MONTRÉAL – Plus d’une décennie d’efforts et de sacrifices, mais également de pleurs et de doutes a été récompensée, alors que Kim Clavel a été sacrée championne de monde de boxe.

La Québécoise âgée de 31 ans s’est en effet emparée de la ceinture des mi-mouches du WBC en battant la Mexicaine Yesenia Gomez par décision unanime des juges, vendredi soir au Cabaret du Casino de Montréal, en finale d’un événement présenté par Groupe Yvon Michel (GYM).

« Enfin! Cette ceinture-là, je la lève avec tout le Québec! »

Les trois juges ont remis des cartes de 100-90, 99-91 et 99-91 en faveur de Clavel (16-0), qui est du même coup devenue la deuxième championne de l’histoire de la boxe féminine québécoise après Marie-Ève Dicaire. L’auteur de ces lignes avait lui aussi Kim Clavel gagnante 99-91.

« C’est le début d’une belle histoire, a lancé Clavel après son triomphe. Après des années de dur labeur et de sacrifices – avec des hauts et des bas –, j’attendais ce moment depuis longtemps. »

« Quelle soirée! Quel combat! L’un des meilleurs de l’histoire de la boxe au Québec. C’est une performance incroyable, a ajouté le promoteur Yvon Michel. Ce que Kim ne réalise pas aujourd’hui, c’est qu’elle sera une championne du monde pour le reste de ses jours. Le souvenir du combat qu’elle a gagné [vendredi] soir va devenir son plus grand souvenir de sa carrière. »

Le combat a commencé sur les chapeaux de roues alors que les deux boxeuses n’ont jamais pris le temps s’étudier avant de commencer à s’échanger des coups. Ceux en puissance de la favorite de la foule touchaient presque toujours la cible, si bien que la Québécoise a vite pris l’ascendant.

Le rêve est devenu réalité pour Kim Clavel

Grâce à sa vitesse et ses déplacements, l’aspirante est également parvenue à faire mal paraître la championne en neutralisant toutes ses attaques. « Je m’attendais à ce qu’elle soit plus rapide que ça, a reconnu Clavel. Quand j’ai réalisé que je bloquais bien ses coups, je me suis sentie en sécurité. Plus les rounds avançaient, plus je gagnais en confiance. C’était motivant, plaisant! »

« Kim l’a déstabilisé avec sa vitesse, qui lui permettait de se donner des angles, a continué son entraîneuse Danielle Bouchard. Il est possible de penser que les choses ont été simples en raison des pointages des juges, mais c’est uniquement parce que Kim a réussi à faire son combat. »

Clavel et Gomez n’ont évidemment pas été capables de maintenir leur rythme effréné pendant tout le duel, mais ce que la Québécoise perdait en volume, elle le gagnait en précision. Chaque coup lancé par cette dernière semblait déstabiliser la Mexicaine, qui était à court de solutions.

Gomez a connu un regain d’énergie au cinquième, vraisemblablement après avoir réussi à déstabiliser Clavel. « Un de ses crochets m’a donné un étourdissement, a expliqué Clavel. Elle était très dure, elle avait les mains pesantes comme des marteaux et était très persévérante.

« Mais c’était un combat de championnat du monde, il fallait le gagner round par round. »

Clavel a véritablement mis le combat hors de portée au septième round en plaçant plusieurs grosses droites sur Gomez. La Mexicaine n’a ensuite jamais cessé de mettre de la pression, mais ses coups n’avaient plus la moindre force. Au son de la cloche annonçant la fin du combat, Clavel s’est immédiatement jeté dans les bras de son équipe, consciente qu’elle l’emporterait.

Michel n’a pas voulu donner trop de détails sur la suite des choses pour Clavel, expliquant que le clan Gomez voulait avoir sa revanche et qu’elle aura vraisemblablement lieu début 2023 au Mexique. Clavel s’offrira entre-temps une défense optionnelle contre une rivale à déterminer.

D’ici là, Clavel profitera d’une semaine de repos et aura ensuite la chance d’assister au choc opposant Claressa Shields à Savannah Marshall à l’O2 Arena de Londres en septembre prochain.

Clavel devient championne du monde!