Aux cours des dernières semaines, tous les matchs de l’Impact de Montréal paraissent d’une importance capitale.

Celui de samedi contre le D.C. United ne fait pas exception à la règle, alors qu’il s’agit d’un affrontement entre les équipes occupant le sixième et le septième échelon dans l’Est. Le Bleu-Blanc-Noir s’accroche toujours au dernier rang donnant accès aux séries avec une récolte de 40 points. Le D.C. United accuse cinq points de retard, tout comme le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, mais le D.C. dispose de deux matchs en mains sur son rival montréalais.

Une victoire samedi aiderait grandement les hommes de Rémi Garde dans leur course vers les éliminatoires et ils sont conscients de l’enjeu.

« C'est bien d'avoir de la pression, c'est là que nous jouons le mieux. On peut la voir comme un obstacle ou une opportunité. Pour nous, c'est une opportunité », a mentionné le gardien Evan Bush.

 « Je n'essaie pas d'évacuer la pression auprès des joueurs. La pression, il faut l'accepter et la gérer. Plutôt que la refuser, il faut la prendre, a soutenu l’entraîneur-chef. Quand on est un joueur qui aspire à faire carrière, à réclamer des choses, à vivre des émotions, on est dedans-là! »

Les joueurs de l’Impact s’encouragent également lorsqu’ils regardent le portrait du classement. Ils préfèrent de loin leur position à celle du D.C..

« Si nous perdons, nous aurons toujours plus de points qu'eux. Ce sont eux qui doivent aller chercher des points. C'est un avantage pour nous », a indiqué Bush.

« Le D.C. a  autant de pression que nous, plus que nous-mêmes. S'ils font un faux pas, je pense que leurs chances sont minimes pour faire les séries », a illustré pour sa part Samuel Piette.

« Il ne faut pas éviter la pression mais plutôt y faire face »

L'Impact devra bien sûr avoir à l'oeil Wayne Rooney. L'Anglais a réussi son entrée en MLS, lui qui a  récolté 5 buts et 6 passes décisives depuis son arrivée.

« Il faut essayer de le garder le plus loin possible de notre but, c'est dans la surface qu'il est dangereux. C'est un meneur de jeu aussi, il crée le jeu pour ses coéquipiers, mais c'est lui qui va finir les actions la plupart du temps », a exposé Piette.

Pour la première fois de son histoire, l'Impact jouera au Audi Field, le tout nouveau domicile du D.C. United. Depuis son inauguration en juillet, la formation américaine n'y a subi que deux revers en 10 rencontres.

« On affronte une équipe qui joue autant pour sa survie que nous »