mardi, 5 juin 2012. 09:49

Que Michel ait déjà été entraîneur du Canadien, ça ne change rien à mes yeux. À mon avis, l'organisation était plutôt vieux jeu à ce chapitre. Le retour de Michel à la barre de l'équipe est fantastique et sera salutaire pour le Canadien.

Je pense que Michel est une meilleure personne, un meilleur entraîneur et qu'il a gagné en maturité. Michel a appris beaucoup de choses au cours des dernières années et je ne voyais personne d'autre que lui pour occuper ce poste. Je me souviens de ce que Maurice Tanguay me disait quand j'étais avec l'Océanic de Rimouski. Il me disait, « Quand je congédie une personne et que cette personne s'améliore avec le temps et qu'elle me demande une deuxième chance, souvent je lui en donne une. Ça joue en ma faveur généralement. »

Ça fait deux ans que je travaillais avec Michel à RDS et je peux dire que j'ai rarement vu un gars aussi allumé derrière un banc. Michel porte un grand souci aux détails. Il est un maître dans l'art de s'ajuster, car il est capable de s'adapter aux situations et de prendre des décisions très rapidement. C'est un homme alerte derrière un banc. Il est du même moule que son ami Bob Hartley, maintenant entraîneur à Calgary.

Michel est un gagnant, un passionné et un émotif. Son vécu dans la LNH lui permettra de bien doser ses émotions, ce qu'il ne savait pas faire à son premier passage derrière le banc du Canadien.

Il a appris à être plus mature et plus patient avec le temps. Ses expériences ont forgé son tempérament. Je pense que Bob Hartley lui a enseigné à devenir plus humain. L'ayant côtoyé pendant deux ans, je peux vous assurer que je ne l'ai jamais entendu parler contre une personne. Il aurait pu le faire, mais il ne l'a jamais fait. Quand il parlait des gens, il parlait du caractère des personnes. Comme disait mon père, on n'a pas besoin de descendre une personne pour se remonter.

Michel a beaucoup appris auprès des jeunes joueurs de talent comme Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Marc-André Fleury, Kristopher Letang et Jordan Staal, qui ne sont que quelques athlètes qu'il a dirigés à Pittsburgh. À Montréal, il retrouvera Carey Price, P.K. Subban, Max Pacioretty et David Desharnais, et tous ceux qui jouent dans les rangs juniors et qui devraient graduer avec le club éventuellement. Il est capable d'enseigner, mais surtout, de faire progresser les joueurs de talent.

Je pense que Michel va savoir s'entourer pour l'épauler et qu'il sera capable de faire sortir le maximum de ses joueurs. J'espère que Michel va aller chercher le monde qu'il souhaite comme adjoints. Je pense qu'il va s'entourer de gens qui vont faire de lui un meilleur entraîneur.

Andrei Markov est le seul joueur du Canadien qui a évolué sous les ordres de Michel lors de son premier séjour avec le club. Je dirais que Michel est chanceux de pouvoir compter sur lui. Markov est un vétéran qui connaît bien tous les entraîneurs qui sont passés avec l'équipe depuis son arrivée dans la LNH et il sera à même de constater comment Michel a progressé depuis. Michel n'est pas un homme parfait, mais il est un homme qui a progressé. Quand il est arrivé, il était jeune, maintenant il est mature.

Marc Crawford

Bergevin a choisi de confier les rênes de l'équipe à Michel. On raconte que Marc Crawford était aussi en lice pour le poste. Je pense que la perception du public n'aurait pas été négative à partir du moment où le club aurait gagné. La victoire fait foi de tout dans le monde du sport. C'est vrai aussi bien pour les francophones et que pour les anglophones.

Crawford serait parti avec une prise contre lui parce que le français n'est pas sa langue première, mais il n'en demeure pas moins qu'il est un bon entraîneur. Le fait que Michel soit un Québécois et qu'il ait déjà piloté le club fait en sorte qu'il sait à quoi s'attendre, et ça ne peut que l'aider.

*Propos recueillis par Robert Latendresse