mercredi, 7 nov. 2012. 08:20

Dans le passé, chaque fois que Jean Pascal finissait un combat, nous nous demandions tous qui serait le prochain adversaire, le prochain défi.

Jean poussait tout le monde dans cette direction et il était convaincu qu'il pouvait notamment battre le champion des poids mi-lourds de la IBF Tavoris Cloud. Mais avec le temps, nous finissons tous par perdre une certaine perspective.

Il ne faut pas oublier que Jean revient d'une défaite et que sa dernière victoire ─ contre Chad Dawson ─ remonte au mois d'août 2010 déjà! Son duel face à Bernard Hopkins a peut-être été extrêmement serré, mais il s'agit néanmoins d'un revers.

Étant donné le défi que représentait Cloud, Jean avait mis les bouchées doubles à l'entraînement et sa machine a fini par le lâcher. Blessures à une main, à une cuisse et à une épaule, c'est comme si son corps lui avait envoyé un signal pour lui indiquer que le temps n'était pas propice à ce combat-là.

En raison de ses qualités, tout le monde croit que Jean est comme il était pendant son ascension vers le sommet et ses meilleurs duels. Personne n'imagine qu'il est rouillé et que sa longue inactivité pourrait lui causer des problèmes contre un boxeur de haut niveau comme Cloud.

Face à Aleksy Kuziemsky, Jean passera une sorte d'examen pendant lequel il aura le temps de retrouver ses repères dans un combat où ce n'est pas une question de vie ou de mort. Il doit réapprendre à boxer sans réfléchir et laisser ses habiletés parler.

Ne pas répéter les erreurs du passé

Depuis la défaite de Dawson aux dépens d'Andre Ward et celle de Hopkins devant ce même Dawson, la division des mi-lourds est plus que jamais à la recherche d'une vedette. Il n'y a personne qui peut se vanter d'être du niveau de Ward, Manny Pacquiao et Floyd Mayweather fils.

Chose certaine, HBO et Showtime sont prêts à acheter sur le champ un choc Cloud-Pascal ou Dawson-Pascal. Jean demeure l'un des boxeurs qui a le plus de notoriété dans cette catégorie, même s'il ne s'est pas battu depuis très longtemps. Mais puisque ces deux boxeurs n'étaient pas disponibles en décembre, le timing était bon pour un combat de retour pour Jean.

Pour être honnête, la possibilité d'un duel de retour ne m'avait jamais effleuré l'esprit avant d'assister à l'affrontement entre Lucian Bute et Denis Grachev. Les exemples de boxeurs qui ont perdu après une longue absence pour ensuite dire qu'ils ne se sentaient pas bien dans le ring sont nombreux.

À ce chapitre-là, une mauvaise nuit de sommeil dans la semaine précédent le combat peut faire la différence entre une victoire et une défaite. Ces athlètes sont des machines de course et chaque petit ajustement compte énormément. Contre Cloud, beaucoup de ces petits ajustements auraient été nécessaires.

Bute-Froch : il faut y aller de l'avant

Le combat entre Bute et Grachev a été très excitant. Tous les spectateurs présents retenaient leur souffle avant les deux derniers rounds. Avec le recul, ce sont ces duels où les émotions sont à fleur de peau que nous finissons par nous rappeler le plus. Bute s'en tirait néanmoins plutôt bien et c'est justement lors des deux derniers rounds qu'il a prouvé qu'il est un boxeur de championnat et non un simple aspirant.

Et ne me parlez surtout pas de vol! Le promoteur Gary Shaw me disait que Grachev avait été volé, mais il n'avait même pas vu le combat! Avec le boxeur et l'assistant gérant qui criaient au scandale, plusieurs médias américains ont repris l'histoire et ç'a fait boule de neige. Il ne faut pas oublier que l'arbitre était Américain, tout comme l'un des trois juges d'ailleurs.

Je n'ai évidemment pas de conseil à ne donner à personne, mais je ne crois pas que Bute pourrait être plus prêt pour sa revanche contre Froch. S'il attend trop, rien ne dit qu'il pourra un jour le retrouver sur son chemin. Je suis convaincu que son entourage prendra la meilleure décision, mais s'il n'en tenait qu'à moi, ça irait de l'avant.

*Propos recueillis par Francis Paquin