Depuis son arrivée à Montréal, et plus particulièrement au cours des deux dernières saisons, Phillip Danault s’est établi comme l’homme de confiance de Claude Julien aux deux bouts de la patinoire. Il n’est pas un régulier sur l’avantage numérique, avec seulement 8 points en 2 saisons, mais il se classe tout de même 3e sur la même période avec 100 points en 152 matchs.

 

Il mène les attaquants du club en temps total joué depuis 2018-2019 et mène tous les joueurs du Tricolore en temps de jeu à court d’un homme, devançant même Shea Weber.

 

Son trio amorce la grande majorité des matchs du Canadien et fait face au meilleur trio adverse soir après soir. Malgré la compétition difficile, Danault maintient une fiche de +35 lors des deux dernières saisons, bon pour le 25e rang dans la LNH. Sa capacité à ralentir les gros canons de la ligue sera mise à rude épreuve lorsque la LNH reviendra au jeu, avec un duel contre Sidney Crosby qui l’attend au premier tour.

 

Crosby a raté deux des trois affrontements contre le CH cette saison. Il était de l’alignement lors du dernier match entre les deux clubs en février, lors duquel il a marqué trois points, tous des mentions d’aides. Par contre, aucune d’entre elles n'a pris place avec Danault sur la glace. En fait, Montréal a eu un avantage de tirs au but de 4-1 lors des 6:21 qu’ils ont partagé la patinoire à forces égales, sans but accordé d’un côté ou de l’autre.

 

Danault-CrosbyÉvidemment, un seul match n’est pas un échantillon suffisant pour tirer des conclusions. Si l’on remonte pour inclure leurs trois affrontements en 2018-2019, Danault a fait de l’excellent boulot contre l’un des meilleurs joueurs de notre génération.

 

Bien que neutraliser Crosby est essentiellement une tâche impossible, Danault a du moins réussi à ralentir l’ancien de l’Océanic de Rimouski. Les Penguins ont l’avantage 3-2 en buts, mais au niveau des tirs et chances de marquer, le CH fait pratiquement jeu égal avec Pittsburgh lorsque Danault est présent, ayant même un léger avantage de leur côté. Deux des buts sont survenus lors du même match en mars 2019, laissant donc un avantage de 2-1 pour le CH lors des trois autres rencontres.

 

Encore une fois, il est difficile de tirer des conclusions avec seulement quatre matchs comme échantillon. J’ai donc décidé d’étendre ma recherche pour voir comment Danault performe contre d’autres joueurs élites. J’ai compilé sa performance en 2019-2020 face aux meilleurs centres de l'association Est, pour inclure les joueurs qu’il affronte plus qu’une fois ou deux par année.

 

J’ai sélectionné 13 des meilleurs centres de l'association pour cet exercice : Patrice Bergeron, Jack Eichel, Sebastian Aho, Pierre-Luc Dubois, Alex Barkov, Mathew Barzal, Mika Zibanejad, Claude Giroux, Crosby, Steven Stamkos, Auston Matthews, John Tavares, et Nicklas Backstrom.

 

Danault-ÉliteCes 13 vedettes ont combiné pour 354 buts et 806 points en 819 rencontres cette saison. Danault a affronté ces joueurs pour un temps total de près de 200 minutes à forces égales. Les buts marqués sont égaux, avec 13 de chaque côté, mais au chapitre des tirs et des chances de qualité, l’avantage est sans aucun doute dans le camp du CH.

 

Contre la crème de la crème à la position de centre dans l’Est, Danault a constamment démontré qu’il est capable de répondre à l’appel. Montréal a l’avantage au volume, avec près de 100 tirs tentés supplémentaires, et en qualité, avec 11 tirs en plus de l’enclave.

Le fait d’avoir un joueur de confiance qui peut égaler ou même surpasser la production du premier trio adverse est un atout inestimable pour n’importe quel entraîneur. Danault a prouvé cette saison qu’il peut remplir ce rôle avec brio. Son duel avec Crosby sera l’un des éléments les plus importants à surveiller lors de cette série de premier tour.

Pittsburgh demeure favori pour remporter ce 3 de 5, mais si Danault est capable de limiter Sid the Kid, le CH augmente grandement ses chances de surprendre les Penguins et d’avancer au 2e tour. Quoi qu’il arrive, ce face à face sera un duel fascinant à surveiller.