SOMMAIRE
FAITES VOTRE BULLETIN DES JOUEURS

MONTRÉAL – Pour un troisième match consécutif, le Canadien a terminé sa soirée avec plus de 40 tirs sur le filet adverse dimanche contre les Sharks. Le problème, c’est qu’il n’en a décoché qu’un seul dans les 12 premières minutes. Lorsqu’il a mis la machine en marche, il tirait déjà de l’arrière par deux buts.

En d’autres mots, il était trop tard. Contre une équipe qui terminait un pénible périple sur la côte est au cours duquel elle avait accordé vingt buts en quatre matchs, qui avait été battue la veille à Ottawa et qui était entrée à Montréal en pleine nuit, le Tricolore a joué comme s’il était sur le décalage horaire et a subi un sixième revers en sept matchs.

Dans chacune de ces six défaites, l’équipe de Claude Julien tirait de l’arrière après la première période.

« Ils avaient gagné un seul de leurs six derniers matchs. Il n’y avait aucune raison pour qu’on ne joue pas suffisamment bien pour récolter des points ce soir », s’est lamenté Jeff Petry dans le vestiaire des perdants.

« On en avait parlé hier, on ne peut pas toujours jouer du hockey de rattrapage, déplorait Shea Weber. Une fois de temps en temps, ça passe encore, mais ça nous arrive trop souvent dernièrement. »

« On savait qu’ils débuteraient le match avec l’énergie du désespoir, a poursuivi le capitaine. Ils étaient plus rapides sur les rondelles libres, ils nous ont forcés à prendre des pénalités et ils ont trouvé le moyen de marquer deux buts. On a fini par retrouver nos jambes, mais on a encore joué avec le feu et on s’est brûlés. »

« Ils ont eu des bonds favorables en partant, a tenté de défendre Phillip Danault, mais il faut travailler là-dessus et sortir plus fort en première période, être plus affamés autour du filet. »

Julien n’a surtout pas cherché à contredire ses joueurs. Pour l’entraîneur-chef, cette défaite qui vient s’ajouter au-dessus de la pile est un autre exemple de la fragilité de son groupe.

« On est encore une jeune équipe qui continue d’essayer de s’améliorer, a-t-il tenté de mettre en perspective. Apprendre à gagner, ça fait partie de l’évolution d’une jeune équipe. Même si on a quand même bien joué à partir de la deuxième période, il faut être prêt pour des matchs comme ça. »

« Ce soir, on savait que les Sharks seraient solides avec les défaites qu’ils avaient connues, a continué Julien. C’est une équipe d’expérience, qui a beaucoup de vécu dans les séries. Ils ont bien réagi et pas nous. Quand on a commencé à jouer, il y avait déjà du dommage de fait et on n’a pas été capable de renverser la vapeur. C’est de l’apprentissage. On ne peut pas débuter des matchs de cette façon-là et penser qu’on va gagner. »

Le Canadien aura un bon test pour mesurer sa capacité d’apprentissage cette semaine puisque les Sénateurs, qu’il affrontera mardi et jeudi, ont marqué un total de six buts en première période dans leurs trois derniers matchs. Trois matchs qui se sont soldés par des victoires...

Ce qu’ils ont dit...

« C’est ma faute. J’ai hésité une fraction de seconde et le défenseur a eu le temps de deviner mon intention. »
- Jeff Petry, au sujet de son rôle sur le premier but des Sharks

« C’était un jeu assez serré. Il s’est avancé pour jouer la rondelle. Si j’avais été dans sa situation, je me serais attendu à me faire frapper. »
- Shea Weber, qui s’est dit surpris d’avoir été puni pour obstruction sur la mise en échec qu’il a servie à Joonas Donskoi en deuxième période

« Je lui disais aujourd’hui que j’étais quand même un peu surpris de la façon qu’il se comportant depuis le début de la saison. Ça va arriver qu’il ait des matchs un peu moins bons que d’autres, comme tous les joueurs d’ailleurs, mais il continue à faire des jeux. Je trouve qu’il patine quand même assez bien. »
- Claude Julien au sujet de Jesperi Kotkaniemi

ContentId(3.1300396):L'histoire du match : Sharks-Canadiens (LNH)
bellmedia_rds.AxisVideo
« On est encore une jeune équipe »
Les Sharks profitent des erreurs du CH