MONTRÉAL – Le Canadien s’est buté à un Sergei Bobrovsky en grande forme si bien que la formation montréalaise s’est inclinée, en prolongation, par le pointage de 2 à 1 devant ses partisans.
 
Zach Werenski a mis fin au spectacle dès la 69e seconde de la période supplémentaire quand il a été oublié par les joueurs du CH. Son tir précis n'a laissé aucune chance à Charlie Lindgren.

« C’est de ma faute, j’ai commis une petite erreur mentale en ne m’occupant pas de mon joueur pendant deux secondes et il a réussi à marquer », a admis Phillip Danault dans le vestiaire.
 
Paul Byron a poussé le match en bris d'égalité lorsqu'il il a finalement trouvé le moyen de tromper la vigilance du gardien des Blue Jackets de Columbus (11-7-1) à 12 :14 de la troisième période, mais ce ne fut pas suffisant.

Même s’il a cédé sur un retour de lancer face à Byron, Bobrovsky a été tout simplement fumant lors des menaces dignes de mention du Canadien. Il a notamment frustré Jacob de la Rose et Max Pacioretty de superbe manière.

« On a eu de bonnes chances surtout en troisième période. C’est sûr qu’il a fait de gros arrêts. On a joué un match solide contre une équipe très bien cotée et on a limité les dommages offensifs qu’ils auraient pu faire », a analysé Claude Julien.

« Il a très bien joué, on a réussi à obtenir plusieurs occasions de marquer, mais il a fait des arrêts ridicules. On a déjà fait le coup quelques fois à des adversaires. Il a été phénoménal, mais je trouve qu’on a joué un bon match », a commenté Pacioretty.

« Bobrovsky a été excellent. Je te dirais que c’est la meilleure performance d’un gardien contre nous cette saison contre nous. Mais on a bien joué offensivement et défensivement, c’était l’un de nos bons matchs », a analysé Danault.  
 
À la somme des trois derniers matchs, le Canadien s’est contenté de trois petits buts. Rien pour améliorer la situation en vue de cette rencontre, Julien était déjà privé d’Artturi Lehkonen si bien qu’il a été contraint d’employer le défenseur Victor Mete en attaque.
 
L’entraîneur du Tricolore a dû trouver une solution peu de temps avant le match puisque Torrey Mitchell a déclaré forfait en raison d’un virus. Cela dit, la perte d’un joueur utilisé sur le quatrième trio ne devrait pas justifier une défaite.

« On l’a su seulement quelques minutes avant l’échauffement. Il a été malade alors qu’il se sentait bien le matin et en arrivant à l’aréna. C’était le seul autre joueur qui était à notre disposition. C’était déjà trop tard pour rappeler un gars de Laval », a expliqué Julien.
 
Josh Anderson a inscrit le premier but des Jackets dès 149e seconde de la confrontation. L’attaquant des Jackets s’est retrouvé seul dans l’enclave avec la rondelle puisque Brandon Davidson a été incapable de bloquer un lancer après une sortie de zone ratée par Alex Galchenyuk.
 
Au moins, le CH est parvenu à renverser la vapeur après plusieurs occasions rêvées. Byron a d’abord été frustré en échappée. De retour au banc, il a piqué une spectaculaire colère cassant son bâton et tentant d’en faire autant avec son casque. Il faut dire que Byron a bousillé quelques échappées lors des derniers matchs et il s’est bien repris avec son but égalisateur.  
 
Mais il ne faut pas qu’il soit le seul à s’en vouloir. En fait, c’est De la Rose qui doit se sentir le plus mal. Il s’est fait voler un but par un arrêt sensationnel du revers de Bobrovsky.
 
Par la suite, ce fut au tour de Pacioretty de goûter à la médecine du cerbère des Jackets. Jonathan Drouin et Charles Hudon ont également obtenu des chances intéressantes de toucher la cible.
 
À l’autre bout de la patinoire, Lindgren a encore su tenir le fort à son cinquième départ consécutif. Rappelons que le Canadien a réclamé Antti Niemi au ballottage mardi en guise de police d’assurance avec les absences de Carey Price et Al Montoya.

Lindgren a été moins sollicité pendant la période médiane alors que le Canadien n’a concédé que trois lancers à ses opposants.
 
La présence de Mete sur le quatrième trio a fait sursauter plusieurs partisans surtout que le club-école du Canadien ne pourrait pas être plus à proximité. À la blague, un amateur a même calculé que le trajet aurait pris 21 minutes selon un logiciel de géolocalisation.  

Julien n’avait pas d’autres options à sa disposition car Lehkonen se retrouve sur la touche. Après la partie, le Canadien a annoncé qu’il serait à l’écart pour une période indéterminée.

« C’est un problème avec lequel il a joué depuis un certain temps et il se débrouillait bien malgré la blessure. Mais c’est arrivé à un point que ce n’était plus soutenable et il devait prendre un répit, c’était la bonne chose à faire », a indiqué l’entraîneur.
 
Il s’agissait de la quatrième partie d’une séquence de six à domicile pour le Canadien. Jusqu’à présent, le Tricolore a mérité deux victoires et subi deux revers (dont celui-ci en prolongation). Jeudi, les Coyotes seront les visiteurs et, samedi, ce seront les Maple Leafs qui se présenteront au Centre Bell.

Les Jackets en doivent une à Bobrovsky

 

« On voulait se protéger devant le filet »