On l'a bien vu durant la quinzaine jusqu'à quel point Leylah Fernandez doit se battre à tous les instants. Obligée de se farcir des joueuses de très grande qualité coup sur coup à partir du 3e tour. Notre Québécoise livre de très grosses performances physiques et mentales pour disposer en rafale de Naomi Osaka, Angelique Kerber, Elina Svitolina et Aryna Sabalenka, toutes des rencontres disputées en trois gros sets.

Pour ce moment historique, l'adversaire Emma Raducanu est certes issue des qualifications mais n'a jamais perdu une seule manche lors de ses trois semaines de tournoi! En ne tenant compte que des performances dans le tableau principal, Leylah passe donc cinq heures trois minutes de plus que son adversaire en six matchs et cela a fait une bonne différence en ronde ultime.

Comme d'habitude, notre magnifique compétitrice cherche des solutions pour contrer les accélérations si justes de Raducanu mais ses premières balles ne sont pas suffisamment au rendez-vous. La Britannique s'en donne à coeur joie en retours et cela finira par miner notre Canadienne. J'ai aussi noté que par moments Leylah a de la difficulté à bondir de façon explosive en retours lors de la première manche qu'elle perd 6-4.

Pas facile de tenir dans l'échange non plus lorsque Raducanu accélère en coup droit et utilise toute sa palette pour agresser sans cesse Fernandez. De plus, il semble que le meilleur tennis de Leylah, elle le livre alors qu'elle tire de l'arrière. Pour faire douter Raducanu, il faut qu'elle trouve la manière de prendre les devants. C'est ce qu'elle fait pour briser à 2-1, seconde manche, mais n'arrive pas à tenir la dragée haute alors qu'Emma enfile quatre parties de suite pour 5-2.

Encore une fois alors que tout le monde ou presque pense que le match est terminé, revoici notre guerrière qui sauve deux balles de championnat et qui se donne balle de bris pour 5-4. Sauf que l'arbitre sur la chaise fait une grave erreur de jugement alors que Leylah est en train de créer tout un revirement. Sur le point âprement disputé qui donne la balle de bris à Leylah, Emma glisse et s'érafle un peu le genou. La Britannique aurait pu aller à sa chaise pour essuyer le sang qui coule un brin et retourner au combat puisque la partie n'est pas fini. Mais non, l'arbitre Marijana Veljovic lui offre 3 minutes alors que le soigneur s'amène sur le terrain pour lui faire un pansement. Fernandez est hors d'elle parce que cela lui fait perdre son momentum. Quelle mauvaise décision au pire des moments alors qu'Emma tremble un tout petit peu en servant pour le titre. 

Ceci étant dit, il faut admettre qu'Emma Raducanu mérite pleinement la victoire et le titre. Son talent est immense et je ne serais pas surprise de la voir atteindre le premier rang mondial dans un avenir rapproché. Pour sa part, Leylah Fernandez va au-delà du possible et nous fait chavirer de bonheur durant la quinzaine. La voilà au 28e rang mondial. Cela lui assure donc d'être dans les tous les grands tableaux de son choix et elle pourra aussi compter sur des revenus plus stables. Fini les qualifications de misère et les budgets de bouts de chandelle.

Bravo belle Leylah, je t'offre trois douzaines de roses : 12 roses rouges pour l'amour fou, la puissante ardeur et la fougue que tu déploies dans la pratique de ton sport; 12 roses rose symbolisant tes belles qualités en tant que personne : ta gentillesse, la grâce et le bonheur que tu nous communiques. Et puis 12 roses blanches parce cela représente l'humilité, la bonté, la générosité et la franchise. Ta vie va changer, mais au plus profond de ton âme, je t'en prie, reste la même.

Durant cette folle envolée à New York, ton courage impressionne, ton ardeur au travail inspire et tes résultats font rêver. Tu es grande...

Leylah s'incline en finale du US Open