Ouvert, plus ouvert que jamais cette année ce tournoi à New York. D'abord parce que les meilleurs souffrent ou sont absents. Commençons par dire que le tenant du titre ne foulera même pas le central Arthur Ashe, car Stan Wawrinka vient d'être opéré au genou gauche. Pire, lors des trois dernières années dans le Big Apple, sur les six finalistes, personne n'est en santé : Wawrinka, Djokovic, Nishikori (tous absents), Federer (dos) et Cilic (adducteurs).

Comme un malheur ne vient jamais seul (je me demande qui est le con qui a écrit cela un jour?), notre beau, grand et fort Canadien, Milos Raonic, born in Montenegro but made in Quebec, a le poignet gauche en vrac et ne jouera pas. Son médecin lui a même enlevé des parcelles d'os en espérant qu'il puisse finir l'année en beauté. Andy Murray, et sa hanche droite qui l'amène à claudiquer, y sera mais pour combien de temps?

Roger le magnifique, cinq fois titré à N.Y., mais absent l'an passé, est arrivé sur le site il y a quelques jours, sourire aux lèvres et quasiment dans la peau d'un touriste qui découvre l'immense toit sur le central pour une première fois. Et ce dos qui coince, comment va-t-il? Difficile d'avoir une réponse juste si ce n'est que son agent Tony Godsick s'en soit tenu à ce simple commentaire : « c'est une vieille blessure, un mal qu'il connaît bien ». Pour sa part, Roger ne s'en fait plus trop, déjà repu de titres cette année dont deux du Grand Chelem, une saison bien au-delà des attentes du champion.

Rafael Nadal trône tout en haut du tableau, digne dans la peau d'un numéro 1 mondial, mais avouez pas tellement convaincant depuis qu'il a décroché le pompon. Mais il est en santé, très mécontent de ne pas avoir été à la hauteur à Wimbledon, Montréal et Cincinnati, et affamé de grands titres. D'ailleurs, saviez-vous que le Majorquin et le Suisse, qui se sont affrontés 37 fois au cours de leur carrière, n'ont jamais joué l'un contre l'autre à New York? En tout cas, ils sont tous les deux dans la portion du haut en compagnie de Grigor Dimitrov, Nick Kyrgios et Dominic Thiem et pourraient croiser le fer en demi-finale.

Dans la portion du bas, le plus beau de tous, c'est le quatrième favori Alexander Zverev. Champion à Rome et Montréal, de grandes épreuves de la série 1000, je le crois prêt à réussir un grand coup. Attention cependant au dangereux serveur Kevin Anderson dès le troisième tour. Si j'enlève mes lunettes 3D, je réalise que Zverev n'est pas le seul nom qui ressort de la page dans cette portion. Il y a aussi John Isner dit la matraque, Jack « the ripper » Sock, David « la fronde » Ferrer et bien sûr le champion 2014 Marin Cilic et celui de 2012 Andy Murray, diminués mais présents.

Côté fierté de l'unifolié, j'espère qu'un des nôtres saura nous faire oublier l'absence de Milos. Tiens, parlons-en de notre merveilleux adolescent Denis Shapovalov qui s'est comporté comme un vétéran pour s'extirper de ses trois matchs de qualifications. Mais quel guerrier incroyable! Il tentera de continuer à faire parler sa magie devant le Russe Daniil Medvedev au premier tour. Vasek Pospisil, quant à lui, ne l'aura pas facile devant Fernando Verdasco qui l'a battu cette année. Eugenie Bouchard entamera son tournoi face à la Russe Evgeniya Rodina. Genie a su se rendre deux fois en ronde des 16 à New York et comme elle est due pour connaître un bon tournoi. Attention cependant à tout égarement du genre plancher glissant...

Pour le reste chez les dames, avec l'absence de Serena qui a tout de même gagné ce titre six fois, il y aura une grande bataille pour l'obtention de la première place mondiale. Huit joueuses peuvent atteindre le sommet de la hiérarchie durant la quinzaine. La championne de Wimbledon Garbine Muguruza me semble la mieux armée à tous points de vue pour aller jusqu'au bout. Vous pouvez aussi mettre quelques pesos sur Elina Svitolina, à moins que Genie aux bois dormants se sorte de sa torpeur, car les deux pourraient s'affronter au deuxième tour. Ouvert comme le Grand Canyon chez les dames ce tableau avec en prime une bataille de premier tour entre la 2e mondiale Simona Halep et Maria Sharapova, championne en 2006 et chouchou, ou si vous préférez, invitée des organisateurs...

Flushing Meadows est un théâtre créé pour la démesure. Reste à savoir qui s'avèrera à la hauteur de l'exploit.

Soyez des nôtres à compter de 13 h lundi, et ce, pendant toute la durée de l'évènement.

« Eugenie Bouchard est vraiment à la recherche de victoires »