Charles Hudon la trouve bien bonne.  C’est en riant de bon cœur qu’il a immédiatement tué la rumeur l’envoyant avec l’équipe de Astana Barys au Kazakhstan dans la KHL.

« J’ai appris ça en même temps que tout le monde! Darren Dietz m’a envoyé un message texte pour me dire que j’allais jouer avec lui, il m’a envoyé des photos de tous les journaux du pays qui en parlaient, j’étais en première page! » relate l’attaquant en rigolant 

« Je n’ai parlé à personne là-bas, il n’y a eu aucun pourparlers! C’était vraiment drôle. J’ai reçu des messages textes de bonne chance, certains me disaient qu’ils espéraient que mon passeport était à jour. Mais ce n’était même pas vrai! Oubliez ça tout de suite, mon but c’est de jouer avec le Canadien de Montréal et dans la LNH, un point c’est tout » de préciser Hudon.

Le plaisir de jouer enfin retrouvé!

On se rappelle tous de la mine déconfite de Charles Hudon lors de la dernière journée avec les médias à la fin de la saison 2018-19.

Ébranlé de sa rencontre avec la direction, il n’avait pas caché sa déception. Lorsqu’il a commencé la saison à Laval en octobre 2019, il avait encore le moral dans les talons.

« C’est le jour et la nuit entre l’an passé et cette année. Les deux premières semaines à Laval ont été très difficile. J’en discutais ma famille, je voulais juste revenir à la base et m’amuser. Je suis allé voir Joel et Alex Burrows, je leur ai dit : 'Faites ce que vous voulez avec moi, je veux juste m’amuser.' »

C’est ce qui est arrivé, je n’avais plus aucun stress, je faisais juste mes choses, j’aimais être à l’arena, voir les gars et travailler sur les choses que je ne voulais pas faire l’année d’avant car j’étais démoralisé. C’est vrai que cette année le plaisir de jouer au hockey est revenu. » raconte-t-il.

Joel Bouchard l’avait sévèrement critiqué en début de saison en déclarant entre autres que « des Charles Hudon il y en a partout, il devra mettre ses bottes de travail ». 

Ces propos l’ont secoué.

« Il m’a ‘challengé’ quand il a parlé contre moi devant les médias dès la première semaine.  On se connait depuis très longtemps Joel et moi, mais je ne pense pas qu’il me connaissait dans une relation joueur/ coach. Il doutait peut-être que j’allais répondre comme ça. Moi, quand j’entends des choses comme ça, c’est là que je grandis, que je m’améliore, et je veux démontrer au monde qu’ils n’ont pas raison. J’ai travaillé fort et Joel m’a donné le temps de glace que je méritais. Ça m’a aidé à créer des chances de marquer avec tout le monde. Alex Burrows a aussi joué un grand rôle. Lui et moi, ça fait 14 ans qu’on se connait, on s’entrainait ensemble alors c’était l’fun de l’avoir avec moi. Quand j’avais des questions, j’en parlais à lui en premier et ensuite avec Joel et ça m’a aidé à développer une belle complicité avec mes deux entraîneurs. C’est important pour moi » explique Hudon qui n’a pas déçu ses entraîneurs devenant peu à peu un leader au sein du Rocket.

KK

Les 35 points dont 27 buts en 46 matches de Hudon et sa participation au match des étoiles lui ont valu des éloges mérités. Il a pris de plus en plus confiance et a réussi à la partager avec ses coéquipiers, notamment avec le jeune Jesperi Kotkaniemi qui en avait grandement besoin lui qui venait d’être cédé par le Canadien.

 La communication était bonne entre les deux joueurs et ils se sont fixés des objectifs communs notamment sur l’avantage numérique où ils ont excellé ensemble.

« Quand KK est arrivé, je lui ai dit qu’il fallait travailler fort, de redoubler d’ardeur. Sur l’avantage numérique, on avait un concept : il fallait les réussir à 50%. KK est tellement talentueux, il réussit à trouver l’espace pour t’envoyer la rondelle même s’il n’y en a pas. Toi tu penses qu’il n’y en a pas, mais lui, il la trouve. J’étais heureux de jouer avec lui » de raconter Hudon.

Kotkaniemi a aussi semblé apprécié jouer en compagnie de Hudon. Il avait déclaré le 5 février dernier à la suite d’une performance de 3 passes en l’avantage numérique « Je donne la rondelle à Hudon et il marque. Mon travail est assez simple. »

Le stress…

Lors de son dernier rappel avec le Canadien, (rappel d’urgence) Charles Hudon démontrait cette confiance acquise à Laval. Il a disputé 6 matches avant que la saison ne soit interrompue, récoltant un but et jouant de plus en plus de minutes sur la patinoire en l’absence de Tomas Tatar et Jonathan Drouin.

Cinq jours après son rappel, Claude Julien l’avait prévenu qu’il allait lui faire confiance et lui donner une véritable chance avant le match face aux Islanders où Il a d’ailleurs marqué son premier but de la saison. Il est par la suite passé du 4e trio au 2e en compagnie de Domi et Gallagher.

Charles Hudon a retrouvé le plaisir de jouer

« Je n’avais pas de stress.  Si je fais des erreurs, j’en ferai. On doit savoir vivre aussi avec nos erreurs, le but c’est de ne pas les répéter et continuer de travailler fort. C’est la mentalité que j’avais quand je suis arrivé avec le Canadien lors de mon rappel d’urgence » affirme-t-il tout en ajoutant qu’il peut jouer sur n’importe quel trio.

« Quand j’ai eu plus de temps de glace, j’ai eu plus d’occasion de marquer. La confiance de créer des jeux est revenue. Les points n’arrivaient pas nécessairement mais à force de travailler je savais que ça reviendrait. Faire des jeux et ne pas avoir peur de faire des erreurs c’est la clé. J’avais vraiment retrouvé ma confiance. » 

Le contrat de Charles Hudon vient à échéance le 1er juillet. Il n’a toujours pas eu de nouvelles de Marc Bergevin, aucun pourparlers n’a encore été entamé. Il ne s’en fait pas avec cette situation.

Comme il le dit si bien, le stress est derrière lui. Il est dans un bien meilleur état d’esprit que la saison dernière.  On dit souvent à son sujet qu’il est un peu comme le slogan des années 1980 du désodorisant Secret « Assez fort pour lui, mais conçu pour elle » lire « trop fort pour la Ligue Américaine mais pas assez pour la Ligue Nationale »…

Hudon adore les défis de ce genre et cette fois, il se dit prêt mentalement et physiquement à le relever.