, il lui a fait payer chèrement la grande majorité de ses erreurs.

 

Jonathan Drouin deux fois, Phillip Danault et Shea Weber ont marqué sur des jeux qui ont suivi des erreurs directes commises par les Jets. Et n’eût été nombreux arrêts aussi solides que spectaculaires multipliés par Connor Hellebuyck sur les 53 tirs du Tricolore, le Canadien aurait facilement pu ajouter deux, trois, voire quatre buts.

 

Mauvais sur toute la ligne...

 

S’il est vrai que le Canadien a impressionné ses partisans et poussé ceux qui doutent encore qu’il a de fortes chances d’accéder aux séries de revoir leur position, il est loin d’avoir impressionné ses rivaux venus de Winnipeg.

 

Prenant bien soin de demeurer politiquement corrects, les Jets ont bien sûr rendu hommage au Canadien pour la qualité du match qu’il venait de disputer. Mais ils l’ont fait du bout des lèvres alors qu’ils imputaient avec conviction à leur piètre performance la dégelée tout juste encaissée.

 

« Le coach n’a pas été bon. Le groupe n’a pas été bon. La nourriture n’était pas bonne. On ne peut qu’espérer que l’avion fonctionnera », a lancé l’entraîneur-chef Paul Maurice.

 

Et la vitesse du Canadien? Cette arme qui a semblé désarçonner ses Jets du début à la fin de la rencontre.

Remarquable soirée pour le CH face à une puissance

« Nous avons été collectivement tellement mauvais que je ne me lancerai pas dans une grande analyse du match. Oui ils sont rapides. On le savait. On s’y attendait. Mais nous les avons rendus encore plus rapides en leur remettant la rondelle avec des dégagements ridicules. On s’est rendu coupable de combien de revirements en première période seulement? Quatorze. C’est le total d’une demi-saison », a ironisé l’entraîneur-chef des Jets qui ont mis le cap sur Ottawa où ils affronteront les Sénateurs samedi.

 

« Si on joue comme nous l’avons fait ce soir encore samedi, nos chances de gagner seront nulles. Peu importe l’adversaire, tu ne peux te permettre de jouer comme on l’a fait ce soir en croire en tes chances de gagner. Ils ont bien joué, mais nous sommes les artisans de notre malheur », a souligné Brendan Lemieux qui a souligné son premier match face au Canadien, son premier dans la LNH au Centre Bell, en marquant le deuxième but des Jets en toute fin de partie.

 

« Si le score donne l’impression que nous étions dans le coup c’est simplement parce que notre gardien s’est tenu sur la tête. Nous l’avons complètement abandonné. On s’est fait rincer parce que nous avons été carrément mauvais », a ajouté le capitaine Blake Wheeler.

 

Comment Paul Maurice entend-il replacer son club après une dégelée semblable? « Je n’aurais pas assez des 24 heures de la journée de demain pour faire le tour de toutes les erreurs que nous avons commises ce soir. Au fond, c’est mieux ainsi. Nous avons été tellement mauvais globalement qu’on doit simplement tourner la page. Ce genre de match arrive une ou deux fois par année. On tourne la page et on se reprendra samedi. »

 

Le CH aussi bon que les Jets ont été mauvais

 

Les Jets ont été mauvais jeudi au Centre Bell. C’est vrai.

 

De retour après une absence de 15 matchs en raison d’une blessure à une cheville, Dustin Byfuglien a été l’un des pires de son camp. De fait, il semblait en retard sur tous les jeux qu’il a tentés au fil des 25 présences qu’il a effectuées.

 

S’il est vrai que les Jets ont multiplié gaffes, mauvaises passes, mauvaises couvertures et tous les maux que vous voudrez, il est tout aussi vrai que la fougue affichée par le Canadien les a poussés à jouer aussi mal.

 

Il est primordial de le souligner.

 

Le trio de Phillip Danault flanqué de Jonathan Drouin et Brendan Gallagher a donné le ton au match. Très efficace dans les trois zones, ce trio avait des ailes. Au sens propre, comme au sens figuré.

 

Les trois membres du trio ont d’ailleurs obtenu les trois étoiles de la rencontre. Une reconnaissance pleinement justifiée.

 

Drouin, qui volait sur la patinoire dans ses poussées offensives – son deuxième but marqué sur une échappée partielle lui a permis de démontrer à la fois sa vitesse et la qualité de son tir – mais aussi dans ses replis défensifs, a marqué deux buts et ajouté deux passes. Il affiche une récolte de neuf points (trois buts) à ses trois derniers matchs.

 

C’est énorme.

 

Phillip Danault a lui aussi connu un match de quatre points (un but). Depuis son tour du chapeau enregistré le 22 décembre à Las Vegas, Danault revendique 21 points (neuf buts) à ses 19 derniers matchs. Tout ça en plus d’offrir du jeu défensif solide face aux meilleurs joueurs adverses sans oublier sa grande efficacité aux cercles des mises en jeu.

 

Le « premier » trio du Canadien s’est offert un différentiel collectif de plus-11 hier soir. Les trois membres de ce trio affichent un différentiel de plus-20 lors des deux dernières rencontres.

 

« Quand tu joues de la bonne façon, les bonnes choses suivent normalement. Jonathan et Phil jouent de la bonne façon par les temps qui courent », a ajouté Claude Julien.

 

Meilleur match en carrière de Mete

 

Dans la foulée du premier trio, les trois autres ont également été très solides. Même le quatrième trio a réussi à pousser les Jets à l’erreur à quelques reprises en raison d’un échec avant efficace.

 

« Tu ne peux pas disputer un match comme celui de ce soir et être efficace en échec avant comme nous l’avons été sans compter sur tes quatre trios. Tu ne peux pas obtenir pareil rendement de ton équipe en coupant ton banc », a expliqué Claude Julien qui tenait à partager sur l’ensemble de sa troupe les compliments associés à la victoire.

 

Je veux bien.

« On a joué tout un match »

 

Mais si l’ensemble de l’équipe a très bien fait, il faut insister sur le leadership du trio de Danault et aussi sur la grande efficacité du premier duo de défenseurs.

 

Shea Weber s’est signalé avec un but et une passe.

 

Mais son jeune partenaire Victor Mete a été plus étincelant encore bien qu’il se soit « contenté » d’une passe. Mete a multiplié les sorties de zone efficaces et les poussées offensives incisives en utilisant sa grande vitesse qui représente son arme principale.

 

Contre une équipe pourtant lourde et rapide, Mete a su s’imposer. Il est même passé très près de finalement marquer son premier but en carrière dans la LNH.

 

Ça viendra sûrement un jour... la question est quand?

 

Doit-on voir dans la victoire convaincante aux dépens des Jets un signe que le Canadien a été sous-évalué en début de saison et qu’il a sa place parmi les bonnes équipes de la LNH?

 

« Tirez les conclusions que vous voudrez. Mais respectueusement, je vous assure que tout cela nous laisse bien indifférents. L’évaluation qui compte, c’est celle que nous avons à l’interne. Nous savons ce que notre groupe de joueurs peut accomplir quand il joue du bon hockey », a simplement conclu Claude Julien.

 

Il sera intéressant de voir si le Canadien affichera samedi, contre les Maple Leafs qui feront escale au Centre Bell, la même convection qui lui a permis de clouer les Jets au sol jeudi soir.

 

En bref

 

  • Patrick Laine a non seulement prolongé à neuf sa série de matchs consécutifs sans but – il n’en revendique qu’un à ses 16 dernières parties et deux lors de ses 22 derniers matchs – mais son manque de conviction sur la patinoire nous aide à comprendre pourquoi diable il est au neutre offensivement. Il a passé la soirée à attendre la rondelle ou pis encore à la remettre au Canadien...

 

  • Malgré l’affreux match qu’ils ont disputé, les Jets ont quand même généré quelques poussées offensives intéressantes qui ont poussé Carey Price a effectué quelques arrêts solides sur les 32 qu’il a réalisés. Les Jets ont d’ailleurs donné une idée de ce qu’ils sont capables de faire quand il joue bien alors que Ben Chariot a profité d’un mauvais changement de défenseur au banc du CH pour décocher une bombe en zone ennemie, bombe qui a permis à Kyle Connor et Mark Scheifele de se rendre sans heurt jusqu’à Carey Price. Scheifele a facilement déjoué Price pour inscrire son 27e but de la saison...

 

  • Phillip Danault a marqué son 11e but de la saison alors que le Canadien et les Jets évoluaient à quatre contre quatre pendant que Jonathan Drouin et Mark Scheifele écoulaient des pénalités mineures doubles. C’était la première fois cette saison que le Canadien marquait à quatre contre quatre alors qu’il a encaissé six buts jusqu’ici cette saison en pareille situation...

 

  • Le Canadien a réalisé un sommet en obtenant 53 tirs au but. C’était d’ailleurs la première fois qu’il atteignait le plateau des 50 tirs. Il en avait obtenu 49 dans un revers de 21 encaissé le 27 novembre dernier aux mains des Hurricanes de la Caroline et de leur gardien Curtis McElhinney...

 

  • C’était la cinquième fois cette saison que les Jets accordaient au moins cinq buts – le sommet est six – dans un même match, la première depuis le 29 novembre dernier alors qu’ils avaient battu les Blackhawks de Chicago 6-5...