lundi, 4 févr. 2013. 21:25

En ce dur lendemain de veille pour les 49ers, une question est sans doute sur toutes les lèvres à San Francisco.

Pourquoi Jim Harbaugh et Colin Kaepernick ont-ils opté pour trois jeux de passes plutôt qu’une course alors que l’équipe se retrouvait à la porte des buts? Pourquoi tenter trois passes prévisibles à l’intention de Michael Crabtree alors que le jeu au sol est pourtant la force des Niners?

De l’extérieur, il est toujours facile de critiquer un choix de jeu, mais la question mérite d’être posée. Après tout, elle a peut-être coûté le trophée Vince Lombardi aux 49ers.
 
Le lent début de rencontre des 49ers est également à l’origine de leur défaite. Dès le premier jeu de la rencontre, l’attaque a déployé une formation illégale qui n’a pas échappée aux officiels. Une pénalité impardonnable dans les circonstances puisque les 20 premiers jeux de la rencontre sont déterminés à l’avance et ont été pratiqués plus d’une fois avant le match ultime. 
 
Les 49ers ont de plus commis plusieurs autres erreurs en début de soirée. En écopant d’une pénalité alors que les Ravens s’apprêtaient à tenter un placement, les 49ers ont offert un touché sur un plateau d’argent à l’adversaire.
 
C’est sans compter que Kaepernick a semblé hésitant d’entrée de jeu. Le jeune quart-arrière des 49ers fixait alors ses receveurs, qui ont pour leur part manqué de combativité. À cela est venu s’ajouter l’échappé de LaMichael James, qui tentait peut-être d’en faire trop comme plusieurs de ces jeunes coéquipiers. 
 
Pendant ce temps, tout allait pour le mieux du côté des Ravens.
 
Flacco au sommet de son art
 
La ligne à l’attaque de Baltimore protégeait à merveille Joe Flacco. Alors qu’on avait entendu parler d’eux pendant toute la semaine, Aldon et Justin Smith n’ont pas été en mesure de presser le quart des Ravens.
 
Flacco en a profité pour démontrer des qualités qu’on n’avait pas vues depuis longtemps, c’est-à-dire son jeu de pied et sa capacité à étirer les jeux avec ses jambes. Exactement ce qu’on craignait du côté des 49ers.
 
La faiblesse de San Francisco en défense c’est la tertiaire. On offrant beaucoup de temps aux receveurs adverses pour se démarquer, les 49ers risquaient de passer une longue journée. C’est ce qui s’est passé.
 
Les demis défensifs ont été exploités par des receveurs plus combatifs qui ont complété les attrapés. Au sommet de son art, Flacco a alors prouvé qu’il est un grand quart-arrière, offrant une priorité de 21-6 aux siens au terme de la première demie. 
 
Et la lumière fut!
 
Les 49ers ont toutefois obtenu deux occasions de se ressaisir. S’ils ont échoué au retour de la mi-temps en concédant un retour de botté d’envoi de 108 verges de Jacoby Jones, les hommes de Jim Harbaugh n’ont pas abandonné.
 
Dans les câbles après avoir encaissé ce touché, les 49ers ont refusé de mettre un genou au tapis. Tout ce dont ils avaient besoin, c’était une panne d’électricité. Alors que la moitié du Mercedes-Benz Superdome était plongé dans le noir, les Niners en ont profité pour retrouver leur calme et leur concentration.
 
À la reprise des hostilités après une pause inattendue de près de 40 minutes, les Niners ont saisi leur chance. Alors que Kaepernick retrouvait son calme, sa précision et surtout ses jambes, les Ravens, eux, ont connu une faiblesse contre la course pour la première fois de la rencontre. Un échappé de Ray Rice, quelques plaqués ratés... Dans le temps de le dire, les Niners étaient de retour dans le match. 
 
Les trois passes pour Crabtree en fin de rencontre étaient toutefois de trop.
 
Oui, ce dernier a été retenu par Jimmy Smith sur l’ultime tentative des 49ers. Or, cette pénalité, comme plusieurs autres au cours de la rencontre, n’a pas été appelée. À l’image d’un septième match de la finale de la Coupe Stanley, les arbitres de la NFL laissent généralement les joueurs jouer. Cette fois, ils en ont peut-être laissé aller un peu trop à mon goût, et ce de part et d’autre. 
 
Oui, un touché de Crabtree aurait peut-être changé l’issue de la rencontre. C’est cependant aussi le cas pour d’autres gestes réprimandables non pénalisés plus tôt dans la rencontre.
 
Chose certaine, on a eu droit à tout un spectacle avec de gros jeux comme le retour de Jones, le retour des Niners, le touché de Kaepernick, des revirements, une panne d’électricité. Nul doute, ce match restera gravé dans les annales du sport pour bien longtemps.
 
Propos recueillis par Mikaël Filion