AMOS - Du 10 janvier 2016 au 5 octobre 2019, c’est le temps qui se sera écoulé entre les deux derniers blanchissages réalisés par les Forestiers d’Amos.

Les hommes de Guillaume Bisaillon ont en effet mis fin à une séquence de près de quatre ans sans réaliser un coup de pinceau en l’emportant 4-0 face au Rousseau-Royal de Laval-Montréal au Complexe sportif Desjardins, samedi après-midi. Nathan Darveau a bloqué 33 tirs pour réaliser ce « zéro » qu’aucun gardien n’avait réalisé depuis un effort combiné de Liam Soulière et Maxim Fournier face au Collège Esther-Blondin.

Du même coup, les Verts ont mis un terme à une série d’insuccès de cinq matchs, stoppant par le fait même la séquence victorieuse du Rousseau-Royal qui perdurait depuis trois matchs. Les Forestiers ont frappé très tôt dans le match quand Jérémy Carbonneau a fait mouche en désavantage numérique après seulement 3 minutes 50 de jeu. Jakob-Dylan Flamand a ajouté l’insulte à l’injure 68 secondes plus tard en inscrivant un deuxième but sur le même jeu de puissance des Métropolitains alors qu’Emeric Gaudet venait tout juste de quitter le banc des punitions. Statistiquement parlant, ce but ne sera pas considéré en infériorité numérique, mais son cachet fut assurément dommageable sur le moral des visiteurs qui ont malgré tout dominé la colonne des tirs par un écart de 11 lancers au final.

L'arrière Étienne Parent a triplé l’avance des locaux en début de deuxième période pendant que les deux équipes jouaient à quatre contre quatre. Le capitaine Xavier Gagnon a lancé dans une cage déserte en fin de match pour son premier de la campagne.

Les deux équipes ont bénéficié de 17 avantages numériques au combiné dans ce match (8 pour Laval-Montréal, 9 pour Amos) sans même parvenir à trouver le fond du filet. Pour Guillaume Bisaillon, cette statistique aura été un peu à l’image du match.

« Ce fut un match un peu décousu en raison des nombreuses pénalités, certainement nuisibles au rythme du match. Mais nous avons pris l’avance tôt dans le match et j’ai trouvé que nous avions très bien géré notre avance par la suite pour fermer les livres. Ce que j’ai particulièrement aimé aujourd’hui, et qui avait fait défaut la semaine dernière, c’est notre effort dans les luttes à un contre un. Sans compter que nous avons bloqué plus de tirs et mieux dirigé la circulation devant notre filet », a relevé Guillaume Bisaillon.

Sur le jeu blanc de son gardien, le pilote s’est évidemment réjoui. « Il a été très bon autour de son filet et dans le contrôle de lancers pour limiter les retours. C’est pleinement mérité. C’est un jeune homme qui travaille fort dans les entraînements. »

Une belle victoire d'équipe

Bisaillon n’a pas tellement voulu mettre l’accent sur la lacune de son équipe qui a fait chou blanc en avantage numérique en pas moins de neuf occasions. Il a plutôt élaboré sur les bénéfices de finalement évoluer pour une première fois avec ses 20 joueurs réguliers alors qu’Émile St-Pierre et Rock Lamoureux étaient de retour dans l’alignement.

« Pour moi, ça demeure avant tout une belle victoire d’équipe. Le jeu de puissance n’est pas un aspect sur lequel nous avons beaucoup travaillé depuis le début de la saison, puisque nous avions beaucoup de choses à polir à cinq contre cinq avant toute chose. Je retiens davantage l’effort général des joueurs. Ça faisait du bien de jouer avec un alignement complet. Le fait d’utiliser nos quatre trios nous a permis d’offrir un bon rythme et d’être plus énergiques dans les fins de période », a conclu Guillaume Bisaillon.

Dimanche à 13h, les Forestiers reçoivent cette fois les Vikings de Saint-Eustache, une rivale de la division CCM qui vient d’échapper ses deux derniers matchs après avoir collé cinq victoires consécutives à la mi-septembre. C’est une équipe qui mise aussi sur trois des 11 meilleurs marqueurs du circuit Lévesque, dont le meilleur pointeur jusqu’ici en Antonin Verreault qui a récolté 17 points en 9 matchs (8 buts, 9 aides). Ses coéquipiers Mathis Cloutier et Olivier Tourchot revendiquent respectivement 12 et 11 points.

Les trois étoiles RDS :
1re - Nathan Darveau (Amos)
2e - Paul-Edward Vollant (Amos)
3e - Jérémy Carbonneau (Amos)