MONTRÉAL – Avec 1:37 à écouler en deuxième période, Phillip Danault s’est écroulé sur la patinoire et il y est resté étendu pendant plusieurs minutes. Atteint à la tête par un puissant tir de Zdeno Chara, Danault a provoqué une vague d’inquiétude à travers le Centre Bell.

Les deux équipes étaient impliquées dans un duel classique de la rivalité Canadiens-Bruins, mais cet incident a modifié le portrait. Plusieurs joueurs, incluant Chara, sont restés autour de Danault et de l’équipe médicale pour le soutenir dans cette épreuve.

« On n'aime jamais voir ça »

« J’espérais juste qu’il ne soit pas blessé. C’est la première chose à laquelle j’ai pensé », a commenté Chara.

« Je venais de récupérer la rondelle qui a ricoché sur la bande, elle bondissait probablement un peu. C’est malheureux. On ne veut jamais voir quelqu’un être atteint au cou ou à la tête puis être escorté hors de la glace. J’espère qu’il va se remettre. Je lui souhaite de se rétablir rapidement », a également prononcé le capitaine des Bruins.

Bien sûr, le Québécois de 24 ans a été transporté à l’hôpital où il passera la nuit et il sera évalué de nouveau dimanche. Ses parents ont écris sur Facebook qu'il a déjà subi un scan et que celui-ci n'a démontré aucune anomalie. (NDLR : Danault a obtenu son congé de l'hôpital dimanche et il se repose à son domicile.)

« C’est éprouvant de voir un coéquipier et un bon ami traverser une épreuve comme celle-ci. On peut seulement souhaiter le mieux pour lui », a confié Max Pacioretty qui s’est lui-même relevé d’une épreuve grave.

« Peu importe le chandail qu’on porte, tout le monde ressent quelque chose quand une blessure inquiétante comme celle-ci survient. C’est un ami proche. Ça affecte les deux équipes et ça enlève de l’énergie du match », a enchaîné le capitaine du Canadien.

Évidemment, Pacioretty n’était pas le seul à avoir été ébranlé.

« Tu oublies le hockey d’une façon. Ce sont des choses qui ne sont vraiment pas faciles à voir. Surtout Phil, c’est tellement un bon gars dans notre vestiaire. On était contents de savoir qu’il est conscient », a déclaré Jonathan Drouin.  

« C’était un choc pour tout le monde. Ce n’est pas pour rien que c’est devenu muet dans l’aréna. C’est une blessure dangereuse, mettons que j’ai hâte d’aller voir mon téléphone pour texter sa blonde pour en savoir plus », a mentionné Nicolas Deslauriers.

« J’étais au banc et on pouvait pratiquement entendre une mouche voler. On a pu voir qu’il bougeait les mains quand il est passé près de nous en civière et c’était un peu rassurant », a aussi témoigné Deslauriers.

L’action a été interrompue pour permettre la sortie de Danault en civière et les joueurs sont retraités au vestiaire. Ils ont eu à se préparer pour la troisième période sans en savoir trop sur l’état de santé de leur coéquipier.

« On n’avait pas vraiment eu de nouvelles, on savait qu’on voulait gagner ce match pour lui », a précisé Deslauriers qui ne pouvait rien reprocher à Chara pour ce lancer.

De son côté, l’entraîneur Claude Julien devait non seulement retrouver sa concentration, mais aussi s’assurer que ses joueurs ne soient pas affectés pour la suite du match chaudement disputé.

« Je leur ai tout simplement dit qu’une chose qui pourrait être bien pour Phillip, ce serait de gagner le match. Les gars ont bien réagi malgré ce qui s’est passé. On a travaillé fort en troisième période pour gagner le match en l’honneur de Phillip », a confié Julien.

Inévitablement, Julien a été confronté à des modifications de trios.  

« C'est difficile à regarder »

« C’est un joueur de centre qui joue beaucoup de minutes contre de gros trios adverses. Ça crée un déséquilibre et il fallait un peu jongler avec les joueurs par la suite », a admis l’entraîneur.

Outre l’incident concernant Danault, les deux équipes ont présenté un effort très intéressant. Drouin et Deslauriers ont apprécié leur première participation à cette rivalité Montréal-Boston.

« C’était mon premier match avec le Canadien contre les Bruins et je pouvais sentir qu’il y avait quelque chose de différent », a reconnu Drouin.  

« C’est le fun, tu le sais que ça va être physique. J’ai vécu une petite rivalité entre Buffalo et Toronto, mais je me sentais à l’aise  et j’ai déjà hâte à la prochaine partie contre eux », a-t-il constaté.

Deslauriers s’est déclaré coupable pour le deuxième but des Bruins et il s’est repris de belle façon même s’il ne voulait pas classer le tout parmi ses plus beaux buts.

« Non, vraiment pas. J’avais de la vitesse et j’ai seulement décoché un tir. J’ai essayé d’aller bas du côté du bouclier, mais je pense que la rondelle n’a pas quitté la patinoire. Mais je vais le prendre », a-t-il jugé.

Mais était-ce son plus beau avec le Canadien?

« Je ne sais pas, j’aime les cinq surtout avec une saison sans marquer l’an passé (en 42 matchs à Buffalo). Ces buts sont comme du bonus pour moi, j’essaie d’en avoir le plus que je peux », a exprimé Deslauriers.

Mete poursuit sur sa lancée

Le Championnat mondial junior pourrait avoir fait le plus grand bien à Victor Mete. De retour avec le Canadien, il a joué de manière inspirée.

« J’ai trouvé qu’il a très bien joué. Il a bien patiné et bougé la rondelle de manière efficace. J’ai vraiment aimé son match. C’est une bonne expérience pour lui. Tu grandis quand tu joues à ce niveau, sous une pression comme celle qui repose sur le Canada lors du match de la médaille d’or. Il se sent bien présentement et je lui ai dit de ne rien changer à son jeu, de bien réussir sa première passe, patiner avec la rondelle et supporter l’attaque », a souligné Julien.

« J’étais nerveux lors de mes deux premières présences, mais les entraînements m’ont aidé. Je me suis bien senti par la suite pour le reste du match », a dit Mete.

Ovationné pour sa médaille d’or, il était un peu gêné sur le banc, mais ses coéquipiers l’ont incité à lever son bâton bien haut pour remercier les partisans.  

« C’était un moment spécial. Le Championnat du monde junior est sans doute ce qu’il y a de plus canadien lorsqu’il est question de hockey, particulièrement à Noël alors que tout le monde se rassemble pour regarder le tournoi. Ça représente beaucoup pour moi tout le support que je reçois des partisans à ma première année », a conclu Mete.

Toutes les pensées tournées vers Danault
ContentId(3.1260053):Bruins : Brad Marchand a le dernier mot en tirs de barrage face au Canadien
bellmedia_rds.AxisVideo
ContentId(3.1260039):Bruins : David Krejci crée l'égalité en fin de deuxième période (LNH)
bellmedia_rds.AxisVideo
ContentId(3.1260037):LNH : Alex Galchenyuk redonne les devants au Canadien avec le 100e but de sa carrière
bellmedia_rds.AxisVideo
ContentId(3.1260036):Canadiens : Nicolas Deslauriers fait mal paraître Zdeno Chara (LNH)
bellmedia_rds.AxisVideo
ContentId(3.1260034):Bruins : Jake DeBrusk se fait oublier derrière la défense du Canadien et marque en échappé (LNH)
bellmedia_rds.AxisVideo
ContentId(3.1260031):Bruins : Brad Marchand crée l'égalité sur la passe de Patrice Bergeron (LNH)
bellmedia_rds.AxisVideo
ContentId(3.1260025):Canadiens : Max Pacioretty ouvre la marque sur le retour d'un tir de Victor Mete (LNH)
bellmedia_rds.AxisVideo