mardi, 18 mars 2008. 15:03

L'objectif de Patrick Carpentier avant le début de la saison était de se tailler une place dans le top 35 après les cinq premières courses de la saison dans le but de se qualifier automatiquement pour l'épreuve suivante.

On connaît l'histoire. Le pilote québécois n'a pu prendre part qu'à deux épreuves depuis le début de la saison et il est actuellement 46e au classement général. Et si Jacques Villeneuve avait pu poursuivre sa saison, sa situation serait probablement identique. Ce qui est rassurant pour Carpentier, c'est que la plupart des observateurs s'entendent pour dire qu'il est une victime innocente du système actuel de qualification (je vous invite à lire à ce sujet la chronique de mon confrère Didier Schraenen ainsi que celle du chroniqueur Bill Kimm sur le site NASCAR.COM).

Le début de la saison montre également qu'il est très difficile pour les pilotes issus des courses de monoplaces de se tailler une place dans la première catégorie du NASCAR, la Coupe Sprint. Même s'ils ont hérité des points de leur équipe et qu'ils ont pu, par le fait même, participer aux cinq premières courses de la saison sans avoir obligatoirement à se qualifier, Dario Franchitti et Sam Hornish Jr. ne sont pas en très bonne position. Franchitti est 38e au classement et devra passer par la qualification lors de la prochaine épreuve à Martinsville. Quant à Hornish, l'autre ancien de l'IRL, il est 35e, de justesse, quatre points devant Jamie McMurray. Son meilleur résultat jusqu'à présent demeure sa 15e position à Daytona.

Et pour conclure à propos des pilotes de l' « open-wheel », rappelons qu'A.J. Allmendinger a dû céder son volant à Mike Skinner.

À la lumière de toutes ces données, on ne peut que lever notre chapeau à Juan Pablo Montoya pour sa performance lors de son année recrue l'an dernier. On doit aussi se ranger derrière Kevin Harvick, qui mentionnait en début de saison que les pilotes de monoplace ont tous pris le mauvais chemin pour accéder à la Coupe Sprint et que ce sera plus difficile que ce qu'ils s'imaginent. D'ailleurs en entrevue la semaine dernière, Patrick Carpentier donnait raison à Harvick.

Obama ou Clinton?

Toujours concernant Kevin Harvick, j'assistais à un point de presse récemment et un journaliste lui a posé une question à propos de la campagne présidentielle américaine : quel candidat démocrate préfère-t-il, Hillary Clinton ou Barack Obama?

C'était bien mal connaître le monde du NASCAR. Cet univers, ce n'est pas celui de la ville, des yankees. C'est celui du monde rural, de l'Amérique profonde et oui, celui des « Redneck ». J'ai d'ailleurs entendu lors d'une course, et je le jure, la chanson d'Alan Jackson « It's Allright To Be A Redneck! » Je n'en croyais pas mes oreilles!

Alors concernant le candidat démocrate préféré de Harvick, disons que le pilote californien n'a fait l'éloge ni de l'un ni de l'autre et a exprimé son soutient pour le candidat républicain Mike Huckabee.