MONTRÉAL - Après s’être battu contre Gennady Golovkin dans un duel d’unification des poids moyens devant une salle comble au Madison Square Garden de New York en octobre dernier, l’ex-champion de l’IBF David Lemieux aura droit à un combat de retour nettement plus modeste.

Le boxeur québécois sera en effet la tête d’affiche d’un gala d’Eye of The Tiger Management (EOTTM) présenté le 12 mars à l’Olympia de Montréal - une salle pouvant accueillir 1500 spectateurs - et affrontera pour l’occasion l’Américain d’origine mexicaine James De la Rosa.

Lemieux (34-3, 31 K.-O.) a ainsi renoncé à un choc qui aurait été tenu le même jour au Barclays Center de Brooklyn et qui aurait été télédiffusé sur les ondes du réseau américain HBO pour éviter de disputer ce qui aurait été un troisième duel en un peu plus d’un an aux États-Unis.

« J’avais dit à mes partisans que j’allais revenir et c’est ce que je fais, a déclaré Lemieux pendant une conférence de presse tenue lundi matin au Ritz-Carlton de Montréal. Il s’agit d’une étape à franchir avant plusieurs autres. J’aurai l’occasion de remplir d’autres salles un peu plus tard. »

« Nous voulions vraiment que David se batte à Montréal, a renchéri le président d’EOTTM Camille Estephan. David est une étoile ici et les gens veulent le voir. Cela ne signifie pas que nous avons de mauvaises relations avec (le promoteur) Golden Boy Promotions ou HBO.

« Chose certaine, nous ne voulions pas recommencer au bas de l’échelle, car nous sommes en négociations pour des combats pour des titres mondiaux. Nous ne voulions surtout pas que David ne se batte qu’une ou deux fois dans l’année qui suit sa défaite devant Golovkin. »

Selon les informations recueillies par RDS.ca, il semble toutefois que la plupart des adversaires proposés par Golden Boy Promotions et HBO ont été jugés beaucoup trop risqués pour un duel de retour. Estephan et l’entraîneur Marc Ramsay ont nié le tout, le promoteur répondant qu’une date avait déjà été réservée par HBO pour un combat d’importance en mai ou juin.

Reste que la prochaine sortie de Lemieux risque de passer sous le radar, étant donné que les Canadiens recevront la visite du Wild du Minnesota au Centre Bell le même soir et que Keith Thurman se mesurera vraisemblablement à Shawn Porter sur Showtime. Tout cela, sans oublier le programme triple qui devrait mettre en vedette Roman « Chocolatito » Gonzalez sur HBO.

Un adversaire à prendre au sérieux

Contrairement à l’état d’esprit qui régnait à la suite des deux défaites face à Marco Antonio Rubio et Joachim Alcine en 2011, Lemieux et son équipe ne ressentent pas le besoin de rebâtir la confiance du cogneur. À 27 ans, il est dans la fleur de l’âge et il n’y a plus de temps à perdre.

« Je suis de plus en plus mature, a révélé Lemieux. Je maîtrise de plus en plus les petits détails et cela se reflète à l’entraînement. Avant, je pouvais recommencer un exercice deux ou trois fois avant de le faire parfaitement. Maintenant, j’y arrive du premier coup. Ça accélère les choses! »

« David a affronté celui qui est possiblement le boxeur le plus dangereux en ce moment, a rappelé Ramsay. Il a encore beaucoup de temps devant lui, mais il entre également dans une zone où toutes les possibilités s’offrent à lui. Je suis persuadé qu’il va redevenir champion.

« Il y a évidemment des éléments à travailler pour gagner à ce niveau-là. C’est une chose de passer un jab à un adversaire de niveau B+, A- et A, et c’en est une autre de le faire contre un adversaire de niveau A+. David travaille très fort en gymnase et je suis convaincu qu’il va y arriver. Il y a plusieurs choses positives qui sont ressorties du combat contre Golovkin. »

En De la Rosa (23-3, 13 K.-O.), Lemieux retrouvera un rival à sa portée, mais qui pourrait lui jouer un vilain tour s’il ne le prend pas au sérieux. Le Texan a déjà notamment battu l’ancien champion intérimaire des super-mi-moyens de la WBO Alfredo Angulo en septembre 2014.

« De la Rosa est un boxeur complet qui possède une bonne vitesse, de bonnes jambes et il excelle en contre-attaque, a analysé Ramsay. Il possède un bon bagage de boxe amateur et il provient d’une famille de boxeurs. C’est un vrai professionnel et c’est un vrai adversaire. »

Par ailleurs, Steven Butler (13-0-1, 11 K.-O.) aura l’occasion de se battre pour le titre junior des super-mi-moyens de l’IBF en demi-finale. Il devra cependant remporter son combat contre Antonio Hoffmann en sous-carte de Sergey-Kovalev-Jean Pascal II le 30 janvier.