lundi, 27 févr. 2012. 19:41

Il était difficile de connaître la véritable valeur d'Andrei Kostitsyn sur le marché parce qu'il y avait eu peu de transactions de réalisées. Auparavant, il y avait eu l'échange d'un joueur vedette Jeff Carter et ceux de quelques joueurs de quatrième trio, donc rien de vraiment comparable à AK46.

Beaucoup de joueurs de rôle ont changé d'adresse et on dirait que la monnaie d'échange ou le prix désigné cette saison était un deuxième choix au repêchage. C'est peut-être pour cette raison qu'il n'y a pas eu beaucoup de transactions impliquant des joueurs plus importants parce que les prix demandés étaient plus élevés cette année.

Je pense que le Canadien a eu sa juste valeur pour Kostitsyn. De toute façon AK46 n'avait déjà plus une grande valeur chez le Canadien. Son rôle au sein de l'équipe et son temps de glace étaient restreints. Difficile dans les circonstances pour une équipe d'obtenir un choix de première ronde ou un joueur établi en retour. Quand un club ne fait plus confiance à son joueur, difficile d'espérer mer et monde en retour de ses services.

Comme tout le monde, j'ai entendu la rumeur voulant que Kostitsyn soit échangé contre les droits d'Alexander Radulov. Une rumeur reste une rumeur, mais c'est une opportunité qui aurait été bien d'essayer et je suis convaincu que les deux équipes en ont discuté. D'un autre côté, on ne connaît pas les intentions de Radulov. C'est un peu ambigu comme situation. Comme il a joué dans la LHJMQ, il aurait été bien de l'avoir à Montréal. Mais si le Canadien avait conclu une transaction pour lui et que Radulov avait refusé de venir jouer ici, le Tricolore aurait perdu Kostitsyn pour rien.

Le changement de décor va sans doute faire du bien à Kostitsyn, qui se retrouve au sein d'une organisation que j'admire. Le directeur général David Poile et l'entraîneur Barry Trotz ont développé un esprit de famille dans le sens où tout le monde se sent important et valorisé au sein de l'équipe. Les joueurs qui jouent à Nashville parlent en bien de cette organisation. À Montréal, Kostisyn ne se sentait pas valorisé et il était critiqué par les partisans avec raison. À Nashville, il sera moins sous les feux de la rampe et il se sentira plus important. Quand il sera dans un creux de vague, il n'aura pas la pression des médias. Je m'attends à ce qu'il apporte une vingtaine de buts par saison aux Predators. Puis, comme il connaît quelques joueurs dans l'équipe, dont son frère et Hal Gill, je pense que la transition sera plus facile et qu'il va bien cadrer dans cette équipe si bien sûr il décide d'y mettre le travail qu'il faut.

Les frères Kostitsyn seront à nouveau réunis. J'espère qu'ils seront assez matures pour ne pas répéter les écarts de conduite qu'ils ont faits à Montréal. J'ose espérer qu'ils ont gagné en maturité depuis le temps. Ils ont été séparés depuis quelques années et ils ont vécu des expériences personnelles et professionnelles différentes. Ils doivent arriver à tourner la page et à agir comme des professionnels en se concentrant sur ce qu'ils ont à faire. J'espère qu'ils en sont rendus là dans leur carrière. Il y a du temps pour s'amuser et il y a du temps pour jouer au hockey. Je suis convaincu qu'aujourd'hui ils parviennent à faire la différence entre ces deux aspects de la vie.

Il y a celui qui part et ceux qui restent

Que Travis Moen et Mathieu Darche n'aient pas été échangés est le signe que l'équipe tient à eux. La direction veut identifier des joueurs de caractère pour poursuivre avec l'équipe et Moen ainsi que Darche sont ce type de joueurs. Ils sont prêts à aller à la guerre tous les soir et puisque que le Canadien en compte au moins deux dans ses rangs, alors aussi bien les garder avec l'équipe.

Darche n'a plus encore dix ans de carrière devant lui, mais il a une bonne influence sur les jeunes. Moen a l'expérience et il a gagné la coupe Stanley avec les Ducks d'Anaheim. Sa blessure a peut-être sécurisé sa place à Montréal, mais d'un autre côté, je ne suis pas convaincu que le Canadien voulait l'échanger. À mes yeux, il était important qu'il demeure avec l'équipe qui a besoin de joueurs de rôle et de caractère. Moen a très bien protégé ses coéquipiers depuis son arrivée et c'est la raison pour laquelle il faut le remercier avec un nouveau contrat.

Tant qu'à échanger Moen pour un deuxième ou un troisième choix au repêchage, l'équipe peut courir le risque de le garder et d'essayer de le remettre sous contrat à la fin de la saison.

Des muscles qui feront du bien

La venue de Brad Staubitz avec le Canadien témoigne d'un changement de philosophie. Je pense que le Canadien est fatigué de voir ses joueurs se faire brasser la cage. L'équipe avait besoin d'aide pour permettre aux joueurs de talent d'avoir plus d'espace sur la patinoire pour être plus créatifs.

La présence de Staubitz va calmer certains clowns des autres clubs qui ont l'impression de se retrouver devant un buffet gratuit quand ils jouent contre le Canadien à Montréal.

On avait besoin de Staubitz pour limiter les dégâts et se faire respecter. Je suis convaincu que certains joueurs adverses vont demeurer tranquilles, sinon ils devront répondre de leurs actes.

Staubitz a de l'expérience et il est capable de jouer un peu. On dit de lui qu'il est un bon gars, qui est apprécié de ses coéquipiers parce qu'il va à la guerre pour eux. Il ne comptera pas 15 buts par année, mais il peut remplir le rôle qu'on lui demande. Il va remplir un rôle spécifique.

*propos recueillis par Robert Latendresse