vendredi, 11 janv. 2013. 12:13

(ESPN) - Depuis la saison 2003, six quarts-arrière ont dominé le Super Bowl.

Seuls Tom Brady, Peyton Manning, Eli Manning, Ben Roethlisberger, Aaron Rodgers et Drew Brees ont remporté les grands honneurs au cours des neuf dernières saisons. Ils sont les seigneurs des anneaux de championnat du Super Bowl.

Eli Manning, Roethlisberger et Brees ne se sont pas qualifiés pour les éliminatoires cette saison, mais les trois autres y sont. Peyton Manning et Brady sont les favoris pour leurs matchs de la ronde de division et semblent en route vers un affrontement au championnat de la AFC. Reste à Rodgers la tâche d'échapper aux 49ers pour tester la véracité de cette tendance dans la NFC.

Matt Ryan espère s'inviter dans ce groupe sélect et souhaite que l'avantage du terrain joue en sa faveur. Il ne s'agit pas de la première fois que Ryan bénéficie de l'avantage du terrain en éliminatoires, sauf que cette année semble être sa meilleure occasion de rejoindre ce groupe d'exception s'il peut convertir cet avantage du terrain en victoires pour les Falcons.

Il ne faut pas sous-estimer Rodgers. Il est passé maître dans l'art de remporter des matchs sur la route en éliminatoires, tout comme les autres membres de ce groupe qui collectionne les anneaux.

Voici les dix tendances à surveiller pour les affrontements de la fin de semaine.

1. Établir l'identité offensive de la NFC : la NFC a assemblé un groupe de quarts plus formidable que celui de la AFC. C'est l'une des raisons pourquoi la NFC cumule une fiche de 39-25 lors des affrontements entre les deux associations. Mais les éliminatoires établissent généralement les identités des conférences. Cette fin de semaine établira si cette conférence préfère courir ou lancer le ballon. Quatre des cinq meilleures formations au niveau du pourcentage de l'attaque au sol font partie des éliminatoires - Seattle, Washington, San Francisco et Minnesota. Mais les Packers de Green Bay et les Falcons d'Atlanta favorisent le jeu aérien. Les Packers utilisent la course 40% du temps seulement et leur meilleur demi-offensif, Alex Green, mène l'équipe avec 464 verges. Le nouveau coordinateur offensif des Falcons, Dirk Koetter, a permis à Ryan de faire la transition vers une offensive aérienne et Michael Turner a mené l'équipe au niveau des verges au sol avec 800. Au cours des deux dernières saisons, les critiques soulevaient que Ryan était limité dans son contrôle de l'offensive des Falcons. Il est passé maître dans l'attaque sans caucus et dispose du ballon plus rapidement que jamais. Les trois meilleures formations au sol se sont tournées vers des jeunes quarts mobiles qui peuvent utiliser des variations de la formation parapluie ainsi que des jeux d'options du quart. Est-ce que la blessure à Robert Griffin III sèmera le doute au sein de ces équipes par rapport aux options du quart? Arrêter ces jeux est une tâche complexe cette saison, mais sa surutilisation a peut-être surexposé le jeune RG3. Il doit désormais subir une deuxième reconstruction ligamentaire au niveau du genou en quatre ans.

2. L'avantage du terrain : de 2005 à 2011, les équipes au premier rang ont compilé une fiche de 6-8 au cours des rondes de divisions après avoir cumulé un dossier de 25-5 lors des quinze saisons précédentes. Cette saison risque d'être différente pour les équipes à domicile - du moins dans la AFC. Peyton Manning et Tom Brady détiennent les deux premiers rangs et sont favoris pour remporter leur match respectif. La NFC pourrait se décider autrement. Ryan ressent plus de pression de remporter un match que tous les autres quarts en éliminatoires. Il a une fiche de 0-3 en carrière, avec deux de ces défaites à domicile. Les 49ers seront défiés par Aaron Rodgers et les Packers. L'an dernier, les 49ers détenaient le deuxième rang. Avec Alex Smith au poste de quart, ils ont disposé des Saints de La Nouvelle-Orléans 36-32. Jim Harbaugh a fait la transition vers Colin Kaepernick, qui en sera à son premier match en éliminatoires et devra tenter d'obtenir l'avantage contre Rodgers. L'an dernier, Rodgers s'est incliné lors des rondes de division, à domicile contre les Giants, à la suite d'une saison régulière avec une fiche de 15-1. Il est en mission pour retourner au Super Bowl.

Quelles sont les fins des Seahawks et des 49ers? L'ailier défensif des 49ers Justin Smith tentera de jouer samedi même s'il est ennuyé par une déchirure partielle du triceps. Personne ne s'attend à ce qu'il soit sur le terrain pour la totalité du match et il ne sera pas à 100%. Sans lui, les 49ers ont accordé plus de 90 verges offensives par quart. Ray Lewis, des Ravens de Baltimore, s'est incroyablement bien remis d'une déchirure similaire, mais on ne peut pas s'attendre à voir Smith connaitre un aussi bon match que Lewis la semaine dernière. D'un côté, Lewis a raté près de trois mois d'activités avant d'effectuer son retour dans la victoire contre les Colts. Smith effectuera son retour moins d'un mois après avoir subi sa blessure contre les Patriots. Aussi, Smith joue surtout en puissance au niveau de la ligne d'engagement. Il peut entreprendre un bloc et dominer physiquement son opposant lorsqu'en santé. Sa force se combine à merveille avec la vitesse d'Aldon Smith. Justin Smith dispose de son bloqueur et permet à Aldon Smith de le contourner pour chasser le quart arrière. Il n'est pas surprenant de voir qu'Aldon Smith n'a pas complété un sac du quart depuis la blessure de Justin Smith. Les Seahawks ont leurs doses de problèmes aussi au niveau de la ligne défensive et ils ne pourraient pas survenir à un pire moment. L'ailier défensif Chris Clemons, qui a cumulé une dizaine de sacs cette saison, s'est déchiré le ligament antérieur du genou et sa saison est terminée. Les Seahawks se tourneront vers la recrue Bruce Irvin. Il a huit sacs lors de la saison régulière, un sommet chez les recrues, mais il faut s'attendre à ce que les Falcons courent de son côté à l'occasion. S'il réussit à mettre de la pression sur Ryan, les Falcons vont sans doute lui assigner une double couverture.

4. Un trou dans la défensive : tout le monde sait que Wade Phillips a fait un travail exceptionnel en revampant la défensive des Texans. C'est l'une des raisons pourquoi l'équipe a fait une ascension au sommet de la AFC Sud. Mais la mouture de cette saison a de la difficulté avec les quarts d'élite. Peyton Manning a cumulé 330 verges contre Houston. Aaron Rodgers et les Packers ont marqué 42 points en récoltant 338 verges aériennes. Matthew Stafford a lancé pour 441 verges et 31 points. Dimanche, les Texans auront une deuxième chance de renverser les Patriots et Tom Brady en Nouvelle-Angleterre. Brady a battu Houston 42-14 avec quatre touchés lors de la Semaine 14. La perte de Brian Cushing, combinée à d'autres blessures, a adouci le cœur de la défensive. Des blessures à l'aine et aux tendons affectent aussi les performances du demi de coin Jonathan Joseph.

5. Le prochain Y.A. Tittle : être comparé à un grand joueur comme Tittle n'est pas trop mal, mais si Matt Ryan s'incline contre Seattle dimanche, il rejoindra Tittle comme étant le seul quart de l'histoire de la NFL a avoir perdu ses quatre premiers matchs éliminatoires. Les bévues des Falcons en éliminatoires sont accablantes. Mike Smith est un bon entraîneur et l'équipe est disciplinée. Ryan dirige son offensive à la manière de Peyton Manning et Tom Brady. Mais ça tourne au vinaigre en éliminatoires. En carrière, Ryan a mené son offensive à une moyenne de 24,9 points durant la saison régulière, mais ce nombre chute à 15,7 en éliminatoires. Ryan et l'équipe d'entraîneurs ont attendu une année complète pour corriger cette tendance, mais ils devront attendre à dimanche pour voir l'efficacité de ces changements.

6. S'améliorer sur la route : jadis, les Seahawks de Seattle s'avouaient vaincus sur la route avec une constance alarmante. Mais grâce à une défensive d'exception et à Russell Wilson derrière le centre, ils sont en train de chasser ce démon. Les Seahawks ont battu les Redskins 24-14 pour leur première victoire sur la route en éliminatoires depuis 1983 à Miami. Tandis qu'il s'ajustait aux rudiments de la NFL, Wilson a perdu quatre de ses cinq premiers matchs sur la route en cumulant 178 verges aériennes en moyenne. Au cours de ses quatre derniers matchs, incluant les éliminatoires, il compile une fiche de 3-1 et lance en moyenne pour 227,2 verges. Le défi supplémentaire pour les Seahawks sera de jouer le match à 13h00, heure de l'Est. Les équipes de côte ouest jouant à l'équivalent de 10h00 en matinée rencontrent généralement des difficultés, particulièrement au début du match.



7. Le guerrier de la route : Aaron Rodgers aime jouer au Lambeau Field, mais il n'est pas intimidé par le fait de performer sur la route. Eli Manning, avec une fiche de 5-1, est le quart qui connait le plus de succès sur la route en éliminatoires. Mais Rodgers, avec sa fiche de 3-1, pourrait égaler la marque cette saison. Comme Eli lors de ses deux périples au Super Bowl, Rodgers est en plein contrôle de ses moyens à l'aube des éliminatoires. Il est tout simplement bon sur la route. Cette saison, il a lancé 22 touchés et seulement trois interceptions loin de Green Bay. Seulement Tom Brady en 2007 a fait mieux.

8. Chez Peyton : les Broncos n'avaient pas des allures d'équipe dominante comme Alabama au niveau collégial, mais ils ont été impressionnants lors de leur séquence de onze victoires consécutives. Grâce à Peyton Manning, une bonne défensive et la tutelle de John Fox, les Broncos ont dominé le pointage en marquant 31,5 points en moyenne contre 15,9 lors de ces 11 matchs. C'est seulement la troisième équipe de l'histoire à remporter 11 matchs consécutifs par au moins sept points. Effectuant un retour après quatre opérations au cou, Manning a continué de se renforcir et de s'améliorer chaque semaine. Le fait d'avoir battu Baltimore par 17 points sur la route lors de la Semaine 15 devrait offrir une bonne dose de confiance avant le match à domicile de samedi pour les Broncos.

9. Mal des transports : l'une des raisons qui a coûté son emploi à Cam Cameron à titre de coordonnateur offensif des Ravens est l'inefficacité de Joe Flacco sur la route. L'attaque sans caucus ne fonctionne pas aussi bien sur la route. Flacco a complété 62,2 pour cent de ses passes à domicile contre seulement 56,9 pour cent sur la route. La diminution est attribuable à l'incapacité de compléter les longues passes sur la route. À domicile, il cumule 8,35 verges par passe en moyenne. Sur la soute, sa moyenne chute à 5,86 par match. En huit matchs à l'étranger, il a complété seulement 12 passes de plus de 25 verges. Les longues passes sont pourtant sa spécialité. Flacco connait des impairs avec la feinte de remise depuis quelques semaines. De 2008 à 2010, il a utilisé la feinte de remise pour 31% de ses passes, le pourcentage le plus élevé de la NFL. Au cours des deux dernières saisons, ce pourcentage a chuté à 20%, ce qui navigue dans les bas fonds de la ligue. Quand la feinte de remise fonctionne, Flacco est difficile à battre.

10. Tout tourne autour de Brady : bien que les Patriots ne se soient pas mérité l'avantage du terrain pour la durée des éliminatoires, Brady semble destiné à affronter Peyton Manning lors du match de championnat de la AFC. Son affrontement contre les Texans de Houston pourrait être historique. Il s'agit de son 23e match en éliminatoires en carrière et il compile une fiche de 16-6. Une victoire de plus le placerait devant Joe Montana pour le plus grand nombre en carrière par un quart en éliminatoires. Il a déjà le plus grand nombre de passes complétées (499) et de passes tentées (793). Ses 5285 verges le classe quatrième rang et ses 38 touchés au troisième. Pour la ronde de division, il sera à domicile où il est encore plus dangereux. Il a remporté 85% de ses rencontres à domicile. Les Texans auront beaucoup de difficultés à contrer le tout.