Par Jean-François Ferland, collaborateur NASCAR - Le Indianapolis Motor Speedway est une piste ovale d'une longueur de 2,5 milles (4,023 kilomètres) située dans la petite ville de Speedway en Indiana, à cinq milles au nord-ouest de la ville d'Indianapolis. Ce circuit rectangulaire construit en 1909 a fasciné des centaines de pilotes et des millions de spectateurs en plus de 90 ans de course automobile, surtout avec les 500 milles d'Indianapolis courus à la fin de mai depuis 1911. La Coupe Winston s'y arrête depuis 1994 pour participer au Brickyard 400, une course de 160 tours pour une distance de 400 milles (543,7 kilomètres).

Le Indianapolis Motor Speedway est constitué de deux grandes lignes droites d'une longueur de 5/8e de mille (1 kilomètre) et d'une largeur de 50 pieds (15,24 mètres) et de deux petites lignes droites (short chutes en anglais) d'une longueur de 1/8 de mille (201 mètres). L'inclinaison des lignes droites est nulle.

Les quatre virages mesurent un quart de mille (402 mètres) et ont une largeur de (18,29 métres). L'inclinaison des virages est de 9 degrés 12 minutes, ce qui représente la troisième plus faible inclinaison de toutes les pistes ovales visitées par la Coupe Winston. Le Pocono Raceway compte des virages à 6 et 8 degrés, tandis que le Homestead-Miami Speedway, inauguré en 1995 en tant que copie de la piste d'Indianapolis mais grandement remodelé en 1998, a des virages inclinés à 6 degrés.

Les virages sont serrés à Indianapolis, mais ils sont franchis avec peu d'appui sur la pédale de frein. Après un relâchement de l'accélérateur bien avant l'entrée de la courbe, le pilote franchit le virage sur son élan puis reprend l'accélération tardivement alors que la trajectoire en sortie de virage est très proche du muret extérieur. Les risques de survirage ou d'impact avec le mur sont omniprésents.

Par ailleurs, les voitures passent très difficilement à deux de large dans les virages, sinon lors du départ ou d'une relance. La trajectoire intérieure est la plus efficace à Indianapolis. Le pilote de stock-car doit être patient et doit préparer son dépassement pendant presque la moitié d'un tour, alors qu'il se tient collé à son précécesseur jusqu'à la sortie d'un des virages qui mène à une des grandes lignes droites (les virages 2 et 4). Il doit alors faire son dépassement, et éviter de se faire redoubler avant le prochain virage. Les pilotes qui roulent à trois ou quatre de large sur les lignes droites doivent forcément revenir à la file indienne avant le prochain virage, sinon à deux de large pour sauver les meubles!

Un peu d'histoire

Le Indianapolis Motor Speedway est le fruit de l'imagination de Carl Fisher, un homme d'affaires d'Indianapolis qui s'est passionné pour bicyclette puis la motocyclette au tournant du 19e siècle. Il se lance dans la fabrication de pièces d'automobile dans les années 1900, et fonde le fabricant de phares à gaz comprimé Prest-O-Lite en 1904. Il est celui qui possède la première automobile à Indianapolis, une de Dion-Bouton importée de France. En 1905 il visite l'Europe et y constate une grande avancé de l'automobile. De retour à Indianapolis, qui s'impose comme un grand pôle de l'industrie automobile naissante bien avant Détroit, il imagine la construction d'un circuit fermé "où les constructeurs d'automobile pourront tester leurs produits et faire compétition en course contre des participants du monde entier."

Carl Fisher trouve deux partenaires qui restent près de chez lui sur la rue Cold Springs. Il y a Frank Wheeler, de l'Iowa, est un des premiers fabricants de carburateurs efficaces pour les moteurs à combustion interne avec la Wheeler-Schebler Company, et James Allison, qui allait quelques années plus tard être réputé pour ses transmissions automatiques pour camions et son ingénierie aérospatiale. Arthur Newby, un pionier du monde du cyclisme, complète le quatuor d'investisseurs qui achètent 328 acres de terre agricole en banlieue d'Indianapolis en 1909.

La surface originale de la piste est composée de goudron et de pierre concassée, mais à la course d'inauguration le 19 août 1909 elle s'avère peu résistante à la vitesse des automobiles. Peu après les exploitants remplacent la surface par 3,2 millions de briques posées sur un lit de sable et entourées de ciment. La piste sera éventuellement surnommée The Brickyard. Les premiers 500 milles ont lieu en 1911 et sont remportés par Ray Harroun, qui a couru seul au volant de sa Marmon Wasp dotée d'un rétroviseur - la première utilisation d'un miroir dans une automobile. Les autres participants étaient comme à l'habitude accompagnés d'un mécanicien pour faire des réparations en cas de pépin loin de puits, mais le Harroun solitaire avait une voiture plus légère…

Notons que Arthur Chevrolet, le frère de Louis Chevrolet dont le nom allait être utilisé pour la formation d'une grande marque d'automobiles, a participé aux premiers 500 milles au volant…d'une Buick. Louis y a participé quatre fois aux 500 milles, mais c'est l'autre frère Gaston qui a finalement remporté une édition en 1920.

En 1913 est érigée la Pagode, un édifice à quatre étages en forme de pagode asiatique qui sert au personnel en charge du chronométrage et du classemement.

La piste est demeurée fermée en 1917 et 1918 en raison de la Première guerre mondiale. En 1927, les fondateurs sont trop occupés par leurs entreprises, notamment Fisher qui développe l'autoroute transaméricaine Lincoln Highway et la communauté de Miami Beach en Floride. Ils vendent la piste à Eddie Rickenbacker, un as de l'aviation durant la première guerre mondiale qui a participé aux 500 milles quatre fois entre 1912 et 1916. En 1929, il implante un terrain de 18 trous sur les terrains à l'intérieur et au côté de la piste. Ce terrain de golf a été remodelé en 1991, avec quatre trous dans le champ intérieur à l'arrière des garages de Gasoline Alley, et a accueilli quelques tournois de golf importants.
L'asphalte remplace progressivement la brique de 1936 à 1941, alors que seule la ligne droite avant est encore en brique.

Mais la Deuxième guerre mondiale entraîne la fermeture de la piste dès 1941 pour quatre ans, période durant laquelle le circuit tombe en ruines. Le gazon pousse entre les briques et la peinture s'écaille. En 1945, un nomme d'affaires de la ville de Terre Haute nommé Anton "Tony" Hulman qui a fait prospérer l'entreprise familiale Hulman & Company reconnue mondialement pour sa poudre à pâte Clabber Girl.

L'ère Hulman

C'est Wilbur Shaw, un des triples gagnants des 500 milles, qui convainct Hulman d'acheter la piste. Hulman apportera plusieurs améliorations à la piste. Dès la fin des années 40 il fait ériger les premiers gradins à deux étages dans le virage 1, puis le long de la ligne droite avant. En 1952, un temple de la renommée est inauguré face à la portion droite entre les virages 1 et 2. En 1956 la deuxième pagode érigée en 1926 est remplacée par une tour de contrôle droite de six étages.

En 1961 la piste est entièrement recouverte d'asphalte, sauf sur une longueur d'un yard à la ligne de départ/arrivée où les briques originales sont encore visibles. Cette bande est nommée The Yard of Bricks, un petit calembour issu du surnom Brickyard… Sous le règne de Hulman l'assistance aux 500 milles frôle le demi-million de spectateurs, ce qui en fait l'événement sportif annuel d'une journée le plus populaire aux Etats-Unis.

Tony Hulman décéde en 1977, et c'est sa femme Mary Friedrich Hulman qui lui succède au conseil d'administration de la piste. Sa fille Mari Hulman George prend la relève en 1994 à la tête des conseils d'administration de Hulman & Company et de la piste, alors que Tony Hulman George, fils de Mari et petit-fils de Tony Hulman, devient président de l'entreprise familiale et pdg du Indianapolis Motor Speedway.

Tony George continue à améliorer la piste mais surtout en ouvre les portes à d'autres séries. En 1992 et depuis 1998 la série IROC (International Race of Champions) y tient une de ses quatre épreuves annuelles, tandis que la Coupe Winston de la série NASCAR y fait escale depuis 1994. En 1994 il annonce ses plans de former l'Indy Racing League qui fera compétition à la série CART, et de placer les 500 milles d'Indianapolis au calendrier de cette ligne. Cette décision allait causer un schisme dans la communauté de la course à roues découvertes (open-wheel racing) dont la fracture est encore béante aujourd'hui.

En 1998 George surprend tout le monde en annonçant la venue de la Formule Un à Indianapolis pour l'année 2000. Un circuit routier est aménagé dans le champ intérieur alors qu'une partie de l'ovale est utilisée, de la portion droite entre les virages 1 et 2 de l'ovale jusqu'au premier tiers de la ligne droite avant (Les voitures de F1 parcourent le circuit dans le sens inverse de celui des voitures Indy ou de stock-car. De nouveaux puits sont construits, tout comme une nouvelle tour de contrôle moderne dont la forme évoque les pagodes d'antan. Aujourd'hui plus de 250 000 places assises ceinturent la ligne droite avant et les virages de la piste.

Le Indianapolis Motor Speedway est aux amateurs de course ce que La Mecque est aux pélerins: un lieu rempli d'histoire qui impose le respect, une terre où les noms Foyt, Andretti, Clark, Mears, Unser, Villeneuve, Gordon et Schumacher évoquent des beaux souvenirs aux petits et aux grands. Et en peu de temps, le Brickyard 400 est devenu une des courses les plus prestigieuses en Coupe Winston. Si le Indy 500 et le Brickyard 400 ont lieu à guichets fermés et que la F1 ne s'y débrouille pas mal, plusieurs croient que le prestige de la piste serait encore rehaussé si la chicane entre l'Indy Racing League et CART était enfin réglée, mais ça c'est une autre histoire…