RDS.ca mardi, 28 mai 2013. 10:53

Patrick Roy a officiellement été présenté dans ses nouvelles fonctions d’entraîneur-chef de l’Avalanche du Colorado et il s'est dit heureux de réaliser un autre rêve.

Cette conférence de presse attendue a été présentée en direct sur RDS Info et le RDS.ca. Notre collègue Renaud Lavoie a dévoilé que Roy avait eu des contacts avec André Tourigny, Benoit Groulx, Martin Laperrière et Mike Keane pour des postes d'adjoints à ses côtés. 

À l'image de sa personnalité, Roy n'a pas tardé à insister sur l'attitude à prôner pour son équipe. 

«C’est certain qu’on ne peut pas gagner la coupe Stanley tous les ans, mais nous aurons une attitude d’une équipe qui veut la gagner», a affirmé Roy, fidèle à son caractère exigeant. 

À propos de son équipe, Roy a utilisé l’exemple de Jarome Iginla qui a choisi de quitter Calgary pour Pittsburgh afin de pouvoir soulever le précieux trophée du championnat.

«C’est ce que je veux voir dans l’avenir, entendre des joueurs dire qu’ils veulent jouer au Colorado avec (Gabriel) Landeskog, (Matt) Duchene et compagnie pour avoir la chance de gagner la coupe Stanley», a-t-il évoqué. 

Pour les partisans, le défi personnel et non l'argent 

Roy a obtenu un contrat non garanti de quatre saisons (avec une option pour une cinquième année) pour sa première tentative comme entraîneur dans la LNH. Il ne serait donc pas payé s'il est congédié et il a admis qu'il aurait accepté l'aventure même s'il n'avait pas hérité d'un mandat dans les décisions hockey.

«Je ne suis pas ici pour l’argent, je suis là pour les partisans et l’organisation. Je veux aussi me prouver que je peux accomplir le même travail qu’à Québec avec les Remparts», a argué Roy.  

Note intéressante, Roy sera celui qui discutera avec les autres équipes de la LNH pour effectuer des transactions.  

À la fin du point de presse, Roy a offert l'une de ses meilleures réponses quand il a été questionné sur le fait que les meilleurs joueurs ne font pas nécessairement de bons entraîneurs.

«Je ne suis pas nerveux à propos de cela. En fait, je suis surpris qu’on ne m’ait pas posé une question à propos de mon manque d’expérience.

«Je peux vous dire que j’ai trouvé une statistique intéressante, 100% des entraîneurs de la LNH ont été des recrues à un certain point dans leur carrière», a-t-il rappelé avec confiance.  

Sans surprise, il a dû expliquer pourquoi il n'avait pas accepté ce rôle en 2009 et son explication était pertinente. 

«Je pense que le moment est parfait cette fois. Je n’étais peut-être pas si prêt pour ce poste en 2009 dont en raison de ma situation familiale. Mais j’ai beaucoup appris et évolué dans les dernières années comme entraîneur et directeur général. Comme entraîneur, je trouve qu’on fait souvent l’erreur de vouloir aller trop vite», a dévoilé Roy qui est heureux d’avoir pris son temps. 

De bons mots pour les gens du Québec et de Québec

Il a tenu à rassurer les partisans très rapidement à propos de son travail comme entraîneur. 

«Je vais amener la même passion que lorsque j’étais joueur», leur a-t-il lancé comme message.  

«Je souhaite remercier tous les partisans de Québec et du Québec pour leur soutien. Je réalise un rêve et je me sens privilégié de pouvoir amorcer cette nouvelle étape en sentant votre appui», a exprimé Roy en français avant de répondre aux questions. 

Josh Kroenke, Patrick Roy et Joe SakicIl n'a pas hésité à admettre que la réalité sera différente de celle vécue derrière le banc dans la LHJMQ.

«Je comprends que je devrai apporter quelques ajustements, mais l’important demeure de bien se préparer. Au niveau junior, j’ai utilisé mon expérience de la LNH et des méthodes de mes meilleurs entraîneurs», a convenu Roy. 

Plusieurs joueurs de l’Avalanche étaient présents pour l’appuyer dont le capitaine Landeskog, Paul Stastny et le gardien Jean-Sébastien Giguère.

Roy était entouré par Joe Sakic (vice-président exécutif des opérations hockey) et Josh Kroenke, le président de l’équipe. Il fera aussi équipe avec le directeur général Greg Sherman pour redorer le blason de l'Avalanche.

Jeudi dernier, l'Avalanche a confirmé que l'ancien gardien de but étoile avait accepté de prendre les commandes de l'équipe. Roy, qui est accueilli avec enthousiasme au Colorado, a aussi obtenu son mot à dire dans les décisions hockey de l'organisation.

Au cours de la dernière saison, l'Avalanche a conclu le calendrier écourté au dernier rang de l'Association Ouest ce qui lui permettra de bénéficier du premier choix au repêchage du 30 juin. Tout indique que le défenseur Seth Jones sera sélectionné par Roy et son entourage, mais la performance de Nathan MacKinnon au tournoi de la Coupe Memorial fait probablement réfléchir les dirigeants de la LNH.

Roy, qui est âgé de 47 ans, dirigeait les Remparts de Québec dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec depuis 2005. Il a présenté une fiche de 307-128-32 dans ces fonctions et il a notamment remporté une Coupe Memorial.

Dans la Zone Vidéo

« Je veux une culture de Coupe Stanley »
« Je veux une culture de Coupe Stanley »
« Je veux redonner l'équipe aux partisans »
« Je veux redonner l'équipe aux partisans »