RDS.ca, Nicolas Landry dimanche, 14 avr. 2013. 15:00

MONTRÉAL - Un restant d’hiver dans l’air, une pelouse jaunie, des sièges vides par centaines. D’un point de vue purement esthétique, le portrait n’était pas idéal pour un match d’ouverture dimanche après-midi au Stade Saputo.

Mais sur le terrain, l’équipe locale est allée chercher un point qui permettra aux plus optimistes de qualifier l’événement de réussite.

Sous un ciel aussi bleu que les gradins délaissés par des spectateurs fantômes qui étaient à l’origine attendus la veille, l’Impact a démarré sa « vraie » saison locale avec un match nul de 1-1 face au Crew de Columbus.

« On peut dire que c’est l’un des premiers matchs où on parvient à prendre le contrôle en deuxième demie. On avait la plupart du temps possession du ballon et on créait des occasions », a constaté Mauro Biello, qui dirigeait l’équipe alors que Marco Shällibaum purgeait un match de suspension.

Marco Di Vaio a donné les devants aux Montréalais à la 68e minute, mais le Crew a répliqué à la 72e par l’entremise du dangereux Dominic Oduro.

« Le résultat est décevant, n’a pas caché le capitaine Davy Arnaud. On sentait que c’était le genre de match au cours duquel l’équipe qui parviendrait à prendre les devants allait l’emporter. Il semblait que les trois points étaient dans la poche lorsqu’on a marqué, mais malheureusement ce ne fut pas le cas. On méritait peut-être un meilleur sort, mais ce sont des choses qui arrivent. »

Di Vaio rôdait à l’entrée de la surface de réparation lorsqu’il a foncé sur un retour de lancer de Sanna Nyassi, qui venait tout juste de faire son entrée dans le match, et décoché un tir précis qui a battu le gardien Andy Gruenebaum à sa droite.

Il s’agissait d’un troisième but cette saison pour l’attaquant italien, qui croyait bien avoir ouvert le pointage cinq minutes plus tôt avant qu’un hors-jeu ne soit appelé à son endroit.

« Pendant le jeu, je ne peux pas bien voir parce que je suis au-dessus de l’action, mais si moi j’étais devant le ballon et Marco était un peu derrière moi, je ne vois pas comment il pouvait y avoir hors-jeu », a calmement raisonné Patrice Bernier, résigné.

« Ça ne sert à rien de protester, je n’ai jamais vu un but être accordé après un match, a poursuivi le Québécois. Le bon côté, c’est qu’on avait beaucoup plus d’énergie et qu’on était beaucoup mieux concentré que le dernier match à Kansas City. Un match nul, c’est bien, il faut continuer. Au moins, on a mieux dicté le jeu aujourd’hui à domicile. »

Oduro, un nouveau membre du Crew qui domine maintenant sa nouvelle équipe avec trois buts, a créé l’égalité avec un tir parfait qui a trouvé les cordages dans le coin supérieur droit du filet défendu par Troy Perkins. « On aurait peut-être pu réagir un peu mieux défensivement sur leur but, mais il a pris un excellent tir », a résumé Biello.

L’insertion de Nyassi dans la partie s’est avéré une brillante décision de Biello. À la 78e minute, le Gambien a menacé en redirigeant à côté du but un beau centre de Justin Mapp, qui a été mis à contribution tout au long du match en zone offensive.

Nyassi aurait aussi eu besoin d’une cible plus grande juste avant l’arrivée des arrêts de jeu, alors qu’il a terminé une belle pièce de jeu en envoyant son tir au-dessus de la barre horizontale. Son dernier tir du match, dans les minutes supplémentaires, a aussi raté la cible à la gauche du cerbère.

Entre les deux dernières occasions ratées par le numéro 11 des Bleus, Felipe a soulevé la foule avec une bicyclette qui a résulté en un faible tir facilement avalé par Gruenebaum.

« Nous en avons fait assez pour gagner le match, a tranché Biello après que son équipe eut récolté son 13e point en six matchs. Le Crew n’a eu qu’une seule chance de marquer en deuxième demie. »

Des déchets techniques

Une première demie sans histoire a failli tourner au vinaigre pour l’Impact, qui est passé à travers un quart d’heure difficile avant de rentrer au vestiaire.

Perkins a dû réaliser deux spectaculaires arrêts pour s’assurer que le score demeure intouché à l’entracte. À la 36e minute, le protecteur du filet de l’Impact a quitté le sol à la verticale pour parer une solide frappe de Ben Speas. Trois minutes plus tard, l’Américain a audacieusement réagi à une percée de Federico Higuain, qu’il a défié avec succès en haut de la surface de réparation.

À la 44e minute, le défenseur Josh Williams a raté une belle occasion de faire mal aux locaux lorsqu’il a été incapable de décocher un tir décent avec un ballon arrivé devant lui sans crier gare sur un coup de pied coin.

« Pendant les quinze dernières minutes de la première demie, on a baissé un peu et on a commis quelques erreurs, a approuvé Biello. On a perdu deux ou trois ballons qui leur ont permis de contre-attaquer rapidement. À la mi-temps, on a dit qu’il fallait éliminer ces déchets. »

« Le Crew est sorti comme on l’attendait, en restant groupé à l’arrière. De notre côté, on a fait un peu le même genre d’erreurs qu’on avait commises contre le Sporting. On n’a pas été intelligent dans notre façon de déplacer le ballon et on leur a donné quelques opportunités avec un peu de déchets techniques, mais on s’est bien ajusté en deuxième demie. »

« Il n’y a pas de raison de faire la gueule, a statué Mapp. Les conditions n’étaient pas idéales, mais on s’en est sorti avec un bon résultat. Nous allons survivre. »

Surprise pour Ouimette, cadeau pour Tissot

En raison d’un imprévu de dernière minute, Karl W. Ouimette a été titularisé pour un troisième match de suite. Appelé à combler le vide laissé par l’absence du vétéran Alessandro Nesta lors des deux matchs précédents, le Québécois a été inséré dans la défensive centrale en remplacement de Matteo Ferrari, qui s’est blessé à un mollet lors de la séance d’échauffement.

Ouimette a paru beaucoup plus solide qu’à son départ précédent à Kansas City.

« Quand tu penses que tu vas commencer un match sur le banc, c’est un mode de préparation différent, mais il faut toujours être prêt et j’étais content quand on m’a dit que j’allais être de la partie », a commenté le défenseur de 20 ans après le match.

« Matteo ressentait un peu de douleur avant le match. Il a essayé dans le réchauffement, mais on a décidé de faire le changement. Dans des situations comme celle-là, ce n’est jamais facile pour le joueur qui est appelé à sauter dans la mêlée, mais Karl s’est bien ajusté et a fait un bon match », a jugé Biello.

À la droite de son jeune partenaire, Nesta n’a pas semblé trop ennuyé par la blessure à l’aine qui l’a tenu à l’écart pendant presque trois matchs. À la 22e minute, le doyen de l’Impact est entré en contact avec Dominic Oduro, mais c’est l’attaquant du Crew qui a mal encaissé le choc.

Nesta, comme ses trois confrères en défense, a passé l’intégralité du match sur le terrain.

Pendant quelques minutes, trois Québécois se sont simultanément retrouvés sur le terrain du côté de l’Impact, une première depuis l’entrée du club en MLS. Au lendemain de son 21e anniversaire de naissance, Maxim Tissot a été appelé en relève à Di Vaio à la 88e minute.

Membre de l’Académie de l’Impact pendant deux ans, Tissot s’était officiellement joint au grand club en février dernier. Il s’agissait de sa première saucette en match régulier au niveau professionnel. 

« On doit mieux contrôler le ballon »
« On doit mieux contrôler le ballon »
« On doit mieux profiter de nos chances »
« On doit mieux profiter de nos chances »