vendredi, 28 août 2009. 01:35

Supposément qu'en s'amusant en travaillant, on ne se stresse pas outre mesure. Vous vous souvenez des sept petits nains de Walt Disney qui sifflaient en travaillant. C'est cela, contrôler son stress.

Très bonne philosophie et c'est exactement celle que devrait utiliser Joachim Alcine au Casino, lors de son retour à la compétition après plus d'une année d'absence.

J'ai une bonne idée de ce qui va se passer… Durant les premiers rounds, il sera prudent, nerveux, anxieux, mais il devrait être en mesure de passer au travers ce stress.

Tout ce qu'il a à faire, c'est de s'amuser. C'est le grand Roberto Duran qui m'avait confié ce secret lors de son affrontement contre Sugar Ray Leonard à Montréal, il y a plus de vingt ans.

Tellement vrai que pendant qu'il se ruait sur son rival, on pouvait l'entendre turluter sur le ring. Malheureusement, la foule était si bruyante que je n'ai jamais pu savoir quelle toune il chantait.

C'était sa façon à lui de contrôler son stress.

Alcine n'a pas à s'en faire. Il lui faut oublier qu'il n'a pas perdu son premier combat en carrière contre un pied de céleri. Un KO contre Daniel Santos est une embûche qu'il faut remonter. Et Eric Mitchell est exactement le rival contre qui il lui faut retrouver sa confiance.

Il ne faut pas s'en faire avec ce surnom de (Murder)… Mitchell n'a jamais tué personne dans sa vie.

Il n'a pas boxé depuis neuf mois et il a été inactif en 2007. A vrai dire, c'est seulement son quatrième combat en trois ans. Rien pour crier au meurtre.

Pour le plus grand bien de Ti Joa, du groupe Gym et de la boxe montréalaise, Alcine doit retrouver son doigté et je le choisis pour remporter la victoire, par décision.

Alcine a une bonne force de frappe mais en revanche Mitchell a un très bon menton. Donc, on peut s'attendre à une décision de la part de Ti-Joa.

Grosse commande

A près de 3000 kilomètres de Montréal aura lieu un combat pour le championnat IBF des super-légers entre le titulaire Juan Urango (21-2-1=16 KO) et Randall Bailey, 39-6-0=35KO. Ça va se passer au Seminole Hard Rock Casino, à Hollywood, en Floride.

Urango a perdu son dernier combat contre Andre Berto et il n'a pas trop bien paru. Les juges avaient opté pour Berto 118-110, 118-110, et 117-111.

Son rival, Randall Bailey est un vétéran de 34 ans qui vient de coller quatre victoires de suite dont trois par KO après avoir perdu une décision majoritaire contre Herman N'goudjo, à Montréal en 2007.

Ce combat met aux prises deux bons cogneurs avec un certain avantage à Bailey. Mais à la faveur de Urango, il est six ans plus jeune que son rival. Il présente un bon menton et lui aussi sait donner un bon coup à la bonne place.

Votre choix est aussi bon que le mien. Mais j'opte pour Randall Bailey dans ce combat. Disons pas décision.

Et en Allemagne

S'il y a une catégorie qui a besoin de vedettes, c'est bien celle des lourds-légers. Cette fois, c'est Victor Ramirez (15-1-0=12 KO) qui met son titre en jeu face à Marco Huck (25-1-0 (20 ko).

En 15 combats, Ramirez n'a perdu qu'une seule fois et c'était en 2006, alors qu'il avait baissé pavillon par décision majoritaire dans un affrontement de six assauts.

Il a connu un (no contest) contre Claudio Carlos Roque en 2007 et depuis ce jour, il a collé pas moins de neuf victoires dont sept par KO.

Par contre son rival, Marco Huck n'est pas piqué des vers lui non plus. Il a un an de moins que Ramirez et n'a pas subi la défaite à ses six derniers combats qu'il a tous gagnés par KO. Impressionnant non…

Huck est un ex-champion de taekwondo, invaincu depuis le 29 décembre 2007 et qui est classé deuxième aspirant à la WBO et à la couronne de Ramirez.

Je vais opter pour Huck pour l'emporter et ainsi ravir la couronne de Ramirez. Et je ne serais pas surpris qu'il réalise l'exploit par KO en y allant de son septième de suite.

Bonne boxe…