Le Canadien a acquis les services de l’attaquant Stefan Matteau des Devils du New Jersey en retour de Devante Smith-Pelly qui a difficilement encaissé son départ de l’organisation montréalaise.

Smith-Pelly, 23 ans, n'a jamais été en mesure de s'établir solidement avec le Tricolore et le Canadien a décidé de s'en départir alors qu'il deviendra joueur autonome avec restriction à la fin de la saison.

Assommé, DSP a même versé quelques larmes lorsqu’il s’est adressé aux journalistes à San Jose.

« C’est difficile, les joueurs sont très près dans cette équipe, j’aurais adoré rester et appartenir au futur de cette équipe, mais je dois penser à la prochaine étape », a confié Smith-Pelly avait les yeux mouillés.

« Je suis un peu sous le choc, j’avais déduit que ça arriverait sûrement avec l’ajout d’un autre ailier droit (Mike Brown), mais l’heure avançait et personne ne m’avait appelé donc je me disais que j’allais peut-être rester », a-t-il expliqué.

Le côté humain est souvent sous-estimé dans les transactions et l’exemple de Smith-Pelly le prouve bien.

« Ce n’est pas évident de partir et de devoir s’intégrer dans un autre groupe. Je trouvais que je cadrais parfaitement dans celui-ci. Mais je sais quand même que ça fait partie du métier », a admis DSP en versant une larme.

« C’est toujours un rêve de jouer pour une équipe canadienne, c’est poche », a jugé Smith-Pelly, auteur de six buts et six aides en 46 parties en 2015-2016, dont le départ a été salué par le Canadien.

« Parfois, ça m’est arrivé de me dire que je ne méritais pas d’être retiré de la formation alors que je l'étais », a aussi avoué le gros droitier. 

Smith-Pelly a également abordé, cette fois sur les ondes de TSN, le sujet de l'abrupte chute au classement du Tricolore, qui risque de rater les séries éliminatoires cette saison.

« C'est difficile d'expliquer ce qui s'est passé. Carey est un gros morceau de notre équipe et en son absence nous avons connu un petit creux de vague, un gros creux de vague en fait. Je n'ai jamais rien vu de tel. »

Quant à Matteau, un ailier de 22 ans, il a été limité à 20 rencontres avec les Devils en 2015-2016. Il portera le no 21 avec sa nouvelle formation.

« C’est un mélange d’excitation et de nervosité, mais je serai capable de transformer ça en énergie positive, a déclaré Matteau en entrevue téléphonique à RDS.

« D’être échangé au Canadien, c’est spécial. J’ai grandi en regardant et en rêvant à cette équipe. Je pense que je ne le réalise pas encore et j’ai simplement hâte de commencer! »

Même s’il n’a pas répondu aux attentes après avoir été repêché en première ronde par les Devils en 2012, il entend pleinement profiter de ce nouveau départ.

« Je ne crois pas que regarder derrière est important, a analysé Matteau. J’ai 22 ans et je pense à ce que je peux apporter au Canadien. Je veux être responsable défensivement et essayer d’amener de l’attaque également. Je veux surtout garder les choses simples. »

30 Min. Chrono : Spécial Transactions 2016 en direct sur Facebook

 

ContentId(3.1174842):LNH : Claude Carrier commente la transaction impliquant Stefan Matteau et Devante-Smith-Pelly
bellmedia_rds.AxisVideo