vendredi, 25 févr. 2011. 17:00

MONTRÉAL - Nigel Dawes ne doute pas qu'il puisse tenir son bout dans la LNH.

L'ailier gauche, âgé de 26 ans, l'a démontré par moments au cours des dernières saisons. S'il pouvait simplement ajouter la corde de la constance à son jeu, le Canadien se frotterait les mains de satisfaction d'avoir fait son acquisition.

Dawes a 208 matchs de la LNH derrière la cravate, mais il a été incapable de faire son nid au sein des quatre organisations dans lesquelles il a bourlingué depuis la saison 2006-07.

Les Rangers de New York, qui l'ont repêché en 2003, les Coyotes de Phoenix, les Flames de Calgary et les Thrashers d'Atlanta ont tous jeté l'éponge dans son cas. Au tour du Canadien de faire rouler les dés.

«Je dois afficher plus de constance. C'est quelque chose que j'essaie d'améliorer depuis le début de ma carrière», a concédé Dawes, vendredi, à quelques heures de faire ses débuts avec les Bulldogs de Hamilton, de passage au Centre Bell.

Jeudi, le CH a obtenu les services du vétéran défenseur Brent Sopel et de Dawes, des Thrashers. L'équipe a cédé en retour Ben Maxwell, en plus d'un choix de quatrième tour au repêchage de juin.

«Plusieurs vous diront que la constance est un des facteurs les plus difficiles à intégrer à son jeu, a repris Dawes. J'estime que quand je joue comme je suis capable, je suis de calibre de la Ligue nationale. Je sais, dans mon for intérieur, que je peux avoir du succès. C'est juste que je dois afficher un haut niveau d'intensité à tous les matchs.»

Dawes a admis être tombé de haut au terme de la saison dernière, sa plus productive dans la LNH, en constatant qu'on ne se bousculait pas aux portillons afin de lui soumettre des offres contractuelles. Il venait tout de même de récolter 32 points, incluant 14 buts, en 66 matchs dans l'uniforme des Flames de Calgary.

«J'ai encaissé tout un choc, c'est le moins qu'on puisse dire, a-t-il mentionné. Je n'ai pas été le seul. Plusieurs autres joueurs ont eu une désagréable surprise. Ça prouve que les choses ne se déroulent parfois pas comme vous le souhaiteriez.»

Il a finalement accepté l'offre d'une saison pour 600 000 $ US que les Thrashers lui ont présentée.

«J'avais le sentiment qu'Atlanta représentait une bonne destination pour moi. Mais ça n'a pas fonctionné chez les Thrashers pour diverses raisons, a-t-il expliqué. La principale a été qu'on m'a utilisé à l'aile droite, qui n'est pas ma position, en raison d'un surplus d'ailiers gauches. J'ai toujours eu de la difficulté à jouer hors l'aile.»

Après avoir amorcé la saison à Atlanta, celui qui se qualifie de marqueur a été rétrogradé dans la Ligue américaine, à Chicago. Les Thrashers l'ont brièvement rappelé en janvier. En neuf rencontres, il n'a amassé qu'une passe.

«J'estime avoir bien fait dans les trois matchs que j'ai joués en janvier.»

À Chicago, il a réussi 27 buts et il totalisait 40 points au moment de la transaction.

Dawes n'arrive pas en terrain inconnu dans l'organisation du Tricolore. À Hamilton, il retrouve Dustin Boyd, avec lequel il a joué chez les Flames, la saison dernière. Dawes a aussi évolué en compagnie de Scott Gomez et de Paul Mara dans l'uniforme des Rangers de New York.