vendredi, 28 déc. 2012. 16:15

Le dernier week-end de la saison dans la NFL réservera encore beaucoup d'action aux amateurs puisque quelques matchs seront déterminants sur le classement final. La NFL depuis quelques semaines ne présente que des parties de division, ce qui rehausse les enjeux et l'intérêt.

Si dans l'américaine, on connaît les clubs qui participeront aux éliminatoires, c'est autre chose dans la nationale.

Si Green Bay l'emporte sur les Vikings, les Packers auront une semaine de repos avant de commencer les éliminatoires. Les 49ers peuvent de leur côté s'assurer de leur division en battant l'Arizona. Washington ou Dallas seraient assurés du titre dans l'est avec une victoire. Et avec un gain, le Minnesota serait assuré de participer aux éliminatoires.

Il y a aussi ces équipes qui sont dans la course, mais qui ont besoin d'un peu d'aide. Je pense aux Bears de Chicago qui se doivent de battre Detroit en souhaitant une défaite du Minnesota. Il y a aussi les Giants de New York, qui demeurent encore dans la course et qui se doivent de battre les Eagles. Il faut aussi que Dallas, Chicago et Minnesota perdent pour que les Giants passent, ce qui, avouons-le, ne sera pas évident.

La partie qui retient mon attention est le choc entre Washington et Dallas parce que le gagnant va hériter du premier rang dans l'est. Pour ces deux clubs, les éliminatoires sont commencées. Ils n'ont plus le choix. Les Cowboys jouent du bon football avec cinq victoires à leurs sept derniers matchs, mais quand on pense aux éliminatoires, on pense immédiatement au quart Tony Romo, qui demeure un point d'interrogation lors des parties importantes.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes en ce qui concerne le quart des Cowboys. Lors des matchs qu'il devait absolument gagner en fin de saison ou en éliminatoires, Romo présente un dossier de 1-5. La situation ressemble à celle de l'an dernier alors que les Cowboys devaient aller battre les Giants à New York. Dallas avait alors perdu 31-14. En 2009 dans une situation similaire contre les Eagles à Philadelphie, la partie s'est soldée 24-0. Depuis 2000, les Cowboys ont conservé une fiche de 2-10 lors du dernier week-end de la saison. L'an dernier toutefois, les Cowboys avaient perdu trois de leurs quatre derniers matchs. Cette année, Dallas joue du meilleur football, ce qui laisse un peu plus d'espoir. Puis, Romo connaît un excellent mois de décembre. En quatre parties jusqu'ici, il a réussi dix passes de touché et il n'a été intercepté qu'une seule fois. Il se doit absolument de poursuivre de la sorte.

Romo a développé une belle chimie avec Dez Bryant, qui a amassé 224 verges contre La Nouvelle-Orléans. Contre Washington, Bryant avait récolté 145 verges et deux touchés. Ce qui m'inquiète à Dallas, c'est que l'attaque repose que sur les épaules de Romo. Le jeu au sol des Cowboys contribue que très peu. La semaine dernière, les porteurs de ballon de Dallas n'ont amassé que 41 verges contre les Saints. C'est insuffisant, car il faut un équilibre pour espérer l'emporter sur la route.

Il y a aussi le ratio des revirements qui pourrait hanter les Cowboys. Dallas est moins dix dans cette colonne cette saison. Cet élément est excessivement important parce que protéger le ballon est primordial dans les parties éliminatoires. Après le pointage, il s'agit de la statistique la plus importante. J'ai hâte de voir si Romo va sentir le besoin de forcer le jeu car son attaque au sol est déficiente parce que je ne pense pas qu'il obtienne beaucoup d'aide de sa défensive, qui en arrache dernièrement. Est-ce que Romo va tomber dans le panneau de vouloir en faire plus, ce que pourrait entraîner des revirements.

Les ratés de Romo dans les parties importantes pourraient avoir un effet sur le moral des troupes. Si jamais le quart est victime d'un revirement, je me demande dans quel état d'esprit vont se retrouver les joueurs sur les lignes de côté. Ils vont peut-être se dire, « Ah non, pas encore.» Je suis vraiment curieux de voir comment les Cowboys vont gérer la situation s'il y a une erreur.

Dallas et Washington sont aux opposés au chapitre des revirements cette saison. Comme je le disais, les Cowboys sont à moins dix alors que les Redskins sont à plus 14. L'histoire nous dicte donc que les Redskins protègent mieux le ballon et dans les parties éliminatoires, c'est tellement important. Romo a été intercepté 16 fois alors que Robert Griffin III n'a été intercepté qu'une fois en décembre. C'est évident que le quart des Redskins a lancé moins de passes que son vis-à-vis, mais il est plus constant. Cette constance est importante, ce qui favorise Washington qui a remporté ses six derniers matchs.

RG3 n'a pas de complexe contre les Cowboys contre qui il avait amassé 304 verges et quatre passes de touché à Dallas. J'aime l'équilibre des Redskins. Alfred Morris est un porteur de ballon très important, car il amène l'équilibre à l'attaque, ce qui permet à son quart de faire ses feintes de jeux au sol avec une passe, le le play action. C'est là que Dallas sera défensivement vulnérable, car les blessés sont nombreux. DeMarcus Ware ne joue qu'avec un bras et beaucoup de secondeurs intérieurs sont blessés. Il y a aussi des faiblesses au niveau des maraudeurs, ce qui fragilise le centre du terrain, qui sera exploité par les Redskins. L'avantage va du côté de Washington.

Je pense que RG3 aura plus de mobilité cette semaine, lui qui a effectué un retour au jeu la semaine dernière après une blessure. Je pense qu'il va revenir au style qu'on lui connaît. Il est intéressant toutefois de noter qu'il a battu les Eagles en jouant comme un quart de pochette simplement, ce qui veut dire qu'il a le talent nécessaire pour s'adapter aux situations.

Adian Peterson a besoin de l'aide de sa défensive

Pour plusieurs raisons, la partie entre les Vikings du Minnesota et les Packers de Green Bay attire mon attention. Il s'agit d'un affrontement de section et les Packers ont besoin d'une victoire pour obtenir un laissez-passer alors que les Vikings se doivent de gagner pour participer aux éliminatoires.

Tout le monde a hâte de voir si Adrian Peterson va parvenir à faire tomber le record d'Eric Dickerson de 2 104 verges qui a été réalisé en 1994. Il manque 208 verges au joueur des Vikings pour passer à l'histoire, ce qui ne sera pas facile. Même sans battre le record, il aura réalisé tout un exploit s'il atteint le plateau des 2000 verges.

Peterson va retrouver devant lui, une équipe qui a gagné neuf de ses dix derniers matchs. Le quart Aaron Rodgers garde le moral même s'il a été victime de 46 sacs, lui qui a réussi 35 passes de touché et qui n'a été intercepté que huit fois. Il joue de l'excellent football et mine de rien, la défensive des Packers joue son meilleur football de la saison. En décembre, les Packers ont alloué une moyenne de 13,5 points par partie. Avec Rodgers en grande forme et la défensive dominante, les Packers sont solides.

Depuis leur défaite contre les Packers, les Vikings ont trois victoires de suite. On verra si la défensive de Green Bay pourra arrêter Peterson, qui avait obtenu 210 verges dans une défaite aux mains des Packers plus tôt en saison. D'ailleurs, Peterson a dépassé le plateau des 200 verges à deux reprises dans les quatre derniers matchs. J'espère qu'on va assister à une page d'histoire et je pense que la clé réside dans l'efficacité de la défensive des Vikings. S'il fallait que les Packers prennent une avance de plusieurs points, je pense que les Vikings cesseraient de courir pour se concentrer sur la passe.

La bonne nouvelle pour Peterson est que les siens n'ont alloué que 14 points en moyenne à leurs trois derniers matchs. Il faudra que la défensive garde le pointage serré pour qu'on puisse voir le porteur de ballon des Vikings à son meilleur.

Qu'il batte ou non le record, il est déjà extraordinaire de voir Peterson performer de la sorte sur un terrain de football, lui qui avait subi une blessure majeure à un genou, le 24 décembre 2011. On a dû lui reconstruire le genou et ce qu'il réalise actuellement est vraiment impressionnant. Pour battre le record de Dickerson, il devra porter le ballon environ 25 fois et réaliser au moins deux gros jeux d'au moins 50 verges. Il n'a pas le choix, car il n'effectuera pas 40 courses à cinq verges, ce qui encore là serait insuffisant pour améliorer la marque. Je pense que c'est possible puisqu'il a déjà réalisé six courses de plus de 50 verges cette année, mais la mission sera difficile.

Les places à déterminer dans l'américaine

Les six équipes qui vont participer aux éliminatoires sont déjà connues dans l'association américaine. Il ne reste plus qu'à déterminer l'ordre des équipes au final.

Si Houston bat Indianapolis, les Texans mériteront l'avantage du terrain. Si Denver l'emporte sur Kansas City, les Broncos prendront le deuxième rang et ils auront une semaine de repos. Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre sont au troisième rang et ils ont de bonnes chances d'y rester parce que pour monter au classement, ça prend des revers de Denver ou de Houston. Les Pats pourraient alors grimper parce qu'ils ont déjà vaincu ces deux équipes durant la saison.

Personnellement, j'ai hâte de voir comment les Texans de Houston vont jouer contre Indianapolis, eux qui ont perdu deux de leurs trois derniers matchs. Et leur seule victoire durant cette séquence, c'était contre les Colts 29-17. Les Texans ont besoin de terminer la saison en force avant d'entreprendre les éliminatoires. J'ai du mal à croire qu'ils se sentent en confiance actuellement. Ils ont fait le travail pour mériter le premier rang de leur division, mais leur degré de confiance ne serait pas très élevé s'ils devaient pendre à nouveau, contrairement aux Broncos, qui ont remporté leurs dix derniers matchs ou Atlanta, qui joue du bon football ou encore Green Bay, qui a remporté neuf de ses dix derniers matchs.

Mes prédictions de la semaine XVII

NY Jets c. Buffalo
Caroline c. La Nouvelle-Orléans
Tampa Bay c. Atlanta
Chicago c. Detroit
Philadelphie c. NY Giants
Jacksonville c.
Houston c. Indianapolis
Cleveland c. Pittsburgh
Baltimore c. Cincinnati
Arizona c. San Francisco
Oakland c. San Diego
Kansas City c. Denver
Green Bay c. Minnesota
Miami c. Nouvelle-Angleterre
St.Louis c Seattle
Dallas c. Washington

Résultats de la semaine XVII : 11 gains, 5 revers (68,8%)
Résultats après 17 semaines : 165 gains et 91 revers (64,5 %)


*propos recueillis par Robert Latendresse