Suivez toute l'action de Wimbledon dans notre environnement multiplex.

WIMBLEDON, Royaume-Uni - L'Allemande Tatjana Maria, 103e mondiale à 34 ans et mère de deux petites filles, s'est qualifiée mardi pour les demi-finales de Wimbledon en écartant 4-6, 6-2, 7-5 sa compatriote Jule Niemeier (97e).

« J'ai la chair de poule... C'est un rêve de vivre ça avec ma famille, mes deux petites filles. Il y a moins d'un an, j'accouchais... C'est fou! », a commenté Maria avant de quitter le court no 1.

Elle n'avait encore jamais dépassé le troisième tour d'un Majeur, déjà atteint à Wimbledon en 2015.

Après la perte du premier set, elle s'est retrouvée menée d'un bris dans le deuxième, mais a trouvé les ressources nécessaires pour battre son adversaire bien plus jeune (22 ans) et qui ne participait qu'à son deuxième tournoi du Grand Chelem.

« J'ai joué les points les uns après les autres », a simplement expliqué Maria.

Elle affrontera jeudi pour une place en finale la Tunisienne Ons Jabeur (2e).

« Ce serait super de jouer contre Ons, elle fait partie de la famille. Elle joue tout le temps avec mes filles », a souligné Maria avant la rencontre de Jabeur.

Jabeur avait déjà atteint les quarts à Wimbledon l'an dernier. Cette année, elle arrivait invaincue sur gazon après son titre à Berlin et avait passé les quatre premiers tours en moins de cinq heures au total, sans céder le moindre set.

Bouzkova s'incline devant Jabeur en quarts

Mais mardi face à la Tchèque Marie Bouzkova, la Tunisienne de 27 ans a mis 1 h 47 pour remonter un set et s'imposer 3-6, 6-1, 6-1, devenant ainsi la première joueuse du continent africain à se hisser en demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem depuis la Sud-Africaine Amanda Coetzer en 1997.

« Je suis contente de m'être réveillée dans le deuxième set puis d'avoir très bien joué dans le troisième », a commenté Jabeur qui était déjà la première joueuse arabe à avoir atteint les quarts d'un Majeur, en 2020, en 'Australie.

Facéties de l'histoire, elle affrontera une joueuse qui, théoriquement, n'aurait pas dû être là et qui est une « grande amie ».

« Tatjana, je l'aime, c'est une grande amie, ma partenaire de barbecue! », a lancé Jabeur, admirative du parcours de Maria.