Bob Gainey était un joueur d'équipe incroyable et ça me fait énormément plaisir que son chandail soit retiré.

C'est toujours agréable pour moi de voir le chandail de l'un de mes anciens coéquipiers être hissé dans les hauteurs du Centre Bell.

Quand j'entre dans le vestiaire du Canadien, je suis fier de constater que 12 de mes anciens coéquipiers ont été intronisés au Temple de la renommée.

Avant tout, je suis vraiment content pour Bob et sa famille. J'ai eu la chance de le côtoyer pendant huit saisons avec le Canadien.

Je peux vous dire que Bob n'était pas différent de l'image qu'il projette aujourd'hui. C'est un homme tranquille et discret qui ne s'exprimait pas souvent.

Mais lorsqu'il prenait la parole, tous les joueurs l'écoutaient ce qui prouve le respect qu'on lui vouait.

Il était vraiment un gars d'équipe incroyable et dédié à 120% à son travail. Tout le monde pouvait voir qu'il adorait jouer au hockey et ce n'est pas pour rien qu'il évolue encore dans ce milieu aujourd'hui. Tout ça démontre son attachement à ce sport.

D'ailleurs, je ne suis pas surpris de le voir connaître une deuxième carrière formidable.

Parmi les joueurs francophones de l'époque, je suis l'un de ceux qui a passé beaucoup de temps avec lui puisque j'avais une maison près de la sienne.

Durant le jour, je côtoyais surtout Serge Savard, Guy Lapointe et les autres francophones. Mais j'ai passé plusieurs soirées et week-end avec Bob et Larry Robinson.

Bob est très fort mentalement

Difficile de prédire comment Bob va réagir lors de cette cérémonie qui s'annonce très touchante. Mais selon moi, il ne démontrera pas beaucoup d'émotion.

Je suis convaincu qu'il est préparé mentalement et ça devrait bien se passer pour lui. La soirée sera beaucoup plus émouvante pour ses enfants et si jamais ses enfants craquent sous l'émotion, ce moment va devenir très émotif pour lui.

Avec toutes les épreuves qu'il a traversées, cette cérémonie est bien sûr particulière. Mon bon ami Bob va bien sûr songer à sa femme qui est décédée il y a quelques années. Son épouse était une bonne vivante et tout le monde se rappelle d'elle encore.

Mais la disparition de sa fille est récente et surtout tragique ce qui fait que c'est encore plus difficile à oublier.

Aucun doute, ce sera une soirée émouvante.

Plusieurs anecdotes inoubliables avec lui

Comme je vous disais, Bob a toujours été discret mais ça ne l'empêchait pas de souvent venir prendre une bière avec nous. Évidemment, il avait tendance à partir tôt, mais il était toujours là et tout le monde appréciait sa présence.

Même lorsque nous étions seulement un groupe de francophones, il se joignait à nous et s'efforçait de parler en français.

Au fil des ans, j'ai organisé plusieurs soirées privées à ma maison et Bob était toujours présent. Durant ces petites fêtes, il se laissait aller davantage et on pouvait constater qu'il était plus à l'aise loin du « jet-set ». Il avait beaucoup de plaisir durant ces soirées.

Plusieurs anecdotes amusantes me viennent à l'esprit quand je pense à tous les bons moments que j'ai partagés avec Bob et mes autres coéquipiers.


C'est avec plaisir que je vous raconte deux de ces anecdotes.

Dans les années 70, je voyageais souvent avec Bob pour aller au Forum. À l'époque, nos matchs commençaient à 20 heures et nous devions être dans le vestiaire dès 18h30. Mais Bob et moi avions l'habitude d'arriver les derniers.

Je me souviens très bien d'une soirée où il était venu me chercher avec la vieille auto qu'il possédait au début de sa carrière.

La neige tombait tout comme un grésil. Mais, comble de malheur, les essuis-vitre de sa voiture ne fonctionnaient pas… Bob avait donc été obligé de conduire de la main droite et de faire bouger son essui-vitre avec sa main gauche. Nous avons roulé de cette façon pendant 40 minutes!

Je m'imagine mal dans un tel contexte avec Bob aujourd'hui. Comme quoi les temps ont bien changé…(rires) Ce fut toute une aventure pour se rendre au Forum.

Je ne suis pas près d'oublier la dernière coupe Stanley que j'ai remporté avec Bob en 1979. Il avait remporté le trophée Conn Smythe, remis au joueur par excellence des séries. Tout comme aujourd'hui, plusieurs joueurs se laissent pousser la barbe durant les séries.

Au lendemain ou deux jours après la conquête de la coupe, nous avions réservé une petite surprise à Bob.

On s'était tous retrouvé au tour de la piscine sur le toit de l'Hôtel de la Montagne. Nous avions fait venir un barbier et nous avions rasé Bob en groupe!

Je tiens à te rendre hommage

Je profite de cette opportunité pour te rendre hommage Bob.

Je te félicite pour tout ce que tu as accompli. Je suis content de t'avoir côtoyé et de toujours te côtoyer. Je tiens à te dire que nous avons toujours été derrière toi à travers les périodes difficiles que tu as vécues. Je te souhaite bonne chance dans le futur et je te souhaite une superbe soirée!

Une chose est certaine, je ne voudrais pas manquer cette soirée-là à tout prix.

Bob est devenu capitaine lorsque je ne jouais plus pour le Canadien. Mais tout le monde m'a dit que de bons mots sur lui en tant que capitaine. Tous les joueurs le respectaient. En fait, personne ne m'a parlé négativement de lui comme coéquipier; il travaillait tellement fort.

Je suis content d'avoir conservé mon amitié avec Bob au fil des années. Encore aujourd'hui à toutes les fois que je vais faire un tour dans les bureaux du Centre Bell pour voir mon bon ami Réjean Houle, Bob vient me saluer et prend de mes nouvelles.

Un petit mot sur l'édition actuelle du Canadien

Comme la plupart des observateurs, je suis surpris de voir le Canadien se battre pour la première place de l'Association est.

Je savais toutefois que si les gardiens excellaient et que l'esprit d'équipe s'améliorait, le Canadien pouvait accomplir de belles choses.

Guy Carbonneau le savait également et il a accompli tout un travail. Alex Kovalev lui a donné tout un coup de main et les joueurs ont accepté de suivre l'attaquant russe. De plus, Carbo a pris de l'expérience et il est complètement différent de la saison dernière.

Je persiste à dire que si le Tricolore peut ajoute un «gros bonhomme» à l'attaque ce sera encore plus prometteur. Comme je l'ai déjà dit, ce serait bien d'ajouter un attaquant imposant, mais deux, ce serait encore mieux!

Mon ami Bob aura bien sûr plusieurs décisions difficiles à prendre et il le sait. Son travail est loin d'être facile…