Matt Duchene, Pierre Dorion le voulait depuis longtemps.

« À ma première rencontre des directeurs généraux l'an dernier, j'ai dit à Joe Sakic "si jamais tu décides d'échanger Matt Duchene, appelle-moi ". » 

Après des semaines de discussions, le directeur général des Sénateurs d’Ottawa était fier de présenter aux médias sa toute nouvelle acquisition, lundi matin.

Matt Duchene est présenté aux médias d'Ottawa

Dans l’air depuis vendredi, la transaction à trois équipes impliquant également l’Avalanche du Colorado et les Predators de Nashville a finalement été bouclée dimanche soir. Pour obtenir les services de Duchene, les Sens ont dû renoncer à Kyle Turris, l’espoir Shane Bowers, des choix de premier et troisième tours en 2018, de même qu'au gardien Andrew Hammond.

« On ne pense pas que le prix était élevé. Pour acquérir un joueur de la trempe de Duchene, qui a joué pour le Canada aux Olympiques et à la Coupe du monde, on était prêt à payer le prix », s’est félicité Dorion, heureux de ne pas avoir dû céder certains de ses jeunes joueurs prometteurs, notamment Thomas Chabot, Logan Brown et Colin White.

« Duchene fait de nous une meilleure équipe tout de suite, on veut gagner tout de suite », a insisté Dorion.

Duchene soulagé

Si Dorion était un homme heureux, il en va de même pour Duchene, qui a finalement été échangé après en avoir fait la demande il y a près d’un an auprès du directeur général de l’Avalanche, Joe Sakic.

« Demander un échange à Joe Sakic, qui était mon idole, a été la chose la plus difficile que j’ai eue à faire dans ma vie », a confié Duchene, qui n’avait pas l’intention de vivre un autre cycle de reconstruction à Denver.

« Huit matchs de séries, c’est tout ce que j’ai à ma fiche. Ce n’est pas où je voulais être à ce stade-ci de ma carrière. Je n’ai qu’une chance [de jouer dans la LNH] et je veux vivre une longue percée en séries », a ajouté celui qui portera dorénavant le no 95, une combinaison de deux numéros qu’il a portés dans sa jeunesse.

Duchene peut donc enfin tourner la page sur une longue saga dont il se serait passée volontiers.

« Dans les 11 derniers mois, j’ai souvent regardé mon cellulaire. Je n’aurai plus à le faire autant. »

Turris demandait sept ou huit ans

Le directeur général des Sénateurs a par ailleurs été invité à s’expliquer en ce qui a trait aux négociations qu’il avait amorcées avec Turris, donc l’actuel contrat devait venir à échéance au terme de la saison.

Troqué aux Predators dans cet échange à trois équipes, Turris a finalement conclu une entente de six ans d’une valeur de 36 millions $ avec ses nouveaux employeurs.

« La valeur du contrat n’a jamais été le problème. [...] Quand on a amorcé les négociations, on avait le sentiment qu’ils (le clan Turris) n’était pas prêt à aller en bas de sept ou huit ans. Six ans n’a jamais été sur la table... », a expliqué le DG sans aucune rancune apparente.

« Échanger Girard était difficile pour Nashville »
« Duchene, c'est un message à Erik Karlsson »
Guy Boucher fait le point après la transaction de Duchene
Duchene est soulagé et fébrile