lundi, 18 juin 2012. 09:29

Pour avoir vécu au banc des pénalités depuis tant d'années avec les Canadiens, je ne vous cacherai pas que j'ai probablement entendu toute la liste des insultes les plus salées du sport professionnel tant de la part des spectateurs que des joueurs qui ont répliqué aux commentaires qui leur étaient adressés.

Je ne me formalise pas de ce langage, exception faite des propos racistes qui sont immédiatement condamnés et qui sont généralement très rares.

Je crois que les spectateurs ont le droit de faire connaître leur satisfaction ou leur mécontentement selon les performances offertes par les athlètes. Ces derniers doivent accepter d'emblée autant les encouragements que les critiques, ainsi va la loi du sport-spectacle.

Il me faut cependant m'élever contre les cris et remarques imbéciles qui viennent polluer de plus en plus régulièrement les reportages du golf professionnel du circuit PGA Tour. Cette prise de position n'a rien à voir avec l'individu qui a interrompu la cérémonie de remise du trophée au 18e hier à la suite de la victoire de Webb Simpson que je considère comme un incident isolé.

Lors de l'Omnium des États-Unis présenté au Olympic Club de San Francisco, nous avons eu droit à un concert de cris d'imbéciles presqu'à chaque coup effectué des tertres de départ. La pratique s'est répandue aux bords des allées et à proximité des verts. Presque à chaque coup, quelques fractions de seconde après l'impact de la face du bâton sur la balle, nous avons été (spectateurs, téléspectateurs et commentateurs) agressés par des gens qui ont hurlé et exigé que la balle se retrouve au fond de la coupe sur une distance de 520 verges.

Lors de la présentation de Beau Hossler et Jason Dufner au premier tertre de départ dimanche lors de la finale, nous avons entendu les beuglements d'un spectateur qui apparaissait en arrière plan. Son expression était on ne peut plus claire : J'ai tous les droits.

Encourager un athlète : aucun problème. Manifester contre un membre de l'équipe adverse : aucun problème. Crier et tenir des propos qui ne font aucun sens dans le seul but d'être entendu à la télé dans le cadre d'un reportage de golf : … pas sûr.

Trou no 16 : une normale 5 de 670 verges, la plus longue de l'histoire de l'Omnium des États-Unis. Quel est le but de crier au deuxième coup depuis l'herbe longue sur une distance de 380 verges « Get in the hole… »?

Il est curieux de noter que les remarques entendues lors du Tournoi des Maîtres sont vraiment différentes. Est-ce que cela signifie que les spectateurs sont plus connaisseurs? Qu'ils se sentent surveillés et menacés d'expulsion? Je ne crois pas.

Il y avait plus de 35 000 spectateurs quotidiennement sur le parcours du Olympic Club de San Francisco à l'occasion de l'Omnium des États-Unis. Pas facile de gérer ces déplacements qui se sont généralement faits sans heurts. Je ne suis pas opposé à la vente de bière ou d'autres produits alcoolisés sur le site et je ne suis pas de ceux qui voudraient limiter les commentaires ou gestes d'encouragement.

Ce qui me dérange par contre, c'est d'être soumis à des cris barbares qui ne sont suscités ni par une belle action sportive, ni par une réplique à un jeu effectué contre une équipe favorite. Cela n'a rien à voir avec les cris du cœur que peuvent pousser les amateurs pour inciter leurs idoles à fournir un meilleur effort.

Ce qui me dérange, ce sont les cris effrontés et gratuits de gens qui ne respectent pas les sportifs et qui, majoritairement, les insultent. Ce qui me dérange, ce sont des imbéciles que l'on tolère dans des espaces publics réservés aux spectacles sportifs et qui s'accaparent l'arrière-scène sonore qu'ils considèrent comme leur exutoire.

Au golf, rien n'équivaut la clameur de milliers de spectateurs après des secondes de silence et qui donnent l'impression d'avoir été une source d'énergie avant un coup roulé qui procure un championnat.

Au hockey, rien n'est comparable à l'énergie de la foule du Centre Bell quand vient le temps d'accueillir les Canadiens. J'imagine qu'il en va de même pour les artistes qui se présentent devant des milliers de fans qui acclament leurs succès en spectacle.

Alors pourquoi tolérer les cris (voilà qu'on entend depuis plusieurs semaines « Mashed Potatoe ») les plus farfelus lors d'un tournoi de golf? Combien de paris ont-ils été ainsi gagnés?

Le prix d'entrée à un spectacle sportif inclut-il le droit d'enfreindre les plus élémentaires lois de savoir-vivre et de se substituer aux véritables vedettes du spectacle auquel on vient assister? Doit-on permettre à n'importe qui de crier n'importe quoi à haute voix dans le seul but d'être entendu à la télé?

Dans tous les cas, je préférerais quitter le site d'un tournoi de golf plutôt que d'être associé à celui qui hurle son prétendu droit de client-spectateur. « Get in the Hole »… on en a marre.