mercredi, 13 févr. 2013. 14:59

Après la contre-performance face à Toronto samedi, j'aurais été inquiet si le Canadien n'avait pas bien joué mardi contre le Lightning de Tampa Bay. Si on fait abstraction des cinq dernières minutes de la rencontre, je dirais que le Tricolore a bien joué, ayant réussi notamment à se forger une avance de trois buts. On voit bien toutefois qu'il reste encore des ajustements à fignoler pour améliorer l'équipe.

Côté robustesse, l'équipe du Canadien est semblable à celle de l'an dernier, mais sa fiche de 7-4-1 est très bien. Je pense que cette équipe progresse encore et progresse tellement bien qu'on a pu insérer au sein du troisième trio deux jeunes joueurs qui représentent l'avenir.

Je sais que Michel Therrien préconise un jeu agressif, mais je ne pense pas que ce soit le style de l'entraîneur qui est responsable de l'indiscipline que l'on voit depuis le début de saison. Je comprends et j'accepte le style de Michel qui veut qu'on défende le gardien ou qu'on réplique à un mauvais coup reçu. Mais il y a un moment pour se venger et au hockey, on ne doit pas sacrifier le bien-être de l'équipe par l'action et la réaction pour régler un compte. C'est peut-être sur cet aspect que des ajustements sont nécessaires. On voulait une équipe qui va se défendre, mais on ne veut pas non plus voir une équipe qui sombre dans l'indiscipline. Se défendre et être indiscipliné, ce sont deux choses différentes.

Il s'agit aussi d'une question d'expérience. Un joueur comme Travis Moen sera plus tempéré dans ses actions qu'un joueur plus jeune comme Ryan White. Moen sait plus quand c'est le moment d'y aller que White, qui est un joueur plus impulsif. Le meilleur exemple se trouve au New Jersey en la personne de David Clarkson, un dur qui compte déjà neuf buts à sa fiche. Il peut conserver son rôle de joueur robuste, mais il doit aussi se contrôler parce qu'il est important pour l'équipe en offensive. Je ne veux surtout pas comparer Clarkson à White, mais le joueur du Canadien ne doit simplement pas placer son équipe dans le trouble.

Le Canadien n'est pas le seul à perdre ses avances. Les Rangers ont vécu la même chose mardi contre les Bruins de Boston. C'est le signe qu'il existe une parité dans la ligue et que la moindre erreur peut être fatale. Dans la partie du Canadien contre le Ligtning, les trois buts accordés par les hommes de Michel Therrien sont survenus à la suite de petites erreurs. Sur le premier but, P.K. Subban et Erik Cole ont fauté, sur le deuxième but Lars Eller était en retard sur son repli défensif et sur le troisième, les gars ont été passifs lors d'un désavantage numérique. Ce ne sont pas des reproches, mais plutôt des constatations. Ça prouve que la moindre erreur peut coûter un but. Heureusement, le Canadien a pu gagner lors de la séance de barrage où on a vu un Carey Price déterminé.

Je suis persuadé que Therrien va rappeler à ses hommes qu'il ne faut plus répéter les six minutes de la fin de la partie qu'on a vu.

Un peu mieux pour Erik Cole

Quand un joueur parle ou explique qu'il va en donner plus, il doit assumer. Contre le Lightning, Erik Cole a été meilleur, mais il est encore capable de beaucoup mieux.

Je sais que l'inefficacité du premier trio a forcé la main de l'entraîneur à changer ses combinaisons. À Vancouver, les jumeaux Sedin ne fonctionnent pas, mais les Canucks gagnent. Alors on se dit là-bas : « Imaginez quand les deux frères vont fonctionner.» C'est la même chose à Montréal avec le premier trio où Therrien doit simplement se dire si ma première ligne pouvait fonctionner simplement à la moitié de l'an dernier. L'entraîneur vit donc d'espoir de match en match.

Il reste que les trois membres de ce trio doivent travailler fort. Ce n'est pas uniquement l'affaire de Cole, il y a aussi David Desharnais et Max Pacioretty. Il ne faut pas oublier que remodeler les trios fait partie du travail d'un entraîneur, alors il est tout à fait normal de voir ce jeu de chaise musicale.

Les deux nouveaux trios formés par l'entraîneur ont été assez bons face au Lightning pour mériter une autre chance contre les Panthers de la Floride, jeudi, mais ça ne veut pas dire que ce sera coulé dans le béton contre les Flyers de Philadelphie samedi.

Surprises et déceptions

Les Maple Leafs de Toronto et les Devils du New Jersey figurent parmi les équipes surprises au début de cette courte saison. Devant son filet, le gardien Martin Brodeur a l'air d'un gars de 30 ans. Même si l'équipe a perdu les services de Zach Parise, elle s'en sort très bien. Toronto se sert de son physique pour gagner des parties. Les Leafs ont aussi la chance d'avoir obtenu de bonnes performances du gardien James Reimer, qui est actuellement blessé.

Je ne sais pas si les Maple Leafs vont réussir à poursuivre sur leur lancée, mais je n'ai pas beaucoup de doutes sur les Devils. Brodeur demeure toujours un gardien d'impact et l'équipe, qui joue avec confiance, a su se bâtir une relève. La philosophie d'équipe est ancrée chez les Devils depuis longtemps et je pense qu'ils devraient participer aux séries. Ils vont peut-être ralentir, mais ils devraient se battre pour la coupe.

Les Blackhawks de Chicago ont une jeune formation qui commence à gagner en maturité. Cette équipe sera à surveiller pour les cinq prochaines années. Le talent, la maturité et la chimie sont au rendez-vous. Je pense que ce club sera dans le derby pour gagner la coupe Stanley chaque année. Ça ne veut pas dire qu'ils vont réussir à la gagner tous les ans, mais ils seront parmi les favoris.

Adam Oates pourrait être le premier entraîneur à perdre son poste. Ce serait dommage, mais les résultats se font attendre chez les Capitals de Washington. Je ne pense toutefois pas que c'est l'entraîneur qui est en cause. Avant Oates, il y a eu Dale Hunter et Bruce Boudreau que l'on critiquait. Aujourd'hui Boudreau pilote les Ducks d'Anaheim, qui n'ont perdu que deux parties en 12 rencontres jusqu'ici.

On a changé l'identité des Capitals, qui sont passés d'un club offensif à un club défensif et plus équilibré. Je pense qu'on aurait dû chercher à continuer à gagner des parties 9-8 plutôt que d'essayer de les gagner 3-2. Ça ne leur va pas bien ce changement.

Je ne sais pas si le temps est venu de se départir d'Alex Ovechkin, qui demeure une attraction importante, mais son contrat à long terme pèse lourd.

Les Kings de Los Angeles, champions de la coupe Stanley, sont décevants également.

Les choses peuvent encore changer. C'est vrai que la saison est jeune, mais elle va rester jeune parce qu'elle ne comporte que 48 matchs.

*propos recueillis par Robert Latendresse