(RDS) - Il y a neuf ans, Jennifer Capriati était l'enfant chérie du tennis. Ayant fait ses débuts à l'âge de 13 ans, en mars 1990, Capriati avait déjà six victoires en banque en 1993, incluant une médaille d'or aux Jeux olympiques. Six ans plus tard, Capriati, qui tente de revenir au sommet après deux sabbatiques, a bien amorcé ses Internationaux du Canada en battant l'Espagnole Angeles Motolio en deux manches de 6-1 et 6-3.

La rencontre n'a duré que 58 minutes. Rappelons que la deuxième victoire professionnelle de Capriati était justement survenue aux Internationaux du Canada, qui sont dotés cette année d'une bourse de 1.05 millions de dollars américains.

"Je joue avec beaucoup de confiance lorsque je suis au Canada, a mentionné Capriati, 23 ans. J'étais déjà sur une bonne séquence et je crois que ça va se poursuivre au cours de la semaine."

Montolio, classée 69e joueuse mondiale, n'a jamais été en mesure de ramener les services de Capriati, dont la vitesse moyenne a été estimée à 160 km/h. Et lorsque par chance elle y arrivait, Capriati était dominante au filet, comme en font foi ses dix-neuf coups gagnants comparativement à cinq pour son adversaire. Capriati se mesurera maintenant à Nathalie Tauziat, la septième favorite, en deuxième ronde.

Capriati, qui a déjà été considérée comme un phénomène, a été reléguée depuis par d'autres merveilles du tennis, comme ses compatriotes américaines Venus et Serena Williams par exemple. Capriati ne semble pas s'en faire pour autant. "Je n'ai pas changé mon style de jeu depuis que j'ai été débarquée du Top 10, a-t-elle indiqué. C'est certain que j'ai dû adapter mon style aux nouvelles réalités du tennis féminin, mais je n'ai pas changé drastiquement ma façon de jouer."

Capriati n'a jamais tiré de l'arrière dans la rencontre et comme c'est souvent le cas depuis son retour au jeu en 1993, ce qui pourrait faire le plus mal à Capriati est Capriati elle-même. Contre Montolio, l'Américaine a commis 21 erreurs non-provoquées contre 18 pour son adversaire. Elle a notamment commis deux doubles fautes lors du deuxième jeu de la première manche, où l'Espagnole a obtenu son seul bris de la rencontre.

Capriati a connu beaucoup de succès aux Internationaux du Canada depuis le début de sa carrière. En 1990, elle a participé au tournoi, qui se tenait à Montréal, alors qu'elle n'avait que 14 ans et quatre mois. Elle est du coup devenue la plus jeune joueuse de l'histoire des Internationaux. Malgré son jeune âge, elle a tout de même atteint les quarts-de-finale.

En 1991, Capriati était la troisième tête de série à Toronto, et elle n'a pas perdu une seule manche, battant la Bulgare Katrina Maleeva en finale pour devenir la plus jeune championne de l'histoire du tournoi à l'âge de 15 ans et quatre mois. Après avoir déclaré forfait en 1992, elle a de nouveau atteint la finale en 1993, où elle a baissé pavillon face à l'Allemande Steffi Graf.

Outre sa victoire à Montréal, Capriati l'a également emporté à Puerto Rico, à San Diego à deux reprises et à Sydney. Aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992, Capriati a battu Graf en finale pour mériter la médaille d'or.

Les choses ont commencé à tourner mal pour Capriati en 1993, lorsqu'elle a été arrêtée pour vol à l'étalage en en 1994 pour possession de marijuana. Alors neuvième joueuse mondiale, Capriati a abandonné le circuit WTA durant près de deux ans, et n'a participé qu'à un tournoi à Philadelphie, où elle a perdu au premier tour.

Une fois de plus, Capriati a abandonné le circuit suite à cette défaite et n'est revenue qu'au mois de février 1996. Elle a remonté les échelons, occupant le 24e rang mondial avant de retomber en 66e place en 1997 et 101e en 1998, où elle ennuyée par une blessure à un coude. Cette année, elle a remporté sa première victoire en près de six ans aux Internationaux de Strasbourg et occupe présentement le 44e rang mondial.

Si elle dit se sentir aussi bien que lorsqu'elle était dans le Top 10, Capriati devra toutefois rehausser son niveau de jeu d'un cran aux Internationaux du Canada et au U.S. Open si elle veut demeurer compétitive. "Je vais seulement faire du mieux que je peux et on verra bien", a indiqué l'Américaine.

Drake remporte sa première rencontre

La Torontoise Maureen Drake, classée 54e joueuse mondiale, a surpris la Luxembourgeoise Anne Kremer, 31e au classement de la WTA, en deux manches de 6-2 et 6-3 pour accéder au deuxième tour du tournoi.
Même si elle est la meilleure joueuse canadienne, Drake a dû passer par les qualifications à l'Omnium du Maurier. Lundi, Kremer n'a rien pu faire face à la Torontoise, dont les services atteignaient des vitesses de 150 km/h, en commettant 27 fautes directes.

Drake affrontera la Russe Elena Likhovtseva, quinzième favorite, au prochain tour. Rappelons qu'aucune Canadienne n'est parvenu, depuis les débuts des Internationaux du Canada, à franchir les quarts-de-finale.

Forfait pour Halard-Decugis

Julie Halard-Decugis, onzième favorite, s'est retirée de l'Omnium de tennis du Maurier de cette semaine à cause d'une élongation à son épaule droite, blessure qu'elle s'est infligée dimanche en finale du tournoi Acura, qu'elle a perdue contre Serena Williams.

C'est Jennifer Capriati qui a été la grande de ce forfait, puisque l'Espagnole Angeles Montolio a remplacé Halard-Decugis dans le tableau principal. capriati a eu le meilleur sur Montolio en deux manches de 6-1 et 6-3.

Son désistement suit ceux de deux autres têtes de série, l'Allemande Steffi Graf, qui a annoncé sa retraite vendredi, et la Russe Anna Kournikova, blessée au pied droit.

La journée en bref

La Torontoise Martina Nejedly a subi la défaite devant la Française Nathalie Dechy en trois manches de 1-6, 6-1 et 6-0. Nejedly est la jeune soeur de Jana Nejedly, 83e joueuse mondiale, qui a dû déclarer forfait cette année en raison d'une blessure au tibia.

Renata Kolbovic, de Vancouver, a franchi la première ronde en vertu d'une victoire de 6-2 et 6-1 sur l'Allemande Marlene Weingartner.

La Sud-Africaine Mariaan de Swardt a dû abandonner lors de la deuxième manche de son match face à la Française Sandrine Testud, dixième favorite, en raison d'une blessure. L'Américaine Chandra Rubin, seizième tête de série, a battu la Française Sarah Pitkowski en deux manches de 6-2 et 6-3.

Les joueuses suivantes ont aussi remporté la victoire lundi: la Slovaque Katrina Habsudova, la Sud-Africaine Joanette Kruger, l'Américaine Corina Morariu, la Roumaine Ruxandra Dragomir et la Russe Tatiana Panova, qui était issue des qualifications.

Record d'assistance à Toronto

Après Montréal, au tour de Toronto de briser une marque en ce qui a trait à l'assistance. L'édition 1999 a déjà vendu 124 000 billets, brisant la marque de 119 688 établie l'année dernière. Il ne reste aucun billet pour les quarts-de-finale ou les finales de simple ou de double...

Lundi, 45 416 personnes ont assisté à la première journée du tournoi dans le tableau principal, ce qui constitue aussi une marque pour une seule journée.

Résultats de la première ronde

Barbara Schett (9) bat. Alexandra Stevenson, 6-2, 7-5
Sandrine Testud (10) bat. Mariaan de Swardt, 4-6, forfait
Elena Likhovtseva (15) bat. Anna Smashnova, 3-6, 6-2, 6-1
Chanda Rubin (16) bat. Sarah Pitkowski, 6-2, 6-3
Jennifer Capriati bat. Angeles Montolio, 6-1, 6-3
Corina Morariu bat. Silvia Farina, 7-5, 6-4
Maureen Drake bat. Anne Kremer, 6-2, 6-3
Nathalie Dechy bat. Martina Nejedly, 1-6, 6-1, 6-0
Karina Habsudova bat. Sylvia Plischke, 6-4, 6-1
Joannette Kruger bat. Cristina Torrens-Valero, 7-6 (7-3), 6-1
Ruxandra Dragomir bat. Magdalena Grzybowska, 6-4, 7-5
Tatiana Panova bat. Fabiola Zuluaga, 6-4, 6-3
Kristina Brandi mène Nicole Pratt, 6-7 (4-7), 6-2, 5-4
Magui Serna bat. Emilie Loit, 6-3, 6-0
Renata Kolbovic mène Marlene Weingartner, 5-2