jeudi, 16 avr. 2009. 22:15

Les partisans des Bruins doivent être très heureux à la suite de cette première victoire contre le Canadien, mais un fait demeure : les joueurs des Bruins ont disputé le premier match de la série comme si le Canadien était déjà éliminé.

On n'a pas vu cette équipe qui a écrasé le Tricolore non seulement sur l'aspect physique, mais aussi dans le jeu d'ensemble pendant toute la saison. Que ce soit la vitesse ou encore le jeu défensif, le Canadien ne faisait pas le poids face à la troupe de Claude Julien. Franchement, ce ne sont pas les Bruins qui ont affronté le Canadien, surtout dans les 40 premières minutes de jeu. Une autre équipe, mais pas celle de Boston.

Ce qui m'a surtout le plus frappé, c'est de voir que le Canadien avait tout l'espace voulu que ce soit à force égale et en avantage numérique. Je peux bien comprendre que depuis que Mathieu Schneider est à Montréal, l'attaque à cinq est la troisième meilleure de la LNH (depuis le 18 février). Mais il faut être plus agressif face à cette formation.

Comment expliquer un tel revirement? C'est simple, même si souvent les joueurs doivent contrôler leurs émotions en série, il ne faut pas complètement éliminer cet aspect du jeu, qui selon moi, est souvent le plus important. Les Bruins sont bâtis comme les Ducks il y a deux ans. Gros, talentueux et vicieux. Pourtant, ils n'ont pas fait peur à personne dans ce premier match de la série. Les Ducks eux frappaient toujours leur adversaire pour faire mal. Tellement que je me souviens d'un match à Ottawa (finale de 2007) où Jason Spezza s'est retrouvé seul devant Jean-Sébastien Giguère. Il avait tellement peur de se faire frapper, qu'il a précipité son lancer craignant comme la peste de recevoir un coup de bâton ou une mise en échec. Pourtant, le joueur des Ducks le plus près était à 15 mètres de lui. Pas besoin de vous dire qu'il n'a pas marqué et que les Sénateurs n'ont jamais été dans le coup.

Les événements survenus en deuxième période le 9 avril expliquent sûrement cette soudaine prudence chez les joueurs des Bruins. Mais en jouant sur les talons, les joueurs du Canadien étaient comme des requins et en ont profité... jusqu'à ce que Josh Gorges décide de jouer au plus fort devant le filet de Carey Price, une erreur de Gorges qui a sauvé la soirée des Bruins.

Théodore doit garder la tête haute

À Washington, on se demande si José Théodore devrait être de retour pour le deuxième match de la série face aux Rangers. Allô! J'espère bien que oui. Si franchement vous pensez que José Théodore est à blâmer pour cette défaite mercredi, j'espère que vous avez pris quelques secondes pour regarder la piètre performance des défenseurs des Capitals. Plus mauvais que ça défensivement, ça ne se peut pas. Pas convaincu que les Capitals ont de meilleurs défenseurs « défensifs » que les Thrashers.

Et autre point important. Il va falloir qu'un membre des Capitals sorte Sean Avery de son jeu. Ce n'est pas normal qu'en série personne ne se préoccupe de lui. Il est encore le meilleur joueur des Rangers parce que personne ne veut régler son compte. Je vous gage un deux que si un joueur s'assure de lui faire peur les joueurs des Capitals vont s'assurer de tout donner en désavantage numérique, même si la pénalité est de 5 minutes. Les Devils ont fait l'erreur de l'ignorer en série l'an dernier. Résultat : les Devils n'ont jamais été dans le coup.

Les Hurricanes n'ont pas compris

Parlant des Devils, leur série face aux Hurricanes devrait être très facile. C'est que la formation de la Caroline a décidé que pour battre les Devils, il fallait jouer un match propre. Oh boy!

Les Devils représentent une des formations les plus faciles à battre quand ça brasse. Il faut que l'adversaire frappe constamment les défenseurs derrière le filet de Martin Brodeur. Il n'y a plus de Scott Stevens ni de Ken Daneyko dans cette formation et il est essentiel en série d'avoir au moins un défenseur qui est en mesure de lancer des messages. Malheureusement, ce type de joueur n'existe plus depuis longtemps chez les Devils.

Osgood est bon!

C'est difficile à croire, mais le meilleur gardien du premier match entre les Blue Jackets et les Red Wings fut Chirs Osgood. Eh oui, à 36 ans et avec une moyenne de 3,09 durant la saison, Osgood a été tout simplement sublime face aux Jackets. Steve Mason, qui est supérieur à Carey Price selon plusieurs, est en grande partie responsable de la défaite des siens. Ses déplacements n'étaient pas du tout fluides. Est-ce qu'il cache une blessure? Très possible. Mais en première période, si Chris Osgood n'avait pas été aussi surprenant, Columbus aurait été en mesure de causer une surprise. Mais ce sera pour la prochaine fois.