vendredi, 1 juin 2012. 14:18

Plusieurs sources ont laissé entendre cette semaine que Bernardo Corradi quitterait l'Impact pour retourner en Italie, où se trouve sa petite famille.

J'ignore où en sont les discussions pour le moment entre Corradi et la direction de l'Impact, mais tout ce que je peux affirmer c'est que Bernardo semble s'amuser au sein de notre équipe. Et nous, on s'entend bien avec lui. C'est un gars qui amène beaucoup de vie et d'énergie à la formation. Cependant, je comprends la situation dans laquelle il est plongé pour l'instant en Italie. Corradi a une famille; c'est bien différent que lorsque tu es dans la vingtaine et que le monde s'ouvre à toi. C'est normal qu'il s'ennuie à l'occasion.

Sincèrement, je trouve qu'il semble se plaire à Montréal et j'ai hâte de connaître ses intentions quant à son futur. J'aimerais évidemment qu'il reste. Il apporte beaucoup à l'Impact, son expérience est un atout de taille. En somme, c'est un bon gars dans le vestiaire et sa présence sur le terrain est appréciée. C'est certain que dans la situation de l'Impact, plus on a de joueurs d'expérience pour nous aider, mieux c'est. Peu importe la décision qu'il prendra, je respecterai toujours Bernardo Corradi et je le considérerai toujours comme l'un des nôtres.

Quant à Marco Di Vaio, il est venu se présenter jeudi à l'entraînement de l'équipe. Bien que ce fut une rencontre très brève, il a fait bonne impression. L'attaquant de 35 ans a l'air d'un gars simple et sérieux, qui se mêlera bien à notre formation dès qu'il s'y joindra. On a hâte de pouvoir profiter de son expérience. Il sera assurément un bel ajout pour l'Impact.

On pourra se faire une meilleure idée lorsqu'il s'entraînera avec nous et que les repères seront établis, mais je ne suis pas inquiet; avec son talent brut, ses qualités de marqueur et son sang-froid, Di Vaio aidera l'Impact à prendre de la maturité.

Maintenant, est-ce que l'Impact procédera à l'embauche d'un deuxième joueur désigné dans les prochaines semaines? On verra. Nick De Santis a affirmé récemment qu'il était à la recherche d'un milieu de terrain offensif. Si le club veut prendre cette direction, c'est sa décision. Pour le moment, ça ne doit pas m'affecter. C'est le terrain qui parle pour moi et personne d'autre. Et à ce que je sache, un peu de saine compétition, ça fait partie du jeu.

Enfin, serait-ce possible de voir un gros nom comme Alessandro Del Piero ou Ronaldinho aboutir avec l'Impact? Tout est possible. Cependant, ces joueurs, considérés comme de véritables rockstars jouissent d'un certain statut et en Amérique du Nord, les rockstars aiment se tenir soit à New York ou à Los Angeles. Je vois mal comment un plus petit marché comme Montréal s'y prendrait pour attirer de telles super vedettes. Au-delà du soccer, ces joueurs recherchent souvent un style de vie à la Beckham. Or, c'est difficile de trouver cela à Montréal.

À mon humble avis, je privilégierais le type de joueur qui recherche une dernière opportunité de se faire valoir, un dernier thrill de motivation. Le genre de joueur qui ne traverse pas l'Atlantique uniquement pour l'argent, mais bien pour fournir une poussée afin d'aider une équipe à grandir, à progresser, à devenir un club gagnant.

Établir une mentalité de gagnants

Lorsque nous foulerons le terrain du stade Saputo le 16 juin prochain, trois semaines se seront écoulées depuis notre dernier match.

Cette période d'inaction sera assurément bénéfique pour la suite des choses, car elle permettra à tous les joueurs de se reposer et de guérir les petits bobos. Autrement, nous nous entraînons de la même façon que d'habitude, et ce, même s'il n'y a pas de match à l'horizon. Les choses ne changent pas. Jesse Marsch nous a demandé de travailler sur certains points, certains petits détails qui le chicotaient, des jeux que l'on exécute moins bien depuis le début de l'année. Il y a certes de l'amélioration à faire autant défensivement qu'offensivement.

Lors de ce deuxième segment de la saison, il sera important de repartir avec les trois points lorsqu'on le mérite. Lors des 13 premiers matchs, il nous manquait l'instinct du tueur et c'est pourquoi, nous avons laissé filer des avances à quelques occasions. Nous travaillons également à regarder les matchs qui s'en viennent et non ceux qui sont déjà disputés. On est en train de régénérer nos côtés physique et mental pour la deuxième partie de la saison.

Sur le plan individuel, je dirais que chaque membre de l'organisation tente de démontrer à l'entraîneur ce qu'il a dans le ventre afin de se tailler un poste sur le onze partant. Dans mon cas, j'essaye de bâtir sur cette belle performance du 26 mai où j'ai participé aux deux buts de l'Impact. Malheureusement, l'équipe n'a pas su repartir du Colorado avec les trois points et c'est pourquoi il est difficile pour moi d'apprécier cette belle performance au plus haut point. Évidemment, ça fait un petit velours de voir que ta performance est reconnue, alors que je me suis mérité une place au sein de l'équipe de la semaine dans la MLS. Mais comme j'ai mentionné, la victoire est au centre de tout et j'apprécierais beaucoup plus cet honneur si j'avais pu contribuer à donner trois points à mon équipe.

Notre prochain match se déroulera au Stade Saputo et je vous dirais que dans l'entourage de l'équipe, nous commençons à ressentir une certaine fébrilité à l'idée de sauter sur ce nouveau terrain. Nous nous considérons chanceux de pouvoir vivre deux matchs inauguraux à Montréal en une seule saison.

Le Stade Saputo, c'est l'endroit où le club jouera pour de nombreuses années; nous ne voulons donc absolument pas le perdre. Ce sera primordial de partir sur de bonnes bases avec une victoire, pour l'histoire et pour redonner vigueur à notre saison. Ça serait idéal de commencer de manière positive dans ce nouveau stade flambant neuf et moderne.

*Propos recueillis par Nicolas Dupont