mercredi, 9 mai 2012. 15:30

HELSINKI - Karri Ramo est intrigué par ses perspectives d'avenir avec les Flames de Calgary.

Le gardien finlandais a vu ses droits nord-américains être échangés deux fois depuis son dernier match dans la LNH, et il s'est dit encouragé par le message que les Flames de Calgary lui ont lancé en l'obtenant du Canadien de Montréal dans la transaction impliquant Michael Cammalleri et Rene Bourque, en janvier dernier.

«J'ai le sentiment que je n'ai pas été inclus dans cette transaction en tant qu'élément mineur, a déclaré Ramo durant le championnat du monde de hockey. Évidemment, Cammalleri et Bourque sont les éléments les plus importants, mais je n'ai pas été lancé là-dedans pour rien. J'étais heureux d'apprendre la nouvelle.»

Après avoir complété le marché, le directeur général des Flames Jay Feaster avait déclaré que Ramo donnerait à son équipe plus d'options «à une position cruciale».

La carrière de Ramo s'est épanouie depuis qu'il a pris la décision controversée de refuser une offre du Lightning de Tampa Bay avant la saison 2009-10 et d'aller jouer en Russie. Il est le gardien partant de l'Avangard Omsk depuis ce temps, ayant affiché un taux d'arrêts de ,925 ces deux dernières années et maintenu sa moyenne sous la barre de 2,00.

Le hockeyeur de 25 ans a recommencé à lorgner l'Amérique du Nord, où il a passé trois saisons dans l'organisation du Lightning quand celle-ci était dirigée par Feaster.

Ramo n'a jamais considéré la Russie comme un scénario à long terme — «Trois ans, c'est peut-être un an de plus que j'avais prévu rester», a-t-il dit — et il estime qu'il sera en mesure de faire bonne impression lorsqu'il trouvera le moyen de revenir dans la LNH.

«J'ai quitté parce que je croyais qu'il valait mieux pour ma carrière d'aller là-bas et de jouer, a noté Ramo. J'ai joué presque 200 matchs depuis trois ans. C'est ce qui fait de toi un meilleur joueur, quand tu joues beaucoup. C'est ce que je voulais, c'est ce que tout le monde cherche.

«Je crois être un meilleur gardien.»

Ramo adorerait agir comme substitut de son compatriote Miikka Kiprusoff, qui a effectué au moins 70 sorties pendant sept saisons d'affilée et aura 36 ans en octobre. Ramo a toutefois un an à faire à son contrat avec Omsk. Même si l'entente ne comprend pas une clause échappatoire, Ramo envisage un scénario où il ne disputerait pas nécessairement toute la saison prochaine avec l'équipe de la KHL.

«Je ne peux pas quitter tout de suite, mais vous savez, les choses peuvent toujours changer, a-t-il dit. Surtout dans la KHL.»

Surtout qu'il pourrait y avoir un poste qui attend Ramo à Calgary.

Celui-ci est plus jeune que le gardien no 2 actuel des Flames, Henrik Karlsson, qui n'a signé qu'une victoire en neuf sorties la saison dernière. L'organisation a également des ententes avec le gardien des ligues mineures Leland Irving et l'espoir Joni Ortio, qui disputera au moins une autre saison en Finlande.

Ramo discutera de son avenir avec des dirigeants des Flames à la fin du championnat du monde, mais ses intentions sont déjà claires.

«J'aimerais y retourner à un moment donné et batailler pour un poste dans la LNH», a-t-il affirmé.