RDS.ca, Nicolas Landry mardi, 14 janv. 2014. 14:04

MONTRÉAL – Georges St-Pierre se fait voir moins souvent, mais il sait encore passer un message.

Lors de sa première apparition publique québécoise depuis l’annonce de sa pause professionnelle le mois dernier, l’ancien champion des mi-moyens du UFC a donné plus de détails sur les raisons qui l’ont poussé à mettre sa prolifique carrière en plan.

Précisant que « la langue me brûle », un GSP en verve a avoué mardi, lors d'une sortie où il a annoncé que sa fondation parrainera six jeunes de la relève au sein de la Fondation de l'athlète d'excellence du Québec, que la faible volonté de ses anciens employeurs à l'épauler dans ses démarches pour tenter d'enrayer l’usage de produits dopants en arts martiaux mixtes l’avait incité à prendre du recul et à délaisser sa ceinture de champion.

« Ça m’a dérangé énormément »

« Ça m’a dérangé énormément », a admis St-Pierre, visiblement heureux qu’un journaliste ramène sur la table l’attitude évasive du UFC sur la question de l’usage des substances visant à améliorer les performances parmi ses athlètes.

« C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai arrêté, a-t-il renchéri. Pas vraiment pour leur servir une leçon, parce que ça me pénalise moi aussi. Mais je voulais faire quelque chose pour le sport que j’adore. Je vois la direction dans laquelle ça s’en va et je trouve que ça n’a aucun sens. C’est débile. »

Longtemps accusé par une poignée de confrères, à mots à peine couverts, d’avoir accédé à la gloire grâce à la consommation de substances illicites, St-Pierre, qui jure avoir toujours été un combattant propre, s’était donné comme mandat de donner l’exemple en marge de la neuvième défense consécutive de son titre. L’été dernier, il s’était porté volontaire pour se soumettre aux exigences de la VADA (Voluntary Anti-Doping Association) et avait offert de défrayer les frais des tests obligatoires pour son adversaire, l’Américain Johny Hendricks. Ce dernier avait finalement rejeté la proposition pour suggérer que le dossier soit plutôt pris en main par l’Agence mondiale anti-dopage.

L’initiative de St-Pierre et la réponse de Hendricks ont causé beaucoup de remous et n’ont pas semblé faire le bonheur de leur patron, Dana White. Toujours hésitant à aborder les questions relatives au dopage au sein de son organisation, le président du UFC a d’abord qualifié l’idée de son champion de l’époque « d’un peu bizarre ». Quelques mois plus tard, il ajoutait que le débat causé par la volonté de GSP faisait paraître toutes les personnes impliquées « stupides ».

L’amertume de St-Pierre n’est pas récente. Le plus grand vainqueur de l’histoire du UFC avait déjà ébruité sa déception face à la passivité de celui qui signait ses chèques de paie, mais la liberté que lui procure son nouveau statut de « vacancier » semble avoir dénoué un brin les liens du bâillon qu’il s’imposait jadis pour suivre la ligne du parti.

« Je trouve que c’est un gros problème dans le sport, avance celui qui s’est battu pendant neuf ans au UFC. N’oubliez pas : parce que je suis un athlète, j’ai des informations à l’interne et je sais ce qui se passe. Si tu commences à tester tout le monde, combien vont se faire prendre? Je ne veux pas en parler en public et je n’accuse personne, mais l’image du sport pourrait être touchée. »

Sans chiffrer ses estimations et en s’assurant de ne nommer personne, St-Pierre y va néanmoins de propos qui ne laissent aucun doute sur la gangrène qui empoisonne le sport qu’il a contribué à rendre populaire à l’échelle planétaire.

« Ça n'a aucun sens! »

« Tout le monde sait qui, quand, où et comment », assure-t-il en confirmant l’usage répandu de produits interdits au sein de la plus prestigieuse organisation d’arts martiaux mixtes au monde. « Il y a des personnes, quelques docteurs, et tout le monde va voir les mêmes. C’est quelque chose de connu. C'est comme dans tous les sports : où il y a de l'argent, il y a des façons de tricher et ça va toujours être ainsi. Mais je crois qu'il faille prendre des mesures pour minimiser ces choses-là parce que ce n'est pas juste. »

« J’ai essayé de faire changer les choses en restant diplomatique. Malheureusement, des gens n’étaient pas prêts à les changer. C’est correct, mais ça m’a déçu. »

L’air radieux et serein un mois après le début de sa nouvelle vie, St-Pierre semble déterminé à continuer de monter le cheval de bataille qui l’a transporté vers la trêve salvatrice qu’il s’est récemment accordée. Avec de tels propos, peut-être découvrira-t-il plus rapidement qu’il ne le croit que sa voix a davantage de portée dans la retraite, qu’elle soit temporaire ou non.

« Je suis sûr et certain que c’est une question de temps et un jour, si ça change, peut-être que je vais revenir. »