En feu en début de rencontre, Denis Shapovalov impressionne tellement il est à l'aise sur ce central déjà acquis à sa cause. Face à l'expérimenté et coriace Espagnol Pablo Carreno Busta, notre Canadien va de séquences offensives en séquences offensives pour se donner une belle avance de 5-2. Tout paraît facile, car en plus, cette avance se forge sans l'appui de sa merveilleuse première balle de service.

Rappelons que l'Espagnol, qui est tout de même 12e favori, visite cet immense central Arthur Ashe pour une première fois en carrière et ça paraît. Il est nerveux, ses jambes sont raides et ne le portent pas très bien pour contrer les frappes offensives de Denis. De plus le toit est fermé en raison de la pluie, ce qui donne un avantage de plus à notre Canadien qui a grandi en s'entraînant à l'intérieur au nord de Toronto dans le club acheté par ses parents.

Alors qu'il sert pour le premier set à 5-4, le match bascule pour une première fois. À 30-30 notre « shot maker made in Canada » juge mal une balle au filet et cela permet à Busta de recoller. Difficile de gagner une manche contre un joueur établi quand tu présentes un pourcentage de premières balles en dessous de 50 %. Malgré tout, Shapovalov continue d'essayer de trouver des solutions et s'offre même trois balles de manche à 6-5. Malheureusement, il n'arrive pas à aller chercher le point qui peut faire toute la différence.

Je pense qu'au-delà de tout, la plus grande déception dans ce match, c'est de la manière que notre merveilleux ado négocie ses bris d'égalité. Il donne trop en début de bris alors que le solide Espagnol élevé à la dure fait le reste, 7-2 Busta. Ouch! Denis perd le set après avoir mené 5-2 et obtenu trois balles de manche!

Il aura tout de même le mérite de tout donner pour revenir d'un deuxième set fort mal embarqué puisqu'il tire de l'arrière 5-2. Un peu trop de fautes dans tous les aspects du jeu y compris encore une fois un premier service sur le courant alternatif et en plus un autre bris d'égalité mal négocié le coulent. Aussi cruel que cela puisse paraître, Shapovalov tire de l'arrière deux sets à zéro après deux heures de jeu. Deux manches qui en valent quatre, oh cela fait extrêmement mal d'être bredouille après tant d'efforts.

Shapovalov en donne pour son argent à Carreno Busta

Et ce n'est pas fini! Denis redouble d'ardeur, se forge une avance de 3-0 au troisième set avec balles de 4-0 mais n'arrive pas à bâtir sur cette avance! Encore une fois l'Espagnol domine le bris d'égalité avec ses armes à lui : une contre-attaque super étanche et huit ans de plus d'expérience pour faire les bons choix au bon moment.

Ce n'est que partie remise pour notre Canadien, sa carrière commence. Il a prouvé à plus d'une reprise qu'il a le jeu pour se frotter aux meilleurs et c'est déjà beaucoup. Il faut continuer de se faire du coffre pour aller loin en tournois. N'oubliez pas que depuis les épreuves sur herbe après Roland-Garros, Denis jouait aujourd'hui un 28e match tandis que Busta disputait seulement un 11e. Soyons fiers de tout le chemin parcouru en six mois seulement!

Shapovalov réussi le bris au 2e set