jeudi, 26 juil. 2012. 12:38

Jean Pascal était très convaincant lorsqu'il nous a dit qu'il souhaitait affronter Tavoris Cloud malgré sa blessure actuelle. Vous le connaissez, Jean est un guerrier.

Pour lui, il n'y avait aucun doute que les quelques semaines restantes lui permettraient de guérir sa main, une possibilité que le médecin nous avait aussi mentionnée. Jean avait même évoqué le fait que si sa main ne tenait pas le coup durant le combat, il l'aurait fini à une main, comme il l'a fait contre Adrian Diaconu.

Par contre, comme la blessure datait de la mi-juin et que sa main progressait très lentement, il nous a fallu convenir une date butoir, date à laquelle si Jean ne pouvait utiliser sa main, il faudrait reporter le combat. Cette date, c'était lundi le 23 juillet. Et lorsque Jean s'est présenté ici lundi, il nous avoué qu'il avait encore mal. L'inflammation était toujours présente, mais Jean a quand même tenté de nous convaincre de ne pas utiliser sa main au cours des prochaines semaines afin qu'il soit remis à temps pour le combat.

Une décision difficile à prendre

Marc Ramsay n'était pas d'accord avec cette possibilité. Pour lui, le fait que Jean ne puisse utiliser sa main droite au cours des dernières semaines avant le combat faisait en sorte qu'il n'aurait pu exécuter sa préparation stratégique. En bout de ligne, la décision me revenait, et même si on a cru que c'était possible, même si on a accompagné Jean dans cette avenue, la meilleure chose était de reporter.

On est allé aussi loin qu'on pouvait avec cette possibilité. Il ne faut pas oublier non plus qu'à chaque jour qui passait, on perdait de l'argent avec la publicité. Mais on y croyait quand même. Il fallait l'appuyer. Reste qu'à un moment donné, je devais trancher.

Jean a quitté pour Toronto jusqu'à lundi le 30, histoire de s'éloigner un peu. Il rependra alors l'entraînement. Bien sûr, il ne pourra pas frapper avec sa main droite au cours des trois prochaines semaines. Son entraînement sera adapté. L'idée est de repartir la machine et aussitôt qu'on aura une nouvelle date - ce qu'on devrait savoir rapidement - qu'il puisse faire sa programmation en conséquence.

Adonis Stevenson était une possibilité

Reporter le combat était une priorité, mais on gardait en tête une autre option, celle d'amener Adonis Stevenson face à Cloud. Lorsque j'ai parlé de l'idée à Emanuel Steward, il m'a tout de suite dit que ce serait un combat idéal pour Stevenson. Il m'a dit : « Je te le promets, on va le knocker ». J'ai ensuite parlé à Steven Espinoza de Showtime et il était impressionné par cette proposition.

La première chose que Don King m'a dit lorsque je l'ai informé de la blessure à Pascal, c'est qu'il fallait le remplacer. Mais je ne voulais surtout pas qu'il amène n'importe quel substitut et qu'il s'attende à ce qu'on puisse autant lever l'événement. Je me doutais bien que King et son équipe diraient non à Stevenson en raison de ses récents succès et du fait que c'est un gaucher. S'il avait dit oui, on aurait pu s'arranger avec ça. Entre temps, Espinoza a déclaré que si King disait oui à Stevenson, il ramènerait Jean sur un autre Showbox à l'automne. Jean n'aurait donc pas été perdant. Finalement, lorsque je leur ai dit que la seule possibilité pour remplacer Jean était Stevenson, ils ont conclu qu'il fallait reporter le combat. C'était ma priorité et j'avais promis à Jean de tenter le coup.

Sortir gagnant d'une situation difficile

Je vais rencontrer les gens de Showtime lundi à New York pour discuter de l'option de présenter deux galas avec eux, soit un avec Stevenson en plus de celui de Jean. Si on réussit ça, on va avoir été capable de sortir d'une situation difficile de façon extrêmement positive. C'est la façon de réagir lorsqu'il nous arrive un malheur : il faut savoir rapidement se tourner vers des solutions.

Près de 8000 billets avaient été vendus pour le gala du 11 août et je crois que le report de l'événement en octobre aura un effet positif aux guichets. On était justement à réaliser que la mi-août était probablement le pire moment de l'année. On était non seulement en compétition avec le tennis de la Coupe Rogers, mais aussi avec les Jeux olympiques. C'est aussi une période où les gens sont en vacances. Malgré ça, on avait vendu beaucoup de billets. Ce que ça nous indique, c'est que les gens appuient réellement Jean Pascal et qu'ils aiment ce combat face à Tavoris Cloud. Mentionnons que la date du 13 a été écartée car c'était impossible pour Showtime, mais on regarde toujours pour une autre date en octobre.

Propos recueillis par Samuel Thibault