dimanche, 9 sept. 2012. 12:28

La superstar de la WWE Damien Sandow fait couler beaucoup d'encre depuis qu'il est arrivé à la WWE, plus principalement à Smackdown! en avril dernier. Son personnage suscite beaucoup de réaction et les fans de lutte semblent apprécier ce qu'ils voient d'un personnage unique en son genre. À la veille de sa première présence au Canada, c'est un Sandow 100% en personnage qui discute de son entraînement avec Killer Kowalski, de ce qu'il pense d'être le 12e lutteur le plus intelligent de l'histoire de la WWE, de Twitter, de son philosophe préféré, de ce qu'il compte faire à Ottawa mardi prochain et de plusieurs autres sujets. Vous voulez être sauvé par une intelligence suprême, c'est ici qu'il faut cliquer!

Les fans de lutte de Montréal ont soit connu ou à tout le moins entendu parler du lutteur Killer Kowalski, l'une des légendes de la lutte professionnelle, qui a connu toute une carrière principalement à Montréal.

Damien Sandow a eu la chance d'être entraîné à l'école de lutte de Kowalski dans la région de Boston.

« C'était assez particulier pour moi cet entraînement car je n'avais que 16 ans à l'époque alors qu'il en fallait normalement 18 pour être admis. Au secondaire, j'étais le plus grand, le plus fort, le plus rapide. Mais là j'entrais dans un monde d'adulte. Par contre, l'entraînement m'a donné une éthique de travail que j'ai encore aujourd'hui, raconte Sandow, originaire de Worcester au Massachussetts. C'est la différence entre avoir été entrainé par Kowalski lui-même et ceux qui prétende avoir été entraîné par lui. C'était toujours une question de devenir le meilleur, de se faire remarquer et qu'on se souvienne de nous. Et si tu regardes la liste de lutteurs qu'il a entraînés, elle parle pour elle-même. »

En effet, parmi les lutteurs que Wladek « Killer » Kowalski a entraîné, on y retrouve Perry Saturn, Big John Studd, Mike Shaw, Frankie Kazarian et bien entendu son plus célèbre élève, Triple H (Paul Levesque).

Si Sandow semble avoir apprécié son séjour à l'école de lutte de celui qui est devenu son mentor, ce sera la dernière fois de l'entrevue qu'il répondra en tant qu'Aaron Steven Haddad.

Contrairement à plusieurs autres lutteurs de la WWE, Damien Sandow demeure dans son personnage presque 24 heures sur 24 et encore plus lorsqu'il s'agit de faire une entrevue.

Avant de devenir Damien Sandow, Haddad avait lutté pour la WWE de 2002 à 2007 sous le nom de Aaron « The Idol » Stevens. Puis il est revenu dans la grande famille de la World Wrestling Entertainment en 2010 pour finalement atterrir à Smackdown! en avril 2012.

Quels changements a-t-il effectués en tant que lutteur entre ses deux passages à la WWE?

« C'est plus ou moins lorsque j'ai pris du recul et réalisé que j'étais le sauveur intellectuel de la populace que les choses ont commencé à bien aller. Lorsque j'ai réalisé que les personnes ignorantes se devaient d'être sauver, j'ai pris sur moi d'arriver à ce but et depuis, les choses vont très très bien. Je ne pense pas que ce soit un changement de personnalité, car c'est simplement qui je suis. Je n'ai pas à travailler plus fort à cause de cette personnalité, c'est uniquement qui je suis. Je vais réussir ou non par moi-même, mais en tant que sauveur intellectuel de la populace, je n'échouerai pas, un point c'est tout », répond Sandow, donnant ainsi le rythme que l'entrevue allait prendre.

Sandow n'est pas du tout friand de la culture populaire, en fait il s'en éloigne le plus possible. Il n'aime pas Facebook, ni Twitter, il ne connait absolument pas le jeu Song-Pop et il va même jusqu'à dire qu'il est son propre philosophe préféré.

« J'ai étudié ce que Socrate et Platon ont fait, mais ils n'ont qu'une partie de la réalité, tandis que ma philosophie est vraie à 100%. Je travaille présentement sur une longue réflexion à propos de l'état moral actuel de notre génération. Je vais expliquer ma philosophie, ce qui ne fonctionne pas avec la société dans laquelle nous vivons, comment elle peut facilement être modifiée et pour dire vrai, devenir le leader incontesté de la WWE n'est qu'une étape dans mon plan d'illuminer le monde. »

Pourtant, les fans de Twitter peuvent le retrouver sur ce réseau social non?

« Effectivement. J'ai mon propre écrivain, Ignatius, qui s'occupe de la majorité de mes tweets. Dans les faits, ma philosophie là-dessus est assez simple. Au lieu d'aller sur Twitter, pourquoi ne pas lire une bonne œuvre? », répond-il simplement.

Dernièrement, le site Web de la WWE publiait un classement des 25 lutteurs les plus intelligents de leur histoire et on retrouvait Sandow à la 12e position.

Mais selon le principal intéressé, il s'agit d'une bête erreur.

« En fait, il s'agit d'un problème de communication. Dans les faits, je devais être numéro un et numéro deux. En tant que sauveur intellectuel de la populace, je me devais d'être numéro un, mais ce n'était pas encore suffisant alors ils m'ont dit que j'étais le premier et deuxième lutteur le plus intelligent de l'histoire. Nécessairement, quelqu'un travaillant au WWE.com a commis une erreur », dit-il avec tout le sérieux au monde.

Plusieurs comparent Damien Sandow au jeune aristocrate qu'était Hunter Hurst Helmsley ou encore à Lanny Poffo, alors que ce dernier personnifiait The Genius à la WWE. Est-ce que Poffo aurait été une influence pour Sandow?

« Absolument pas. Je reconnais que le Genius était assez intelligent pour écrire et réciter des poèmes, mais il utilisait la WWE pour ses propres fins. La différence, c'est que je n'utilise pas la WWE pour arriver à mes fins, mais bien pour parfaire cette société si malade dans laquelle nous vivons. »

C'est donc à Ottawa mardi prochain que Sandow tentera de faire passer son message. Ce sera le dernier show télévisé avant le PPV Night of the Champions de dimanche prochain, qui se déroulera dans la cour même de Sandow, là où tout a commencé pour lui, Boston, Massachussetts. Avec ce qu'il est arrivé entre Sandow, Randy Orton et Dolph Ziggler, à quoi les fans peuvent s'attendre?

« Tel un bon général, je ne dévoilerai pas mon plan, mais demeure assuré que j'ai bel et bien un plan. »

Sa visite à Ottawa sera d'ailleurs une première pour lui.

« Depuis que j'ai lancé ma croisade, je n'ai pas encore eu la chance de performer au Canada. Ce sera donc mon premier enregistrement de Smackdown! au Canada. Je vais partager ma philosophie avec tout le monde et juste cela vaut le prix d'admission en soit. C'est comme une visite chez le docteur! », affirme-il modestement.

En terminant, est-ce que cet être supérieur pourra communiquer avec les fans francophones de la région d'Ottawa ou encore mieux, ceux de Montréal la veille lors des enregistrements de Raw?

« J'ai étudié le français, j'ai étudié la culture, la langue et tout cela. Mais les gens en Amérique parlent un anglais tout à fait horrible. Il y a une bataille linguistique aux États-Unis et je me suis fait la promesse de ne parler que l'anglais de la Reine jusqu'à ce que cette situation soit réglée. Dans les faits, j'aurais pu faire cette entrevue en français si j'avais voulu, mais afin de respecter mon appui à cette cause, je dois continuer de parler un anglais digne de la Reine afin de montrer l'exemple à tous les résidents Américains. »

C'est à ce genre de réponses que l'on a droit lorsqu'on interview Damien Sandow. Alors que nous sommes à une époque où on tente par tous les moyens d'en savoir plus sur ce qui se passe en arrière-scène et où les secrets de la lutte ont presque tous disparu, il est rafraichissant de voir que certains demeurent attachés à leur personnage, même lors d'une entrevue. Sandow fait partie de ce groupe et il arrive à nous faire entrer dans son monde, celui, comme il le dit si bien, d'un d'intellectuel supérieur venu sauver la populace.

Damien Sandow et tous les autres lutteurs de Smackdown! seront au Scotiabank Place d'Ottawa mardi prochain, le 11 septembre 2012, alors que les enregistrements débutent à 19h. Au Québec, l'émission sera diffusé à The Score vendredi prochain le 14 septembre, à compter de 20h. Pour se procurer des billets pour l'événement, veuillez consulter le www.capitalstickets.ca.

Si vous avez des questions ou commentaires, n'hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@videotron.ca, ainsi que sur mon site Web au www.lutte.com

Le livre sur l'histoire de la lutte professionnelle au Québec, intitulé « Mad Dogs, Midgets and Screw Jobs : The Untold Story of How Montreal Shaped the World of Wrestling » et écrit par Pat Laprade et Bertrand Hébert, sera disponible à compter de février 2013. Il est présentement disponible en pré commande sur au www.amazon.ca