RDS.ca, Stéphane Morneau dimanche, 21 avr. 2013. 21:46

Brandon Jennings s’est senti le besoin de mettre le feu aux poudres avant le début de la série éliminatoire contre le Heat de Miami et, sans surprise, Lebron James lui a montré de quel bois il se chauffait.

Le Heat a facilement disposé des Bucks 110 – 87, dimanche, devant les partisans bruyants de l’American Airline Arena qui n’avaient pas oublié la provocation de Jennings et des Bucks la semaine dernière. Les Champions en titre de la NBA prennent ainsi une convaincante avance de 1-0 dans leur série quatre de sept.

Lebron James, fidèle à lui-même, a terminé la soirée avec 27 points, 10 rebonds et 8 passes tout en étant presque irréprochable autant en efficacité qu’en défensive durant toute la soirée. Ray Allen, en renfort du banc, a ajouté 20 points tandis que Dwyane Wade et Chris Bosh ont ajouté 16 et 15 points respectivement dans la victoire de Miami.

Les puissants Heat n’ont pas lésiné sur les jeux spectaculaires pour faire passer le message très clair qu’ils n’avaient pas l’intention de se la couler douce contre une équipe fortement négligée dans cette série. James, Wade et le réserviste Chris Andersen ont ponctué cette victoire de plusieurs « dunks » autoritaires, au grand plaisir des partisans et de leurs coéquipiers.

Pourtant, les Bucks ont talonné le Heat lors du premier quart, menés par la fougue de Jennings et la touche offensive de Monta Ellis. Ils accusaient un retard de seulement deux points après le premier engagement, mais les choses se sont gâtées par la suite et le Heat n’a fait qu’approfondir la tombe autour de laquelle les Bucks n’ont pas été assez prudents.

Dans la défaite, Ellis a marqué 22 points et Jennings 26, les deux arrières étant les seuls joueurs des Bucks à avoir marqué plus de dix points dans la rencontre. L’agression oppressante du Heat s’est chargée de neutraliser tous les autres contributeurs des Bucks.

Acquis au milieu de la saison en renfort, Chris Anderson a marqué 10 points en 16 minutes en plus d’offrir plusieurs moments d’intensité à son équipe lors de la deuxième demie.

« Tout est dans son énergie, » soulignait Lebron James après le match en parlant d’Anderson. « Il y a peu de joueurs dans la NBA qui possèdent ce genre d’énergie et Bird (le surnom d’Anderson) en fait partie. »

Dans ce match à sens unique, Erik Spoelstra a utilisé tout son banc à l’exception de Mike Miller, permettant ainsi à Chris Bosh et Dwyane Wade se prendre du repos en prévision des prochaines rondes.

Les Bucks n’ont jamais été dans le coup à la suite du premier quart et ils ont aussi tenté de varier les résultats en utilisant différentes combinaisons de joueurs. Si la stratégie peut s’avérer efficace en saison régulière, elle n’avait qu’un effet marginal sur Lebron James et ses coéquipiers qui ont laissé parler leurs envies tout au long du match. Ils ont d’ailleurs constamment attaqué le panier, visitant la ligne des lancers francs à 33 occasions.

C’était, à tout point de vue, un duel inégal.

La série va se poursuivre mardi à Miami, ne laissant qu’un court congé aux Bucks pour rebondir d’une telle correction.