Connais-tu ton GSP? | Ton classement du top-3 des combats de GSP

Une carrière professionnelle de 15 ans, 13 victoires en combats de championnat à l'UFC et des légions d'amateurs à travers le monde, Georges St-Pierre a transcendé son sport.

Les réactions ont été nombreuses à quelques heures de l'annonce officielle de sa retraite.

Ils sont unanimes : la retraite de GSP signifiera la fin d'un chapitre important dans l'histoire des arts martiaux mixtes.

Dans l'octogone, GSP était dominant. Champion dans deux catégories de poids différentes, il a régné sans interruption sur la division des mi-moyens de 2007 à 2013.

« C’est une page des arts martiaux mixtes qui se tournent  et pas seulement au Québec ou au Canada, mais dans le monde »,  a mentionné l’ancien gérant de St-Pierre, Stéphane Patry.

S'il a laissé sa marque dans l'octogone, GSP a aussi fait évoluer son sport à l'extérieur de la cage, notamment en ce qui concerne les tests antidopages.

Oui, l’athlète de 37 ans souhaitait un dernier mégacombat contre Khabib Nurmagomedov. Même s'il n'a pas pu croiser le fer avec le Russe, le Québécois peut quitter la tête haute.

« Peut-être qu’il aurait pu ajouter une ceinture ou un autre truc, mais c’est une brique de plus sur un gros mur qui s’appelle GSP.  Dans mon cas et pour ceux qui ont suivi le sport, ça ne fait pas d’énorme différence », a mentionné l’officiel des arts martiaux mixtes, Yves Lavigne.

Nurmagomedov a tendu une dernière perche à St-Pierre par l’entremise des réseaux sociaux, mercredi, en suggérant à ce dernier de l’affronter en novembre pour un dernier combat. Mais ça semble bel et bien la fin pour celui qui est considéré par plusieurs comme le plus grand combattant d'arts martiaux mixtes de l'histoire. Un champion québécois qui aura fait vibrer les amateurs du monde entier durant de nombreuses années.

La dernière soumission de GSP sur Bisping