RDS.ca jeudi, 8 oct. 2009. 21:34

Si les joueurs du Canadien se sont traîné les pieds mercredi à Vancouver, ils ont sué à grosses gouttes jeudi lors d'un entraînement punitif qui n'a surpris personne.

Jacques Martin n'est pas l'homme le plus souriant du monde. Vous aviez sans doute déjà remarqué. Alors imaginez au lendemain d'un humiliant revers de 7-1.

Irrité par la contre-performance de sa troupe, Martin, chronomètre à la main, a donc décidé de tenir un entraînement axé sur le patinage. Le moment n'était pas à la rigolade.

Du jamais vu, selon certains journalistes témoins de la scène, qui ressemblait à ce que les cinéphiles ont pu voir dans le film "Miracle on ice".

Dans le vestiaire après la séance de torture, les joueurs tenaient sensiblement tous le même discours.

"Avec la performance qu'on a offerte hier, je pense que c'était mérité", a lancé en toute franchise Guillaume Latendresse.

"C'était une des tough, c'est certain. C'en était une bonne", a répondu le 84 quand on lui a demandé si c'était l'une des pratiques les plus exigeantes auxquelles il avait été soumis depuis le début de sa carrière. "Il y avait une leçon à tirer de ça et j'espère qu'on l'a compris, a poursuivi le 84. S'il y a un temps idéal pour tenir de tels entraînements, c'est en début de saison comme ça. Après Noël, surtout avec l'horaire olympique, c'est plus difficile."

"C'était une séance de patinage à l'ancienne, longue et difficile. Avec le match que nous avons joué hier, je n'étais pas surpris d'être convié à ce genre de traitement, a honnêtement confié Mike Cammalleri. Le message est envoyé : nous devrons travailler plus fort lors des matchs."

"C'était dur, n'a pas caché Brian Gionta. On a travaillé fort, ce qu'on n'avait pas fait la veille. L'entraîneur a passé son message."

"De la façon dont on s'est comporté hier, on méritait de se faire remettre sur la track aussi tôt dans la saison, approuve Maxim Lapierre. Je suis pas mal certain qu'on va sortir fort contre Edmonton."

"C'est l'une des pratiques les plus difficiles auxquelles j'ai participé", n'a pas hésité à dire Hal Gill, un vétéran de 12 saisons dans la Ligue nationale.

L'attaquant Glen Metropolit a échappé au supplice, ratant une deuxième séance d'entraînement de suite, lui qui est blessé aux côtes. Il a toutefois patiné en solitaire.

*Avec la collaboration de Luc Gélinas.